Don Carlos, l’histoire d’une vie ratée

Aujourd’hui, je vous parle de Don Carlos, c’est un Habsbourg. Il est le petit fils de Charles Quint, on le connaît surtout pour son comportement agressif, son intelligence limitée et le fait qu’il ne soit pas très beau du fait de la consanguinité. Avoir comme grand-père l’homme le plus puissant de l’époque n’a pas franchement aidé le petit Don Carlos à avoir une vie sympa… Bien au contraire !

L’enfance de Don Carlos

pere mere fils

Don Carlos est né le 8 juillet 1545 à Valladolid, son père est le roi d’Espagne Philippe II et sa mère est Marie de Portugal, la pauvre femme décède seulement quatre jours après la mise au monde de son fils. Celui-ci est alors élevé par ses tantes, les infantes Dona Maria et Dona Juana. Pendant ses quinze premières années, le petit Don Carlos ou Charles d’Autriche, c’est selon, ne va quasiment pas voir son père mais il grandit avec son jeune oncle Don Juan et d’Alessandro Farnese. Don Juan est un bâtard de Charles Quint et Alessandro est envoyé à la cour d’Espagne à cause d’un traité. En réalité, il est un peu l’otage politique de son oncle (sa mère est la demi-sœur de Philippe II) suite au traité de Gand. Peu importe, les trois garçons s’entendent bien, ils suivent les mêmes cours et évoluent ensemble mais Juan Carlos a de grosses tares, liées à la consanguinité dans sa famille, et il est d’un naturel violent et… disons-le, il est moche !

La consanguinité, ça use les corps et les esprits

Dès sa plus tendre enfance Don Carlos est fragile physiquement, il est chétif, souffreteux et il est difforme… En effet, il cache sous une grande cape la bosse qui lui déforme le dos, sa tête est énorme comparée au reste de son corps. De plus, ses yeux sont saillants, ses oreilles écartées et il est prognathe… ça fait beaucoup pour un petit garçon. Heureusement pour lui son mauvais caractère ne lui vient que plus tard, au début de l’adolescence. On raconte alors qu’il est vindicatif, violent, cruel et colérique et qu’un jour, alors que son bottier lui a confectionné des chaussures mal taillées, Don Carlos l’a contraint à les manger en ragoût. Autre histoire : alors qu’il marche dans la rue et reçoit quelques gouttes d’eau provenant de la maison voisine, il ordonne à ses gentilshommes de mettre le feu à la maison et d’en égorger les habitants. Continuer la lecture

Share Button

Les filles du Roy, ou la colonisation du Québec

La Nouvelle-France, colonie-comptoir

Samuel_de_Champlain_Carte_geographique_de_la_Nouvelle_France

Lorsque la France a colonisé l’Amérique du Nord, de nombreux hommes ont été envoyés sur place afin de créer une colonie d’exploitation du commerce de la fourrure. Oui, les animaux qui vivent au Canada ont le poil soyeux et on aime bien porter des chapeaux en castor en Europe. Les hommes entrent en contact avec les indiens, récupèrent les infos sur les différents animaux mais aussi les lieux les plus stratégiques, puis ils tentent de faire du commerce. Pendant de nombreuses années les Européens ont échangé des fourrures contre des objets de la vie quotidienne tels que des miroirs, des ciseaux, des vêtements… qui paraissent très précieux pour les indigènes. Aussi, le commerce est florissant et en 1666, en Nouvelle-France on compte près de 800 hommes installés entre 16 et 40 ans qui sont célibataires contre seulement 45 femmes, ce n’est pas très égal. Parfois, les hommes rencontrent des femmes indiennes et ils font leur vie ensemble, mais c’est assez rare. Ils ont plutôt tendance à les violer car « sont-elles vraiment humaines ? »… Pour éviter de gros débordements, l’intendant de la colonie, Jean Talon, demande au pouvoir royal de lui envoyer des femmes pour peupler la colonie de personnes civilisées, mais aussi pour calmer les ardeurs des messieurs… Tu vois un peu l’ambiance quoi. Louis XIV va alors envoyer celles que l’on appelle « les filles du Roy », on en dénombre plus de 700.

Les filles du Roy pour peupler les nouvelles terres

Petite précision, avant toute chose : il ne faut pas confondre les filles du Roy, avec les centaines de filles qui ont été envoyées à la même époque dans le cadre du bannissement. Il s’agissait de filles qui étaient enfermées à la Salpêtrières pour marginalité, mendicité, crimes, prostitution…

756px-Etienne_Jeaurat_001

Au contraire, les filles du Roy sont bien sous tout rapport. Elles ont entre 15 et 30 ans et elles sont en bonne santé (comprendre : bonne à procréer), d’ailleurs il est précisé qu’elles doivent être : «point folles»  ni «estropiées». Et à partir de 1668, on précise qu’on recherche de «jeunes villageoises n’ayant rien de rebutant à l’extérieur et assez robustes pour résister au climat et à la culture de la terre». Continuer la lecture

Share Button

Le Parc aux cerfs, où le fantasme du bordel royal

Pour peu qu’on s’intéresse à la monarchie, à la vie à Versailles ou à Louis XV, on a tous entendu parler du Parc aux cerfs, ce lieu lubrique de Versailles où Louis XV vient user et abuser de petites filles pour assouvir ses désirs les plus fous. Eh bien c’est faux. Enfin, en partie. Oubliez tout ce que vous pensiez savoir, la plupart de ces idées ne relèvent que du fantasme, la réalité est tout autre et je vous la présente aujourd’hui.

