L’Empaleur Vlad III, héros et violence

Aujourd’hui je vous parle du mec qui a inspiré le personnage de Dracula, Vlad III l’Empaleur. Pas de bisounours en vue, aucun vampire non plus mais plutôt du sang et de la torture. On aime bien ça dans Raconte-moi l’Histoire, non ?

1464282589.5597animation3

« Il n’était pas très grand, mais râblé et fort, avec un aspect cruel, terrible, un nez droit, des narines dilatées, un visage mince et rougeaud où les grands yeux verts, bien fendus, étaient ombrés par des sourcils noirs, broussailleux qui les faisaient menaçants. Il avait les joues et le menton rasés et portait une moustache. Les tempes gonflées augmentaient le volume de la tête que soutenait un cou de taureau encadré par les vagues d’une légère chevelure bouclée, noire, qui retombait sur de larges épaules. » 

Description d’un émissaire à Pie II.   

Bien avant l’Empaleur, une sale ambiance

Avant de se faire connaître pour sa violence et sa caractéristique du pal, Vlad III vit dans un contexte de merde. Clairement. Il règne sur la Valachie (en Roumanie) par intermittence entre 1448 et 1476. Son bled est coincé entre le royaume de Hongrie et l’Empire Ottoman. Ce ne sont pas des rigolos. Avant le règne de Vlad l’Empaleur, la politique de la Valachie est très simple :

« retourne ta veste tant que ça te sauve la peau »

Aussi, un coup on est du côté de la Hongrie, un coup du côté des Turcs. Mais sur le long terme, on se fâche avec tout le monde. En 1447, le gouverneur de Hongrie fait exécuter le père et le frère de Vlad. Ça n’aide pas à trouver un terrain d’entente dans un contexte de paix durable. C’est pareil avec l’Empire Ottoman… Vlad ne fait pas la guerre, il n’en a pas les moyens (peu d’hommes et pas d’argent) alors il fait des trucs plus mesquins. Des assassinats surprises au sein du pouvoir Hongrois ou Ottoman, des embuscades, il prouve qu’il existe et qu’il ne se laisse pas marcher sur les pieds. Une sorte de guérilla, une guerre d’usure.


Le règne de Vlad III l’Empaleur

Pendant sa jeunesse, le petit Vladou a été prisonnier de l’Empire Ottoman et des horreurs il en a vues. Plein. Plein. Plein. Il s’y connaît bien en supplice et à son époque la décapitation, l’écorchement et la pendaison sont à la mode. Aujourd’hui c’est plutôt 49-3, matraques et lacrymo. Pour se faire remarquer un petit peu, et surtout pour effrayer ses opposants et ses pires ennemis, Vlad III va alors mettre en place le supplice du pal. Tu ne sais pas ce que ce c’est ? Continuer la lecture

Share Button

Pétomane, le célèbre Joseph Pujol

Un sujet léger pour faire redescendre la pression, j’ai lu une partie de ce bouquin : Le Club des péteurs, et c’était rigolol. Après les nazis, les pieds de tranchées et avant la race aryenne et autres joyeusetés, aujourd’hui je vous parle de Joseph Pujol dans un petit article plein de… enfin… disons, un petit article odorant.

Pétomane

Voici l’histoire de Joseph Pujol, célèbre pétomane français !

Joseph Pujol, un homme clown

Joseph Pujol est né en 1857, c’est un petit garçon rigolo, il pète comme un humain normal. Puis sur commande. Et finalement, il arrive à faire quelques chansons. C’est pas banal. Il passe tout son service militaire à péter pour ses copains. En fait, il est capable de faire entrer de l’air dans son ventre par son anus et à le faire ressortir. C’est garanti sans gaz et sans odeur. Pratique.

