Césarienne, l’histoire d’une opération

Le corps humain en général a toujours été l’objet de recherche en tout genre et pour cause, on est malade, on est fou, on naît avec trois jambes… En revanche, pour ce qui est du corps humain féminin en particulier, c’est déjà un peu plus compliqué… Des nichons ? Un clitoris ? Une matrice ? Qu’est-ce donc tous ces mots barbares ? Alors pour réaliser une opération chirurgicale sur un corps féminin, bof, attendons qu’elle soit morte pour agir. Eh oui, jusqu’en 1500 les césariennes ne sont pratiquées que sur les femmes enceintes décédées (depuis quelques minutes hein, pas morte depuis trois ans). Sortez votre scalpel et découvrez l’histoire de la césarienne !

La césarienne, une pratique (au moins) antique

On ne sait pas exactement depuis quand l’homme pratique la césarienne. Ce que l’on sait c’est que la religion a joué un rôle très important dans son développement. Parfois encouragée, parfois non, la pratique a connu différentes législations. La première césarienne mentionnée est liée à la naissance du dieu Asclepios. Coronis tombe enceinte d’Apollon mais elle le trompe avec un mortel, alors Apollon la tue, puis il décide de lui ouvrir le ventre pour récupérer son fils.

césarienne Asclepios

Au VIIIe siècle avant notre ère, la Lex Regia impose la césarienne sur une femme morte en couche avant la naissance de l’enfant, ou juste avant le terme. L’idée est de sauver le gamin. Ça a été le cas, selon Pline l’Ancien, pour la naissance de Scipion l’Africain, un général et homme d’état romain qui est né par césarienne après la mort de sa mère. A l’époque, les enfants nés par incision ont pour réputation d’être meilleurs que les autres et ils étaient consacrés à Apollon.

Toujours selon Pline l’Ancien :

« Les enfants dont les mères meurent en leur donnant le jour, naissent sous de meilleurs auspices : c’est ainsi que naquit Scipion l’Africain l’ancien, et le premier des Césars, ainsi nommé de l’opération césarienne qu’on fit à sa mère. »

Rappelons que « caesar » en latin signifie « enfant né par incision » et le verbe « caedere » signifie « inciser » ou « couper ». Mais attention ! Le premier des César n’est pas Jules César !! Eh oui ! Jules César est né par voie basse comme la plupart des romains, en revanche, il a bien un mec de sa famille, né par césarienne à qui l’on a donné le nom de l’opération.  En effet, le père, le grand-père paternel et l’arrière grand oncle de Jules César s’appelaient déjà « Caius Julius Caesar » respectivement III, II et I. Alors Jules César n’est pas né par césarienne comme le raconte la légende… Continuer la lecture

Share Button

Irma Grese, la hyène d’Auschwitz

Sur Raconte-moi l’Histoire, j’ai pris l’habitude de dresser des portraits de femmes et d’hommes qui se sont démarqués par leur force, leur courage, leur vie, ou encore parce qu’ils ont fait de la merde mais que c’est un peu drôle. J’aime montrer le positif, l’amour, la joie, le bonheur et le cul aussi hein avouons-le. Bon ok, parfois je parle de torture… Mais aujourd’hui, je vous raconte l’histoire de Irma Grese. Une Allemande née en 1923 et qui s’est faite remarquer durant la Seconde Guerre mondiale. C’est vrai, elle a fait parler d’elle car était une garde SS dans les camps de concentration de Ravensbrück et Auschwitz.

Aujourd’hui je vous parle d’une histoire moche, celle de « la Hyène d’Auschwitz », au centre sur cette photo.

c28b42bdde6f42968eeb340f1d0b62bc

Qui est Irma Grese ?

Le père de Irma Grese, Alfred, est un ouvrier de laiterie. Sa mère, Berta, est au foyer pour gérer la fratrie de cinq gamins. Trois filles et deux garçons. Globalement, c’est pas la belle vie pour Berta, elle s’occupe des enfants et Alfred en profite pour dilapider la paye dans un bistrot. Faut dire qu’il couche avec la propriétaire… Lorsque Berta l’apprend en 1936, elle décide de boire de l’acide chlorhydrique et elle décède, laissant cinq enfants orphelins et un mari vachement branché nazisme. A ce moment là, Irma a douze ans. Deux ans après le décès de son épouse, Alfred se remarie. Il ne délaisse pas ses enfants mais il est un peu dépassé par le comportement de sa fille. En effet, en 1938, Irma qui n’est pas bien douée à l’école décide d’arrêter d’y aller pour rejoindre la Ligue des jeunes filles allemandes (Bund Deutscher Mädel). A côté de ça, Irma Grese travaille en tant qu’aide-soignante et tente de devenir infirmière, mais elle n’y parvient pas.

Irma Grese intègre le parti nazi

La Bund Deutscher Mädel, c’est l’aile féminine des Jeunesses hitlériennes. Évidemment, on ne leur apprend pas à être libres et indépendantes… Non, on leur apprend à devenir de bonnes épouses, de bonnes mères et à être bonnes tout court (toute la journée du samedi est consacrée à la gymnastique).

