Photographies post-mortem, étrange pratique du XIXème siècle

Contenu sensible, genre, va plutôt lire l’article sur les bisous si t’aimes pas trop les morts.

La mort, c’est pas drôle, ça fait peur, et ça pue. Au bout de quelques jours, je vous jure que ça pue. La mort, moi j’aime pas trop ça, du coup, j’en parle pas trop ici. Je préfère parler des vivants qui se font torturer, par exemple, c’est plus joyeux, non ? (non). Bref, aujourd’hui, je vous parle de morts qui sont morts.

la-plus-etrange-tradition-de-lepoque-victorienne-prendre-des-photos-post-mortem-16

 Les photographies post-mortem

Au XIXème siècle, il existe principalement en Angleterre, un peu partout en Europe mais aussi en Amérique du Nord, une pratique très bizarre : prendre les morts en photo. Bin oui, sur chaque photo de cet article, il y a au moins un mort. Je vous laisse jouer à les retrouver. Bien souvent, c’est facile. Dans les familles européennes des années 1800, on procrastine. On remet tout au lendemain. Les photos de famille, celle du papi, du cousin, ou du petit dernier… Lorsque la mort frappe l’un d’entre eux, il n’y a aucune photo à leur image, et ça, ça embête beaucoup les vivants. Aussi, avec l’apparition du daguerréotype en 1839 et du développement de la photographie, il n’y a plus de problème. On rassemble toute la famille, on sèche les larmes, et on fait une belle photographie post-mortem. Chelou hein ?

la-plu11

A l’époque, la mortalité infantile est très importante. Continuer la lecture

Share Button

Le duc d’Aumale donne son nom à une position sexuelle

duc d'aumale position 2

Henri d’Orléans, famille royale et trucs sérieux

Il était une fois, un monsieur très sérieux avec une vie très sérieuse. Henri d’Orléans est le fils du roi Louis-Philippe. Je veux dire, ce n’est pas n’importe qui. Le problème, c’est que la monarchie au XIXème siècle, ça marche pas beaucoup. Depuis la Révolution, en gros, on ne peut pas saquer les rois, les reines, ni tout ce qui ressemble de près ou de loin à une couronne, alors en 1848, on va renverser la monarchie pour retrouver une République. Le rêve monarchique de Louis-Philippe aura duré presque 18 ans, puis la famille va devoir s’exiler en Angleterre.

famille d'orléans

Henri d’Orléans est né en 1822, il hérite du château de Chantilly, alors qu’il n’a que 8 ans. L’édifice a été bien pété pendant la Révolution, les pierres ont été revendues, les intérieurs saccagés. Il va en faire un lieu de malade, celui qu’on connaît actuellement et qui compte les plus belles peintures du monde (à peu près).

Le duc d’Aumale, presque majeur, va se foutre dans le milieu de la politique et militaire. A l’époque, c’est intimement lié. Il va d’ailleurs être gouverneur général de l’Algérie dans les années 1840 et il participe activement à la chute d’Abd el-Kader en 1847. Enfin, le duc d’Aumale est élu le 30 décembre 1871 membre de l’Académie française. La même année, il devient député de l’Oise. C’est classe quand même.

Mais alors ? Comment un mec sérieux qui fait des trucs si relous (la guerre, l’art…) peut-il avoir donné son nom à une position sexuelle ? Bin, c’est simple, ça n’a juste rien à voir avec son job, il faut découvrir sa vie privée.

Le duc d’Aumale épouse sa cousine

Alors qu’il a 22 ans, Henri d’Orléans épouse Marie-Caroline de Bourbon-Siciles en 1844. Elle aussi c’est une princesse. Elle est belle, fraîche, mais surtout c’est sa cousine germaine. A l’époque, on ignore clairement les problèmes liés à la consanguinité… Aussi, sur sept de leurs gamins, seulement deux garçons vont atteindre l’âge adulte…  Continuer la lecture

Share Button

Julia Pastrana, la femme-singe du XIXème siècle

julia pastrana

Aujourd’hui on va parler poils, grandes oreilles et long nez. Voici l’histoire de Julia Pastrana, une mexicaine qui a longtemps été présentée comme la femme-singe, ou encore la femme la plus laide du monde. On est d’accord. C’est pas très … Continuer la lecture 

Share Button

Les régimes (idiots) au fil des siècles (ou l’histoire du gras)

J’avais envie d’écrire un article sur l’histoire de la raclette, ou encore de la fondue savoyarde, c’est de saison. Et puis j’ai décidé de publier l’histoire du régime. Enfin, non pas l’histoire du régime, mais plutôt, les différents régimes au fil des siècles. Vous allez voir, c’est assez rigolo, mais il faut pas le reproduire chez vous, essayez plutôt de manger équilibré, avec un petit domac de temps en temps hein..

régime

Par Thorn_bulle

Aujourd’hui, les gens calculent leur IMC et tentent de ressembler à Kate Moss. Soit, peser 37 kilos. En revanche, avant le XXème siècle, être gras c’est à la mode. C’est vrai, ça veut dire que tu as de l’argent pour manger à ta faim (et même plus) et que tu ne souffres pas de maladie grave. Seul problème, l’obésité. Être très gros est considéré dangereux pour la santé depuis toujours, aussi, de nombreux médecins ont prescrits des régimes en tout genre… Il y en a pour tous les goûts.

 Les régimes antiques

Déjà les Grecs faisaient attention à leur ligne et pratiquaient beaucoup de sport, les jeux olympiques ne se sont pas inventés tout seul. En cas de surpoids important, le médecin Hippocrate s’exprime « Ton alimentation est ta première médecine » et il donne des conseils C’est au Vème siècle avant notre ère, et c’est assez… étrange.

Il faut : Dormir sur un lit dur – Rester nu le plus possible – Faire du sport avant de manger – Manger que lorsqu’on est très fatigué – Manger des plats très gras et les assaisonner avec du gras – Manger des aliments secs – Manger peu – Manger une seule fois par jour

Il ne faut pas : Prendre de bain – Boire avant les repas (sauf un peu de vin)

mosaique-casale-telecharge-par-disdero

A Rome, au IIème siècle après notre ère, Soranus d’Ephèse estime qu’être gros c’est être paresseux et inactif, aussi, il donne lui aussi quelques petites astuces pour perdre 50 kilogrammes. Dont certaines s’opposent aux prescriptions d’Hippocrate. Continuer la lecture

Share Button