Vivian Maier, génie anonyme de la photographie

vm1975k05679-03-mc

Il est des histoires qu’il est nécessaire de commencer par la fin. C’est bien le cas de celle de Vivian Maier, une nounou américaine, toujours accompagnée de son appareil photo, décédée en 2009. Deux ans avant sa mort, un parfait inconnu, John Maloof, achète une valise contenant des milliers de négatifs et des appareils photos lui appartenant, faut dire que la vieille femme, ne paie plus le loyer de son garde-meuble, le propriétaire se débarrasse alors de toutes ses affaires durant une vente aux enchères. C’est le début de la reconnaissance du travail de l’artiste Vivian Maier.

 vivian-maier-photographe-toujours-hors-cadre,M212464

 John Maloof, historien local passionné de photographie

Durant les années 2000, John Maloof tente de retrouver des vues anciennes de son quartier Portage Park pour retracer l’histoire de la ville de Chicago. Lors de la vente aux enchères, il se porte acquéreurs d’un lot à 400€, à l’intérieur, 30 000 négatifs, des rouleaux de pellicules et quelques tirages des années 1950 mais aucune photographies de Portage Park. John Maloof n’est pas complémentent déçu car en observant les négatifs, il trouve les prises de vue esthétiques et décide d’en développer quelques unes et d’en numériser d’autres qu’il vend sur Ebay.

Vivian-Maier-par-John-Maloof1-tt-width-590-height-591-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

C’est en discutant avec des acheteurs passionnés qu’il se rend compte des trésors qu’il possède dans ses placards, il décide alors de chiner d’autres négatifs. Ni homme, ni femme. Il ne sait rien de l’artiste, pas même son nom. Jusqu’au jour où il tombe sur une signature au crayon à l’arrière d’une enveloppe. Continuer la lecture

Share Button

Histoire de la rousseur, pourquoi les roux sont-ils pointés du doigt ?

- Comment appelle-t-on un roux qui mange une carotte ?

-Un cannibale.

.

.

Excellent non ? Non. Avouons le… C’est même plutôt nul et pourtant les blagues sur les roux sont très nombreuses et continuent de véhiculer des messages le plus souvent négatifs et discriminants envers les personnes rousses. Figurez-vous que ce n’est pas récent ! Depuis l’Antiquité les roux sont moqués, rejetés voire tués pour leur couleur de cheveux. Je vous donne aujourd’hui quelques pistes d’explication. Et attention, spoiler, non, ce n’était pas mieux avant !

Seth, le Dieu manipulateur Égyptien

seth tue apophis

Seth est le seigneur du désert, réputé pour sa violence, son mauvais caractère et sa facilité à manipuler les peuples. On le représente régulièrement avec une queue fourchue, une tête de sanglier et on le surnomme « aissu » qui signifie « diable roux ». De fait, dans la culture Égyptienne, tout ce qui se rapproche de près ou de loin à de la rousseur est associé au mal. Si Ramsès II est un pharaon roux plutôt populaire, on considère que ses nombreuses victoires militaires sont liées à sa rousseur, il est violent et guerrier « par nature »…

En Grèce, Typhon est un Dieu roux

typhon4

Typhon,comme Seth, n’a pas une excellente réputation, on dit qu’il est malfaisant. Selon les croyances, on le représente comme un monstre cracheur de feu ou comme un ouragan qui possède des serpents en guise de doigts… Il est d’une très grande taille, « son front touche les étoiles, ses bras, l’Orient et l’Occident, ses yeux lancent des flammes… ».

Rien de bien rassurant, en somme.

De nombreuses rumeurs historiques prétendent que des personnes rousses ont été sacrifiées en l’honneur de Typhon et de Seth. En réalité, les textes tendent à prouver que seuls les animaux roux ont été immolés pour rendre hommage au Dieu, notamment les bœufs. Plutarque raconte qu’il suffisait que l’animal ait un seul poil brun ou blond pour qu’il soit déclaré inapte à être sacrifié… Continuer la lecture

Share Button

HÉLIOGABALE, L’EMPEREUR PREMIÈRE DRAG-QUEEN DE L’HISTOIRE ?

