30 000 chats tués par le roi Henri III

Bonjour à tout le monde, comme vous avez pu le constater, avec la mise en place de la campagne Ulule du livre Raconte-moi l’Histoire de la Sexualité, je n’ai pas eu le temps de rédiger d’article ces derniers jours. Mais manifestement, vous ne m’en voulez pas trop puisqu’on a dépassé les 350% et donc les 500 ventes. C’est vraiment super et je fais tout pour que vous soyez pleinement satisfait de votre achat.

chat22-satire-chats-rats-arras

Mais revenons à nous moutons, ou plutôt, à nos chats… Durant le règne d’Henri III, qui a duré une quinzaine d’année, plus de 30 000 chats ont été abattus froidement sur ordre du roi. Mais pourquoi ?

Pas facile d’être un chat…

 Au Moyen-Age, on n’aime pas trop les chats

Le chat renvoie une mauvaise image pour diverses raisons. Déjà, il ressemble au léopard, un animal sauvage, agressif, cruel et rusé. Le chat est plus petit, ce qui le rend encore plus inquiétant. Plus mesquin. Continuer la lecture

Share Button

Le duel seins nus de la comtesse Kielmannsegg et la Princesse von Metternich

Si jusqu’au début du XXè siècle on a l’habitude d’entendre parler des duels entre hommes, il est bien rare de connaître les duels de femmes et pourtant, il y en a eu plus d’un. Notamment celui de la comtesse Kielmannsegg contre la princesse von Metternich où les deux femmes se dont affrontées seins-nus… Découvrez cette histoire illustrée par Anna R. !

oeuf

Les duels de femmes dans l’histoire

En général, les duels ne sont pas exécutés par les femmes, elles en sont plutôt l’objet ou la récompense. De nombreux hommes se sont affrontés pour remporter les faveurs d’une meuf, c’est le cas de Pâris et Ménélas pour Hélène, ou encore David contre Goliath pour Merob. Et disons-le, au Moyen-Age, de nombreux hommes se battent au nom de leur maîtresse, ils portent leurs couleurs et aiment revendiquer leur victoire par le sang.

Duel de femmes1

Des femmes se sont aussi fait remarquer pour leur capacité à manier les armes lors des duels, c’est le cas de l’actrice Maupin. On la décrit comme belle, blonde aux yeux bleus avec un nez aquilin, une bouche exquise, des seins parfaits et sachant manier la lame comme aucune autre femme de son époque. En plus de ça, elle fait carrière dans le théâtre, elle a une mémoire de dingue et une voix de contralto. De fait, on disait d’elle qu’elle était « née avec des penchants masculins ». Oui, une femme douée ne peut être qu’un homme, lol. Elle aimait autant les femmes que les hommes. Si elle est experte dans l’art du duel, ce n’est pas le cas de toutes les femmes…

Qui sont ces femmes qui se battent topless ?

Continuer la lecture

Share Button

Le manifeste des 343 (salopes), pour le droit à l’avortement

J’ai déjà écrit de nombreux articles sur l’avortement, faut dire qu’il y a des choses à dire qu’il s’agisse des méthodes douteuses de l’Antiquité ou des plus efficaces mais plus dangereuses du XXème siècle. Aujourd’hui je vous parle du combat qui a été mené par 343 femmes dans les années 1970, car jusqu’en 1975 l’avortement est interdit en France et il est sanctionné.

7b250c3a85e44aeb3a52c7bd9bc7dc25

 

L’histoire de l’avortement

Durant l’antiquité, l’avortement n’est pas interdit par un texte de loi, mais on ne l’encourage pas… L’avortement prive l’homme de décider pour son enfant.Évidemment, il existe des moyens de contraception, mais la plupart d’entre eux sont complètement inefficaces, d’autant qu’on ne comprends rien à l’anatomie ni au cycle de la femme. Du coup, c’est pas super simple quoi… On ne connaît pas la fréquence des avortements, ni le nombre de femmes qui se font avorter, mais on connaît les différents moyens, et c’est déjà pas mal. Je vous laisse les découvrir dans cet article (il est bien, clique)…

Au Moyen Age, les choses sont beaucoup plus claires car l’Église interdit et sanctionne sévèrement l’avortement. Par sévèrement, j’entends la mise à mort des femmes enceintes ayant recours à une interruption volontaire de grossesse ainsi qu’à tous les individus l’ayant été. Au XVIIIème siècle, les philosophes des Lumières trouvent que tuer une femme qui ne souhaite pas sa grossesse est peut être un poil exagéré et les sanctions sont moins importantes. Ou si elles le sont, elles ne sont pas appliquées. On se dirige doucement mais sûrement vers une dépénalisation de l’avortement. Enfin, c’est ce qu’on croit car avec la Révolution, les choses changent. En 1791, le code pénal condamne l’avortement et en 1810, c’est pareil : « Quiconque provoque l’avortement d’une femme enceinte avec ou sans son consentement au moyens d’aliments, de drogues, de médicaments, par violence ou d’autres remèdes, est puni de prison ».d3c724a673c85738a12b752b6f826a23--je-suis-charlie-charlie-hebdo

Continuer la lecture

Share Button

Auguste II et la légende des 300 batards

Aujourd’hui je vous parle de Frédéric-Auguste de Saxe, encore appelé Frédéric-Auguste Ier roi de Pologne ou Auguste II le Fort. Ah ça, y’a pas à dire, il a fait fort et il a su marquer l’Histoire. Et pour cause, on ne sait compter le nombre de ses maîtresses et on estime à 350 le nombre de ses enfants illégitimes. Découvrez sa vie !