BDM in der Landwirtschaft Continuer la lecture

Share Button

Witold Pilecki, prisonnier volontaire du camp d’Auschwitz

Aujourd’hui je vous parle d’un homme incroyable. Il s’agit vraisemblablement du seul mec à s’être porté volontaire pour intégrer le camp de concentration (puis d’extermination) d’Auschwitz. Il n’a pas fait ça pour la gloire ou la reconnaissance éternelle (et heureusement parce que quand on voit comment il a été remercié), non, il s’est rendu prisonnier afin de donner des informations à l’armée polonaise puis aux Alliés, dans le but ultime de savoir ce qu’il se passait vraiment et pouvoir organiser une résistance à l’intérieur du camp. Et franchement, la vie dans un camp c’est autre chose que faire Koh-Lanta pendant 15 jours. Le pire, c’est qu’on l’a pas crû.

Pilecki_photo_1947

Witold Pilecki, qui est-il ?

Dans la famille résistant, je voudrais le petit-fils… Witold Pilecki est né en Russie en 1901. Mais il est polonais d’origine. Depuis le XIXe siècle, la Pologne et la Russie ont des rapports un peu compliqués du fait même que la Russie souhaite anéantir la Pologne. Ben oui, ça n’aide pas à entretenir des rapports cordiaux. Aussi, entre 1861 et 1864, le grand-père de Witold Pilecki s’engage dans l’insurrection polonaise contre la Russie tsariste, mais c’est un fiasco alors la famille est déportée en Russie. En 1918, Wiltold se prépare à participer à la Première Guerre mondiale, mais elle touche à sa fin. Alors il va participer à la guerre entre la Russie et la Pologne. En 1919 et 1920, la Russie tente et réussit à pécho du terrain à la Pologne, et puis ça se calme. Witold est décoré de la croix militaire des braves, deux fois. C’est assez classe, il part se foutre au calme, dans la campagne polonaise.

Seulement voilà, le calme et la farniente, ce n’est pas dans l’air du temps : les armées allemande et russe envahissent le pays en septembre 1939, conséquence de l’alliance tactique entre Hitler et Staline. La capitulation de l’armée polonaise, le 28 septembre, est une claque pour les Pilecki. Le fils Witold, 39 ans, refuse cette fatalité et entre en résistance.

La Seconde Guerre mondiale

Dès 1939, Witold Pilecki combat dans la cavalerie polonaise contre la Wehrmacht et décide de mettre en place une action de résistance . Il forme l’Armée secrète polonaise. Faut dire qu’il y a une alliance tactique entre Hitler et Staline, la Pologne est dans la merde et le 28 septembre 1939, le pays capitule. Witold ne veut pas en rester là, il étend son réseau dans une grande partie de la Pologne. L’armée polonaise clandestine devient le mouvement de résistance le plus important de l’Europe occupée par les nazis.

aus

Lors de la première année de la Seconde Guerre mondiale, on entend parler des camps de concentration. On assiste à des rafles. Les personnes disparaissent et ne reviennent jamais. Sont-elles mortes ? Simplement détenues ? Quelles sont les conditions de détention ? Witold Pilecki veut en savoir plus. Il veut que les prisonniers résistent, que les camps explosent de l’intérieur. Mais comment faire ? Personne n’a accès aux camps. Impossible d’avoir des infos… Alors Witold va se procurer des faux papiers. Il va se faire passer pour un juif. Continuer la lecture

Share Button

Les tortures du docteur Sims, au service de la gynécologie

Clairement, la gynécologie n’a pas été la discipline la plus importante dans l’histoire de la médecine. En même temps, ça ne concerne que la moitié de la population et il fait bien sombre dans le vagin d’une femme. Durant l’antiquité, on n’y était toutefois pas indifférent. On a retrouvé des forceps et autres spéculums uteris à Pompéi. Et puis, on découpait pour comprendre. Enfin, arrive le Moyen-Age et là on abandonne tout ce qu’on a déjà appris. On pense que seules les femmes qui ont eu des enfants peuvent faire accoucher les autres. Alors les médecins ne s’intéressent pas des masses aux corps des femmes.

Mais au XIXe siècle, il y a bien un homme qui décide d’y mettre le nez dessus (enfin, façon de parler)(enfin, non c’est quand même le cas), il s’agit de Sims.

Qui est James Marion Sims ?

On qualifie le bonhomme de père de la gynécologie moderne. Et effectivement, il a permis de grandes avancées dans la discipline. Mais à quel prix !

james_marion_sims

James Marion Sims est né en 1813, en Caroline du sud. Pendant toute son enfance, Sims connait des esclaves. Son père est shérif, la famille vit dans le sud des États-Unis et à l’époque c’est encore super classe d’avoir des personnes -Noires- à son service. James Marion Sims fait des études de médecine dans différentes universités du pays et côtoie des médecins à la pointe dans leurs disciplines. Mais contrairement à Sims, aucun ne s’intéresse à la gynécologie. Il va cependant décider d’en faire sa spécialité. En 1845, le médecin Sims ouvre un hôpital privé pour femmes en Alabama.

La fistule vésico-vaginale

James Marion Sims décide de s’impliquer tout particulièrement dans la recherche et l’expérimentation sur la fistule vésico-vaginale (RMLH : premier blog sur la fistule…). La fistule vésico-vaginale (ou sa jumelle vésico-rectale) est généralement la conséquence d’un accouchement long et douloureux. Continuer la lecture

Share Button