Heliogabale est un homme passionné par l’androgynie et portant des robes de soie. On l’appelle l’Empereur aux caprices ou l’Empereur pervers… Il a été élevé par des femmes et alors qu’il est à la tête de l’Empire Romain il laisse ses frasques prendre le dessus jusqu’à se faire de nombreux ennemis. D’ailleurs, ce sont ses rivaux qui ont écrit son histoire, il faut prendre avec des pincettes tous les faits énoncés. Il est facile d’exagérer et parfois même d’inventer des actes pour briser la réputation de quelqu’un, on l’a déjà vu avec l’histoire de Cléopâtre ! De plus, la damnatio memoriae a fait son œuvre. Nous n’avons que très peu d’informations sur lui.

1200px-The_Roses_of_Heliogabalus
UNE FAMILLE PUISSANTE, GÉRÉE PAR DES FEMMES

Bassianus, le futur Héliogabale naît en 208 dans une famille de souche syrienne bien implantée dans la ville d’Emèse. Au IIIème siècle de notre ère, les naissances de leurs fils sont une aubaine pour les quatre femmes dont Julia Domna, Julia Maesa(sa soeur), Julia Soaemias (sa fille et mère de Bassianus) et Julia Mammaea (son autre fille) qui prennent très vite un rôle politique important. Ensemble, elles vont manigancer pour mettre leur enfant, petit-enfant et neveu dans les plus hautes strates de la société.

GRAND-PRÊTRE AUTOPROCLAMÉ, BASSIANUS DEVIENT ELAGABAL OU HÉLIOGABALE

b5f77eb64bcc87017e66fc9553248724c6bfb535La ville d’Emèse (actuellement Homs en Syrie) se situe sur la route entre Palmyre et la Méditerranée, on y adore un Dieu solaire, Elagabal (El = seigneur Gabal= montagne) ou le Seigneur des hauteurs. Sur place, on ne trouve pas d’image du Dieu, mais un bétyle noir, une pierre conique comme tombée du ciel. Il existe de très nombreux adorateurs qui le couvrent d’offrandes, d’or et d’un manteau de soie brodée de mille pierres précieuses. Malgré le passage récurrent des marchands et des soldats, le culte d’Elagabal ne prend pas à Rome.

A l’âge de 13 ans, Bassianus s’autoproclame grand-prêtre du Seigneur des hauteurs et prend son nom Elagabal, ou Héliogabale. Les femmes de la famille n’y sont pas pour rien, tout comme son accès au pouvoir à Rome qui ne tarde pas à arriver.

L’ACCÈS AU POUVOIR D’HÉLIOGABALE

A la mort de Caraccalla en avril 217, Julia Soaemias profite de la ressemblance physique de son fils avec le défunt pour déclarer qu’il est son fils illégitime mais légitime pour le trône. Les femmes puissantes réussissent à convaincre l’armée de nommer Héliogabale Empereur sous l’identité de Marcus Aurelis Antoninus. Il faut savoir que Caracalla régnait en duo avec Macrin, qui occupe Antioche. L’armée se retourne alors contre Macrin et Héliogabale se retrouve seul au pouvoir de tout l’Empire romain en juin 218. C’est une histoire un peu résumée mais vous pouvez en apprendre plus ici.

Les Romains offrent un accueil triomphant à Héliogabale, faut dire que sa famille a arrosé tout le monde de pièces d’or et a déjà baissé les impôts pour se mettre le peuple dans la poche. Et ça marche ! Si Héliogabale est Empereur, Ce sont sa mère et sa grand-mère qui tiennent les rênes de l’Empire. Elles créent d’ailleurs un sénat de femmes siégeant au Quirinal, c’est Julia Maesa qui le préside. Julia Maesa est une des premières femmes à dépasser le rôle traditionnellement réservée aux femmes dans la société romaine. Toute la société, le sénat et l’armée la reconnaissent et légitiment ses prises de décisions. Son petit-fils, lui, il ne fout pas grand-chose.