Auguste II

Auguste II

Qui est Auguste II ? 

Auguste II est né à Dresde le 12 mai 1670, il devient prince électeur de Saxe en 1694, puis roi de Pologne et grand duc de Lituanie. Le mec, il est doué en politique. Après s’être converti au catholicisme, il parvient à devenir roi de Pologne en écrasant le candidat de Louis XIV, le prince de Conti. Faut dire qu’il a le soutien de la Russie. Auguste der Starke est très porté sur le cul, certes, mais aussi sur les arts et il participe grandement au développement de la culture et des sciences. Il possède notamment un musée personnel avec un cabinet de curiosités à faire pâlir nos blogueuses. En revanche, Auguste II n’est pas un tendre. Lorsqu’il veut quelque chose, il sait y faire, même s’il faut sacrifier quelques personnes. On lui doit notamment la porcelaine.

  La découverte de la porcelaine de Saxe

image_span12

Johann Friedrich Böttger est un (al)chimiste allemand, réputé pour chercher activement la pierre philosophale. Il n’hésite pas à faire croire à toute l’Europe qu’il sait fabriquer l’or, mais ça se retourne un peu contre lui lorsque le roi de Prusse Frédéric-Guillaume I lui demande de prouver ses capacités. Rapidement, Böttger prend ses jambes à son cou de peur d’être emprisonné, ou tué pour avoir menti et il se retrouve en Saxe où Auguste II l’attend de pied ferme. Conscient de la réputation du chimiste, le Fort veut garder ce mec à ses côtés pour qu’il lui fabrique de l’or. Böttger refuse de donner sa botte magique, alors ni une ni deux, Auguste II l’emprisonne mais pas n’importe comment. Il lui donne tout le nécessaire pour fabriquer des trucs. Un peu tout ce qu’il veut. L’idée est d’avoir un résultat. Un truc cool dont il pourra se vanter dans toutes les cours européennes. Böttger est un peu emmerdé, mais lorsque le roi de Pologne lui propose de trouver une alternative à la porcelaine de Chine ou du Japon, il décide de se mettre au boulot. S’il est un mauvais alchimiste, Böttger est un très bon chimiste et il se rend compte que les coquilles d’œufs en poudre ne pourront jamais donner de la porcelaine de qualité. En revanche, il essaie de faire cuire de l’argile à très haute température et bim il obtient une porcelaine solide et d’un blanc immaculé. Böttger a fabriqué la porcelaine de Saxe et il fonde alors la première manufacture. Auguste II est ravi du travail réalisé par son chimiste, il le libère et lui offre beaucoup d’argent mais Böttger décède rapidement et n’a pas l’occasion de dépenser l’or qu’il a enfin entre les mains.

Mais revenons à nos moutons et à la forme olympique du roi de Pologne.

  Un homme en forme

Auguste II de Pologne est réputé pour sa poigne et sa robustesse. En effet, on raconte qu’il peut porter un sonneur de trompe debout sur son avant-bras pendant plus de 5 minutes, le temps d’un mini concert. Ou encore qu’il lutte contre les ours, pratique le lancer de renard ou plie des fers à cheval à mains nues. Le journaliste David Randall, dans son livre Folies Royales, précise malgré tout que le roi garde ses prouesses pour les plus intimes et personne ne l’a jamais vu réellement exercer de talent de force. Sauf peut-être avec les femmes… Mais pas la sienne !

Le mariage d’Auguste II

Disons-le, le mariage d’Auguste II et Chistiane Eberhardine de Bardebourg-Bayreuth n’est pas des plus folichon. Eberhardine est protestante, de fait la population l’aime beaucoup et lorsque son mari décide de se convertir au catholicisme pour devenir roi de Pologne, elle refuse catégoriquement d’en faire autant. La Saxe a connu une grande période de catholicisme autoritaire et rejette cette religion, au contraire, le protestantisme est bien vu et accueilli avec joie. De fait, elle devient reine de Pologne par mariage mais n’a jamais été couronnée et on la surnomme Sachsens Betsäule, soit le pilier de la prière de la Saxe. Eberhardine et Auguste II ont un enfant ensemble, le futur Auguste III. Du fait de leurs nombreux désaccords, le couple va vivre séparément et faut dire que la reine ne supporte pas la présence incessante des nombreuses maîtresses de son époux. Continuer la lecture

Share Button