Les incroyables prothèses de James Gillingham

Salut les internets, comme vous avez pu le constater, je publie un peu moins d’articles en ce moment car j’ai dû trouver un emploi le blog ne me rapportant pas le minimum nécessaire pour partir six fois par an en vacances. Non, je déconne, pour payer mon loyer en fait. Mais aujourd’hui je reviens avec un article sur les premiers membres artificiels de grande qualité et des photos exceptionnelles.

protesi-inizio-900-694002

Qui est monsieur Gillingham ?

Le mec, il n’avait pas tellement l’intention de créer ni des bras ni des jambes. C’est un cordonnier qui a sa petite entreprise « The golden boot », héritée de ses parents, à Chard, en Angleterre. On ne sait pas grand-chose de sa vie avant 1866 car il mène une vie plutôt discrète et paisible, qui du coup, n’a pas le moindre intérêt. Puis en 1866, il fait la connaissance d’un homme qui a perdu un bras en utilisant, plutôt mal manifestement, un canon. Les médecins ne peuvent rien faire pour sauver le bras du malheureux garde-chasse de Chard, il doit donc vivre avec un bras manquant. Mais lorsque James apprend cette histoire, il décide d’essayer de lui faire un nouveau bras, complètement gratuitement et avec son seul savoir-faire. Vous vous en doutez, c’est une réussite.

La première prothèse de James Gillingham

6a01bb09b06c2d970d0224e03c7e5f200d

Le bras est confectionné en différente pièces de cuir avec des articulations métalliques, ce qui fait que la prothèse est à la fois solide et rigide. Le monde médical est éblouit par le talent de James Gillingham et le sollicite régulièrement, c’est pourquoi il décide de produire toute une série de membres artificiels. Pour adultes, pour enfants, des bras, des jambes… Il travaille de très près avec les chirurgiens, il expose ses prothèses, pose des brevets et les médecins, notamment Sir William Fergusson le chirurgien extraordinaire de la Reine, suivent ses conseils pour que les amputations soient parfaitement adaptées aux prothèses. Ainsi, de nombreuses personnes retrouvent leur mobilité. Le business fonctionne bien car en 1910, le cordonnier a créé et vendu plus de douze mille membres. Faut dire qu’à partir de 1862, une ligne de train joint Chard à Londres et d’autres villes importantes de l’Angleterre. Il faut moins d’une journée pour rencontrer le cordonnier salvateur et personne n’hésite à faire le trajet. James Gillingham réussit l’exploit de remettre debout un homme qui a perdu ses deux jambes et à offrir deux bras à celui qui n’en avait plus. On trouve dans le journal The Lancet, un article qui est consacré à James Gillingham :

La «jambe de cuir» est préparée selon un procédé connu seulement de l’inventeur; il est solide, léger et durable, facile à porter et ne risque pas de se dégrader; simple dans la construction, et aussi belle que la vie en apparence. Il ne prend pas une quinzaine de jours à faire, mais si nécessaire peut être complété en quatre jours. La «jambe de cuir» ne peut pas se vanter d’être applicable aux patients à distance, mais le patient doit être sur place, pour avoir le membre correctement ajusté et adapté à son cas individuel. Tous les cas ne se ressemblent pas: certaines souches sont trop courtes, d’autres trop longues; des muscles rétrécis à l’os, des extrémités ouvertes, de mauvais lambeaux, des montures raides, des maladies dans la souche, et bien d’autres difficultés connues seulement du praticien, qui rendent toute règle fixe en rendant une jambe ou un bras impossible.

unnamed

Ce qui fait la renommée de James Gilimgham, c’est aussi et surtout que c’est un excellent photographe qui a su mettre en valeur son savoir-faire par des clichés exceptionnels. Lorsqu’il décède en 1924, sa famille récupère l’entreprise jusque dans les années 1960.

Les photographies médicales et artistiques

 

James Gillingham aime la photographie, il a un petit studio dans sa maison, à l’arrière de son atelier. Il prend régulièrement des photos mais c’est lorsqu’il fabrique les premières prothèses qu’il décide de travailler l’esthétisme. Certaines photos ont des buts médicaux, il les transmet aux chirurgiens mais aussi pour sa communication. Il est malin le mec. 

prosthetics-10

Mais on peut voir sur d’autres clichés de la beauté et même de la sensualité avec des vêtements retroussés et des mises en scène érotiques, en tout cas pour l’époque. Aujourd’hui, voir les genoux (même en cuir) d’une femme, comme d’un homme, ça n’a pas la même valeur qu’au début du siècle dernier.

Si tu as aimé cet article, tu peux soutenir le blog sur Tipeee, ça te rend vachement gentil et généreux, ou alors tu peux acheter les livres, ils sont vachement bien.

 

Share Button

One thought on “Les incroyables prothèses de James Gillingham

Laisser un commentaire