LE MARIAGE D’HÉLIOGABALE AVEC UNE VESTALE

2lcpf9i

Le seul truc qui l’intéresse c’est la religion. Il prend la charge de prêtre du Seigneur des Montagnes. Pour se purifier, il se fait circoncire et cesse de manger de la viande de porc, de plus, il a déplacé le bétyle d’Emèse à Rome, dans le palais impérial du Palatin. Héliogabale rend obligatoire les rituels du Seigneur des Montagnes. Les cérémonies comportent beaucoup de musique, les patriciens romains portent sur la tête des vases en or contenant des viscères de brebis et taureaux sacrifiés quelques heures avant sur l’autel du Dieu. En 221, il est décidé de déplacer le bétyle dans un temple construit spécialement en son honneur. On le pose alors sur un char attelé de six chevaux blancs. Fait plus étonnant, il n’y a pas de conducteur. C’est le Dieu lui-même qui dirige la procession. L’histoire ne nous dit pas quand et comment se termine la course. Mais une fois le bétyle en place, Héliogabale monte à l’étage du palais et fait jeter sur la population des coupes en or et des animaux vivants. Des personnes meurent sous le poids des projectiles… C’est quand même con…

Héliogabale veut étendre son culte à l’Empire Romain qui semble bouder le bétyle sacré. Tout d’abord, il décide de célébrer une hiérogamie (un mariage entre deux divinités) entre le Dieu Soleil et Vesta. Au même moment, il enlève la vestale Aquilia Severa et l’épouse.
« J’agis ainsi pour que des enfants divins naissent de moi, le grand prêtre, et d’elle, la grande prêtresse. »
Sauf que ça ne se passe pas comme ça, on ne touche pas aux vestales, ces prêtresses de Vesta, garantes du feu sacré et de la chasteté ! Il n’en fait qu’à sa tête et politiquement, ça ne passe pas. Les Romains sont outrés, la vestale garantit la sécurité de la ville ! Heureusement, aucun enfant ne naît de cette union. Les vestales doivent rester vierges et intactes de toute forme de souillure sexuelle. Une vestale qui perd sa virginité est accusée d’inceste et enterrée vivante pour expier son crime. On peut dire qu’Héliogabale a fait une connerie là… Et petit à petit, l’Empereur se met toute la population à dos…

HÉLIOGABALE, EMPEREUR ANDROGYNE ET TRAVESTI

Héliogabale n’a pas la carrure d’un soldat de l’Empire, il porte des vêtements de prêtres, de longues robes colorées, il est chargé de bijoux et ne sort jamais sans un maquillage très travaillé. Aussi, ses airs androgynes lui attirent les foudres de tout le monde, en particulier des troupes de l’armée, et les ragots vont bon train. On raconte qu’il fréquente tout autant les femmes prostituées que les réseaux homosexuels, et qu’il passe plus de temps dans les lupanars de Rome ou dans la chambre de son palais réservée à son intimité qu’à gouverner le pays. Ce qui est tout à fait probable car ce sont les femmes de sa famille qui tirent toutes les ficelles de la politique.

e83c8ac1c13bc22b8381233315fd60994d36ea78 (1)

En ce qui concerne l’amour, Héliogabale serait tombé fou amoureux d’un cocher, Hiéroclès, qui traiterait l’Empereur comme sa femme. C’est à dire, qu’il le soumet, le tabasse puis l’abandonne… Héliogabale aime se montrer avec les traces de coups de son mari, comme une vraie femme. Bah oui, c’est ainsi qu’on traite une épouse durant l’Antiquité.
Certains disent que l’Empereur avait une sexualité hésitante, parfois avec des hommes, parfois des femmes. En réalité, Héliogabale ne cherchait pas à faire de choix, il aimait les corps. Ceux des hommes autant que ceux des femmes. Dion Cassius explique qu’Héliogabale aurait souhaité se faire inciser le pubis pour connaître la même sexualité qu’une femme et connaître une bisexualité parfaite.
Hélas, ce n’est pas tant la sexualité de l’Empereur qui va lui coûter son titre plutôt que ses nombreuses et très coûteuses excentricités !

