Henry Cotton, le psychiatre arracheur de dents

Aujourd’hui je vous parle d’un médecin psychiatre, Henry Cotton, qui a mis en place la chirurgie bactériologique. Il s’agit d’une pratique thérapeutique consistant à arracher des dents ou des morceaux d’organes pour soigner des troubles psychiatriques. #SPOILER : ça ne marche pas et les gens meurent. Henry Cotton a pu opérer de nombreuses personnes pendant près de 30 ans avant de devoir arrêter d’exercer. Découvrez l’histoire folle de cet arracheur de dents illustrée par Uzu !

henry cotton 1

La théorie de la chirurgie bactériologique

Henry Cotton est né en 1876, et au début des années 1900, il part étudier en Europe auprès d’Alois Alzheimer -oui, lui même- et d’Emil Kraepelin, deux figures de la psychiatrie du XXe siècle. Leur professeur est le docteur Adolf Meyer à l’école de médecine John Hopkins. C’est un peu le top en matière de psychiatrie à cette époque. L’école, les méthodes d’enseignement et les pratiques thérapeutiques se veulent progressistes et on base tout sur l’observation des patients. Ce qui paraît être une bonne chose mais concrètement, on n’y connaît pas encore grand chose en psychiatrie et on tâtonne beaucoup. Henry Cotton est à contre-courant des théories européennes et américaines de l’époque, il ne s’intéresse pas à l’eugénisme, à l’hérédité ou encore aux théories freudiennes sur les traumatismes, lui ce qui le fait kiffer c’est ce qu’il va appeler la chirurgie bactériologique. Avec son ancien professeur Adolf Meyer, Henry Cotton constate que les patients victimes d’une poussée de fièvre très élevée ont souvent des hallucinations ou des propos délirants. Meyer en déduit alors que des bactéries sont à l’origine de troubles psychiatriques. Ben oui, si les bactéries sont à l’origine de la fièvre et que la fièvre conduit à des hallucinations, alors les bactéries sont la source des hallucinations et des troubles psychiatriques. C’est un sophisme ça non ? (désolée, le bac c’était y’a 9 ans, je me rappelle plus bien).

Partout dans le monde, Henry Cotton va expliquer ce qu’il appelle : la chirurgie bactériologique, sa théorie basée sur la croyance que les troubles mentaux sont des manifestations d’infections non visibles et dont le seul traitement possible est l’ablation des organes infectés. Sauf que vu que l’infection est non visible, le médecin va enlever de nombreuses dents, sinus, ovaires, testicules, morceaux de colon et d’intestin à l’aveugle et pour rien car aucune de ces parties du corps ne sont véritablement contaminées. Il va également faire de nombreux morts…

henry cotton 2

Continuer la lecture

Share Button

Viens gagner un mug aux couleurs de Raconte-moi l’Histoire

Comme vous le savez, Raconte-moi a été mis en péril le mois dernier. Aujourd’hui grâce à votre reconnaissance (de mon travail divin) et à votre carte-bleue, ça va mieux. A peu près. On va faire aller quoi. Aussi, pour vous remercier de votre soutien et générosité sans faille, j’organise un petit concours pour gagner un super mug émaillé aux couleurs du Raconte-moi l’Histoire !

IMG_1071

Vous remarquerez aisément que je ne suis pas photographe de métier.

IMG_1072

Pour participer c’est très simple : Continuer la lecture

Share Button

Philippe de France, le roi méconnu tué par un cochon

1-pkP96MndKsC907Mt96hunQ

Dans l’histoire de France, deux rois sont blessés par des cochons. Il y a Philippe Le Bel qui lors d’une partie de chasse percute un sanglier et il y a Philippe de France, tué par un cochon en pleine rue de Paris. Le fils de Louis VI de France est peu connu car non seulement son règne chevauche celui de son père, mais en plus, il meurt très vite…. C’est cette histoire que je vous raconte aujourd’hui.