Ça amuse tout le monde et ça lui plaît d’être une vedette du cul. Mais Joseph devient boulanger. Il n’aime pas être dans l’ombre, il aime être sur le devant de la scène alors il va tenter plusieurs trucs : la chanson, la musique, la danse… Mais le seul truc qu’il sait vraiment faire c’est : péter. Alors il se lance dans une véritable carrière et ça marche bien. Après plusieurs années à faire rire la France entière, la Première Guerre mondiale éclate, ses quatre garçons sont envoyés sur le front et lui il rentre à Marseille. L’heure n’est plus à la fête, il ouvre une petite boulangerie, puis une biscuiterie et il décède à l’âge de 88 ans, à Toulon. Revenons quelques instants sur cette drôle de carrière.

joljol

Continuer la lecture

Share Button

Guérir l’homosexualité, le projet fou de Carl Vaernet

guérir l'homosexualité

Il y a quelques mois, j’ai reçu le livre « Les guérir » d’Olivier Charneux, sur Carl Vaernet. Le mec est danois, père de famille et médecin. Spécialisé dans les hormones, il va devenir le copain d’Himmler et va tenter de guérir l’homosexualité à Buchenwald, le camps de concentration. Découvrez son histoire…

Carl Vaernet, le médecin danois

Carl Vaernet est issu d’une famille d’agriculteurs du Jutland. Au Danemark. Tous les fils se sont partagés les terres, mais Carl, lui, ça ne l’intéresse pas. Il veut faire des études. Il veut être médecin. Après de longues et périlleuses disputes avec son père et quelques années d’études, il y parvient. Il est brillant et installe son cabinet de consultation à Copenhague. Loin de sa famille, des chevaux et du purin. Ça pue le purin. Carl s’est créé un beau réseau à la fac, parmi ses meilleurs amis, on peut noter Frits Clausen, le mec va être à la tête du parti nazi danois. Ah bin c’est classe hein, y’a pas à dire.

Carl Værnet

Ça marche bien pour Carl, il a des copains, du boulot, du fric et de nombreux soutiens, mais aussi une famille : de sa première épouse, il va avoir trois enfants. Et de la seconde : deux garçons. Le problème, c’est que Gurli, sa deuxième épouse va devenir un peu alcoolique. Beaucoup en fait. Elle ne gère pas très bien la mondanité, le champagne, puis la faillite et le départ en Allemagne de toute la famille. Continuer la lecture

Share Button

Lina Medina, elle devient mère à 5 ans

Dans cet article, je vous présente l’histoire de Lina Medina, une petite fille péruvienne de 5 ans, enfin, aujourd’hui elle en a 82 et ce n’est plus une petite fille. Il s’agirait de la mère la plus jeune du monde et de l’histoire. Et pour cause, accoucher d’un gamin à 5 ans et 7 mois, c’est relativement jeune.

lind-medina-five-year-old-mother1-558x279

Lina Medina et sa grossesse

En 1939, alors que Lina Medina a 5 ans, son ventre gonfle a vue d’œil. Loin de penser à une grossesse, « les gars, elle a 5 ans, soyons sérieux », les proches de la petite fille pensent qu’elle est victime d’une emprise démoniaque. Ça va être pire lorsque le truc va commencer à bouger à l’intérieur. C’est peut être le serpent Apu qui grandit à l’intérieur des gens avant de les tuer… Tous les guérisseurs des alentours rendent visite à la petite fille pour comprendre ce qu’il se passe. Mais rien ne fonctionne, ce n’est donc pas le diable, ni Apu. Les parents conduisent alors Lina Medina voir des médecins. On pense à une tumeur massive à l’abdomen mais après des analyses le verdict tombe. L’avis du médecin Gerardo Lozada, directeur de l’hôpital de Pisco (au Pérou) est péremptoire : Lina Medina est enceinte de 7 mois. Gerardo Lozada décide alors de prendre la petite sous sa protection et de la conduire à Lima pour lui faire une césarienne. Bin ouais, à presque neuf mois de grossesse, le gamin est déjà bien portant alors que le bassin de Lina ne lui permet pas d’accoucher naturellement.

L’opération se passe très bien.

Gerardo, fils de Lina Medina

lina-medina-p-308x199

A sa naissance, Gerardo est un petit garçon en excellente santé. Il pèse 2,7kg. En revanche quelques heures après, ça se corse. Lina ne veut pas donner le sein à son enfant, elle ne comprend même pas à quoi est-ce que ça pourrait servir et elle souhaite seulement retourner jouer, d’autant que maintenant elle n’a plus son gros ventre qui la dérange dans tous ses mouvements, elle peut bien faire ce qu’elle veut. Comme quoi, l’instinct maternel, à 5 ans, c’est pas trop ça. Continuer la lecture

Share Button