LES « FRASQUES » D’HÉLIOGABALE SELON LE PEUPLE

Si la sexualité appartient à chacun, dès qu’on touche au pognon, le peuple grogne ! Héliogabale ne mange pas particulièrement de homard, mais il se délecte de langues de paon et de rossignol, de cervelles d’autruche ou encore de talons de chameau… Les banquets sont toujours riches et les plats extravagants. Ce que l’Empereur aime par-dessus tout, c’est le repas à thème. Un été, Héliogabale a souhaité servir un banquet avec des plats d’une seule couleur chaque jour… Un coup tout est rouge, le lendemain, tout est jaune. Les chefs devaient user d’imagination et de savoir-faire pour satisfaire le chef d’Etat. Apicius a élaboré de nombreuses recettes pour l’Empereur. D’ailleurs, à sa mort, Héliogabale pesait lourd et avait dit on « le visage empâte et flétri ». Pour égayer les banquets, le chef d’Etat a l’habitude d’inviter systématiquement : 8 chauves, 8 borgnes, 8 obèses,  géants, noirs, ou encore tout autant de personnes atteintes de la goutte. Juste comme ça, ça l’amuse et divertit ses convives de voir les invités surprises installés autour d’une table circulaire. Autre blague, si l’on peut dire. Il fait servir de faux aliments en cires à ses invités qui s’escanent et s’en mettent plein les dents…

La meilleure de ses blagues et probablement d’enfermer ses convives ivres morts dans une pièce dans laquelle il lâche un ours, un lion ou un léopard apprivoisé et inoffensif. Quand les mecs, en pleine gueule de bois, se réveillent, ils ont une peur bleue et certains font des malaises de peur. Ambiance… Mais à force de jouer avec le feu, le jeune Empereur se brule les ailes.

LA FIN DU RÈGNE DE L’EMPEREUR

535ed0dde9ac404398bb4c41086fc2b63354bbba
Après trois ans de règne, les soutiens d’Héliogabale s’étiolent et s’il garde le pouvoir, il le perd bêtement en pensant se faire des alliés. Faut dire que l’Empereur n’est pas un fin stratège, les seules choses qui paraissent lui importer sont les blagues potaches, le sexe et ses perruques.  En juillet 221, Julia Maesa se rend bien compte que son petit-fils n’a pas l’âme d’un Empereur mais il est important pour la famille qu’il conserve le pouvoir alors elle décide de lui faire adopter son cousin : Alexianus Bassianus qui devient associé au pouvoir. Le mec est fun comme un militaire : sévère, avisé, patient. De fait, il se met dans la poche toute l’armée. Surtout que les vieux Romains n’aiment pas que ce soit des femmes à la tête du territoire et qu’un homme aussi excentrique soit leur représentant. L’Empereur n’apprécie pas que le vent tourne ainsi et décide de s’en débarrasser avant qu’on le renverse pour le mettre officiellement à sa place. Hélas, les menaces qui courent sur Alexianus Bassianus arrivent aux oreilles des troupes le 21 mars 222 et un groupe de soldats envahit le palais impérial et violente Héliogabale. Finalement, son corps est trainé à travers les rues de la ville puis jeté dans le Tibre… Au même moment Sévère Alexandre devient Empereur et quelques jours après, la pierre retourne à Emèse… C’est la fin d’Héliogabale !

Share Button

#ArkéAube, la vie dans l’Aube du Néolithique à l’Age du Fer

Lors de ma visite à ArkéAube, une exposition dans la ville de Troyes dans le département de l’Aube, j’ai pu découvrir que progressivement entre 5300 et 450 avant notre ère les hommes utilisaient des bois de cerfs pour creuser les mines de silex, les femmes portaient des perles venues d’Italie et tout le monde buvait du vin aux épices comme en Grèce. La région auboise était-elle une zone d’échange au cœur de l’Europe avant même les célèbres foires de champagnes médiévales ? Ça se pourrait bien !

arkeaube troyes

La colonisation de l’aubois au Néolithique, les premiers échanges

Si l’occupation des terres de l’Aube par les hommes nomades – chassant le gibier abondant dans les forets – depuis plus de 200 000 ans est attestée, l’exposition débute sur l’arrivée des premiers colons qui s’installent durablement durant le Néolithique et la disparition progressive des chasseurs-cueilleurs. Déjà peu nombreux, ont-ils été décimés par une épidémie ? Se sont ils mélangés avec les colons ? Impossible de le savoir à l’heure actuelle mais des points communs quand à la forme des flèches ou le goût des perles en dents de cerf laissent penser à une cohabitation, relativement pacifique. Continuer la lecture

Share Button