Portrait d’un Gaulois et de la vie quotidienne

Salut les internets, aujourd’hui on va parler des Gaulois. Le premier qui fait une référence à Astérix et Obélix a perdu. Sauf si c’est moi, ou Penny. On fait ce qu’on veut, on est chez nous. Quand je pense aux Gaulois, je me dis pas grand chose, ça me parle pas, et puis, rapidement j’ai dans la tête : Nos ancêtres les Gaulois portaient des capotes en bois, aujourd’hui c’est plus pratique, elles sont en plastique. Alors, bon, j’ai des doutes sur le port de capote en bois, faut pas déconner, ça doit faire mal à tout le monde.

Les Gaulois sont ce qu’on appelle des peuples protohistoriques. Ils habitent la Gaule et à la base, ils ont une culture celte (sauf les aquitains). Et puis, au fil du temps, avec le commerce et la conquête romaine, ils vont devenir gallo-romains. Mais alors, comment vivaient les Gaulois ? Voici quelques outils, instruments, accessoires qui leur facilitaient la vie.

 Le manger et le boire

Bin quoi, c’est important de manger et de boire de bonnes choses. Et c’est certain, j’aurais pu vivre avec les Gaulois moi, pas de problème.  Continuer la lecture

Share Button

Les cons ça ose tout : l’histoire de François Reichelt

 Aujourd’hui est un grand jour. Oui m’sieurs dames. Un grand jour. Déjà parce que je sais désormais intégrer des vidéos sur le blog, et que quand même, c’est un peu classe. Autre chose, j’ai jamais autant rigolé en travaillant un article. Genre vraiment. Pourtant c’est pas une histoire drôle, le mec est mort. Et la mort c’est pas drôle. Sauf parfois. Je remercie Gallica et la Revue Aérienne  pour ce bijou. Voici l’histoire de François Reichelt.

Un mec normal, en apparence

Frantz Reichelt est né en 1878 à Wegstädtl (actuelle République Tchèque), le mec décide de partir mener la grande vie en France. Un peu comme Victor Lustig (comme quoi, la Tour Eiffel…). En 1900, il s’installe à Paris et il devient tailleur pour dames à Opéra.Il gagne correctement sa vie et a le temps de consacrer du temps à sa passion. L’aviation. C’est le début, et c’est à la mode malgré les nombreux accidents. D’ailleurs, le kiff de Frantz, c’est de travailler les tissus pour tenter de mettre au point une sorte de parachute. Dès 1910, il y consacre beaucoup de temps. Il va jusqu’à utiliser les mannequins de son atelier pour faire des expériences. Mais attention, ils s’agit de mannequins factices qui ne font pas le poids d’un vrai humain. Un peu comme Kate Moss.

Continuer la lecture

Share Button

Hérode le Grand, ou le massacre des Innocents

hérode-6

Il y a presque un mois, je te parlais d’Abraham, de sa bite et de celle de Jésus. Aujourd’hui j’ai décidé de travailler sur la bible, encore. Avec une autre histoire, celle d’Hérode, de sa vie et de son petit … Continuer la lecture 

Share Button

Amour et castration, l’histoire d’Héloïse et Abélard

Je vais vous raconter une drôle d’histoire. Une histoire où on mêle de la torture, du féministe et du sexe. Présenté comme ça, je sais que vous imaginez tous le scénario d’un porno SM avec une dominatrice bien sévère. Mais non, je vous l’ai dit « j’arrête de parler de bite à tout bout de champs ». Nous sommes au XIIème siècle, et c’est l’histoire d’un couple qui se bat pour être amoureux, mais lui est beaucoup trop égoïste, et elle beaucoup trop féministe pour vouloir se marier. Voilà l’embrouille.

 Le contexte

Héloïse, une tête bien pleine et bien faite, d’ailleurs elle est féministe. Bien avant l’heure. Genre il y a une heure pour être féministe. Elle a grandi au couvent d’Argenteuil, mais ça n’a pas suffit pour dompter son sale caractère. La meuf, elle est têtue, et en plus, elle revendique le droit d’être une femme libre. Lol. N’importe quoi.

Abélard, un prêtre réputé et égoïste. Entre le IXème et le XIIème siècle, les évêques s’enrichissent grave, genre les monastères n’ont plus rien, mais les mecs, eux, ils s’en sont mis plein les poches. Par contre, depuis peu après 1130, ils ne peuvent plus se marier. Bin ouais, on peut pas tout avoir. L’avantage, c’est que ces mecs vont enseigner, bin oui, ils ont les moyens de pas faire grand chose. Ils vont créer des écoles qui seront vraiment le point de départ des universités. L’idée c’est de faire de la philo, de la théologie, et en 1102, il y a un mec célèbre. Abélard. On le demande partout.

La rencontre

Fulbert a plein d’argent. Vraiment. Et comme beaucoup de riches, il est extrêmement avare. Aussi lorsque sa nièce lui demande de lui payer des cours de théologie du célèbre Abélard, le tonton Fufu, il refuse. Genre « ça va pas la tête, dépenser autant d’argent, c’est de la folie, va plutôt faire de la couture ». Continuer la lecture

Share Button