- Louis XV -

– Louis XV -

 Louis XV, un roi débauché ?

Non. Ou en tout cas, pas plus qu’un autre souverain de cette époque. Les filles présentes au Parc aux cerfs sont effectivement jeunes, ce sont des adolescentes (environ 14 ans). Si Louis XV aiment les jeunes filles vierges ce n’est pas parce qu’il kiffe les déniaiser et que ça lui apporte un sentiment de supériorité, non, c’est parce qu’il a très peur des maladies vénériennes et qu’une fille vierge ne peut pas lui refiler la syphilis par exemple. Les petites maîtresses du roi sont souvent issues de la bourgeoisie et la noblesse et non des quartiers sombres de Paris pour la même raison, il est plus facile de contrôler l’hygiène d’une fille de la cour plutôt que des bas fonds du royaume.

La réputation d’un Louis XV violent et grand consommateur de petites filles est fausse. D’ailleurs, du fait de son tempérament morose, le Roi recherche de la douceur et se trouve être très mal à l’aise en présence de jeunes filles farouches. Continuer la lecture

Share Button

Les fontaines du Roi, ou Louis XIV et ses problèmes de dents

L’espérance de vie au XVIIe siècle est assez basse, du fait de la grande mortalité infantile, elle est estimée à 25 ans pour un homme. Waouh. On peut dire que Louis XIV s’en sort plutôt bien puisqu’il est décédé 4 jours avant de souffler sa 77e bougie. Évidemment, le rythme de vie du Roi Soleil est loin d’être le même qu’un gentilhomme ou qu’un paysan et il avait de nombreux médecins à ses côtés, pas toujours efficaces les mecs mais tout de même, pour soigner son petit rhume, sa vérole ou encore des chirurgiens pour sa fistule anale. Louis XIV est également accompagné d’un « opérateur des dents de la Cour », une sorte de dentiste, chargé d’arracher les dents sur demande du médecin ou du chirurgien. Et il en a bien besoin, dans la bouche du roi, c’est l’horreur.

Les premières dents du roi Soleil

annelouis14

Dès sa plus tendre enfance, Louis XIV se fait connaître pour ses dents. En effet, Hugo Grotius écrit en 1638 à Oxenstiem qu’Anne d’Autriche a donné naissance au Dauphin et que celui-ci est né avec deux incisives et qu’il mutile les tétons de sa nourrice, Pierrette Dufour, tant il a l’appétit vorace. Il a beau être l’héritier du trône, ça fait mal. De fait, le futur Louis XIV a de nombreuses nourrisses qui effectuent un roulement afin de laisser les plaies se refermer.Malgré tout, on considère toujours les enfants qui naissent avec des dents non comme des créatures sanguinaires, mais on contraire, on les associe au bonheur et à la fortune. On ne peut pas dire que ça n’a pas été le cas. Pourtant, les dents du roi Soleil vont lui poser de nombreux problèmes depuis l’âge de 39 ans jusqu’à ses derniers jours.

Les problèmes dentaires de Louis XIV

On le sait, Loulou n’avait pas une hygiène irréprochable, il change bien de chemise chaque matin mais il n’aime pas l’eau ni sur sa peau, ni dans sa bouche. Si le dentifrice est largement répandu au Moyen Age, à Versailles on n’en veut pas. Pareil pour le bain de bouche, le strict minimum pour les dents royales. Est-ce que le roi puait du bec ? Oui, mais contre ça, il mâche des pastilles de cannelle. C’est antioxydant, certes mais ça ne protège pas les dents des repas gargantuesques du roi. En 1676, alors qu’il part en campagne dans les Flandres, le roi se plaint de douleur des dents et rapidement, on lui glisse des clous de girofle dans la bouche pour calmer les tiraillements, parfois du thym également. Ça peut paraître idiot, pourtant, le girofle et le thym sont des antiseptiques et anti-inflammatoires naturels largement utilisés et plutôt efficaces. Mais compte tenu de l’état des dents, il faut agir plus efficacement. Deux ans après ses premières douleurs, le roi se plaint de sa joue droite qui est gonflée et de sa gencive douloureuse. On lui colle alors un cataplasme qui reste sans effet. Le chirurgien décide alors d’inciser à l’aide d’une lancette l’abcès royal. Le pus s’échappe et la douleur disparaît mais quelque temps après, c’est à gauche que le monarque a des infections, aussi, en 1682 le dentiste lui arrache plusieurs dents sur la mâchoire supérieure gauche et là, c’est vraiment le début des emmerdes dentaires pour Loulou. Continuer la lecture

Share Button