Les capétiens et le pouvoir

Durant la dynastie des capétiens, à la mort d’un roi, il y a toujours quelqu’un pour faire polémique et tenter d’usurper le pouvoir pour pallier à ce problème, le roi Louis VI, dit le Gros, va nommer et investir son fils aîné Philippe de France en tant que roi à Reims lors du dimanche de Pâques 1129. Philippe est né en 1116 et en 1129, il est déjà roi, ou presque. Il n’a que treize ans. Et malheureusement, il va mourir deux ans plus tard. Il ne profitera jamais de la couronne seul.

L’accident de Philippe de France

Le 13 octobre 1131, Philippe se déplace dans les rues de Paris chevauchant son fier destrier quand soudain, un cochon domestique se met sur son page et PAF. Le roi tombe de son cheval la tête la première et le le cochon, non content d’avoir fait tomber le roi, le piétine. L’abbé Suger, abbé de Saint Denis et proche du roi écrit dans la chronique du règne de Louis VI « Vita Ludovici Grossi » : «C’est ainsi que victime d’une mort atroce fut retiré du monde des vivants un tendre enfant dans lequel reposait toute l’espérance du royaume de France»

1-LUmjSCaaFqCn-t5Ob7woUg

L’adolescent décède effectivement quelques heures après seulement, à son chevet, ses parents Louis VI le Gros et Adélaïde de Savoie sont inconsolables. Leur fils aîné meurt, le cadet est bête comme ses pieds et pas du tout préparé au pouvoir et en plus, le cochon est signe de malédiction… On nomme l’animal « porcus diabolicus », ou le « cochon envoyé par le diable ». Tout ça n’annonce rien de bon. Continuer la lecture

Share Button

Gaspare Tagliacozzi, pionnier de la chirurgie faciale et inventeur de la greffe italienne

Rembrandt3

Il y a quelques temps, je vous parlais des gueules cassées de la Première Guerre mondiale et des grandes améliorations en matière de chirurgie réparatrice, aussi, lorsque je suis tombée sur les livres de Marc Magro au salon du livre de Narbonne, je me suis dit que ce serait l’occasion d’entrer dans les détails. Je ne peux que vous conseiller ses ouvrages, sur les psys, et sur les anecdotes médicales.

Aujourd’hui, je vous parle de la greffe italienne et de l’un des pionniers de la chirurgie faciale, j’ai nommé Gaspare Tagliacozzi ! J’illustre cet article avec des tableaux de la Renaissance et de Rembrandt parce qu’ils sont cool.

Gaspare Tagliacozzi, un chirurgien talentueux

Gaspare Trigambe est né en 1545 à Tagliacozzo, l’Histoire remplace son nom de famille par le nom de sa ville natale sans raison particulière, dans sa première biographie on parle de lui comme de Gaspare Tagliacozzi. A l’âge de 20 ans, il commence ses études de médecine à l’université de Bologne où il rencontre Girolamo Cardano, un médecin italien à la vie dissolue, il va lui apprendre de nombreuses choses avant d’être interdit de conférence et jeté quelque temps en prison. Pour l’époque, avoir une vie dissolue c’est par exemple établir l’horoscope de Jésus Christ, Girolamo se fait choper durant l’Inquisition et paf, il ne peut plus bosser. Mais Gaspare Tagliacozzi a également été accompagné durant ses études par Ulisse Alddrovandi et Julius Cesar Aranzi, des grands noms de sciences naturelles et d’anatomie.

Alors qu’il est encore étudiant, Gaspare Tagliacozzi se rend à l’Hopital de la Mort à Bologne, où il intègre la confrérie de la Mort, pour commencer à s’exercer. Il s’agit d’une clinique dans une prison où les étudiants en médecine peuvent venir faire leurs premiers pas. Ils ont le droit de soigner les personnes prisonnières condamnées à mort. Comme ça, si ça se passe mal ben de toute façon, ils allaient mourir hein… Lorsqu’il ne s’occupe pas des vivants, Gaspare Tagliacozzi achète les corps des prisonniers exécutés pour s’entraîner à ouvrir les corps, à pratiquer des dissections et en apprendre plus sur l’anatomie. Continuer la lecture

Share Button