Pétomane, le célèbre Joseph Pujol

Un sujet léger pour faire redescendre la pression, j’ai lu une partie de ce bouquin : Le Club des péteurs, et c’était rigolol. Après les nazis, les pieds de tranchées et avant la race aryenne et autres joyeusetés, aujourd’hui je vous parle de Joseph Pujol dans un petit article plein de… enfin… disons, un petit article odorant.

Pétomane

Voici l’histoire de Joseph Pujol, célèbre pétomane français !

Joseph Pujol, un homme clown

Joseph Pujol est né en 1857, c’est un petit garçon rigolo, il pète comme un humain normal. Puis sur commande. Et finalement, il arrive à faire quelques chansons. C’est pas banal. Il passe tout son service militaire à péter pour ses copains. En fait, il est capable de faire entrer de l’air dans son ventre par son anus et à le faire ressortir. C’est garanti sans gaz et sans odeur. Pratique.

Ça amuse tout le monde et ça lui plaît d’être une vedette du cul. Mais Joseph devient boulanger. Il n’aime pas être dans l’ombre, il aime être sur le devant de la scène alors il va tenter plusieurs trucs : la chanson, la musique, la danse… Mais le seul truc qu’il sait vraiment faire c’est : péter. Alors il se lance dans une véritable carrière et ça marche bien. Après plusieurs années à faire rire la France entière, la Première Guerre mondiale éclate, ses quatre garçons sont envoyés sur le front et lui il rentre à Marseille. L’heure n’est plus à la fête, il ouvre une petite boulangerie, puis une biscuiterie et il décède à l’âge de 88 ans, à Toulon. Revenons quelques instants sur cette drôle de carrière.

joljol

Continuer la lecture

Share Button

Siamois, la vie des frères Eng et Chang

les siamois Eng et ChangC’est rigolo parce que Eng, ça veut dire droite et Chang, gauche. Et on les appelle les frères siamois en raison de leur origine. Ils sont du Siam. De Thaïlande quoi. Du coup, les mecs non seulement ils s’appellent gauche et droite, mais en plus, leur nationalité va donner le nom de leur caractéristique physique. C’est drôle non ?

Bref, voici leur histoire.

112

L’enfance des deux garçons siamois

Le 11 mai 1814, un femme de 35 ans accouche d’un enfant. Enfin, de deux enfants. Mais ils sont collés, donc on ne sait pas trop comment les appeler. L’accouchement s’est bien passé, faut dire que les garçons sont très petits et qu’ils se sont positionnés de manière à pas être trop relous dès la sortie. L’un des garçons a la tête au niveau des pieds de l’autre, du coup ça fait un long truc à sortir et pas un petit truc large. Pour la dilatation, c’est mieux. Bref. Ne sachant comment appeler ces deux enfants collés par le torse, les parents décident de les appeler Droite et Gauche, à savoir Eng et Chang.

siamois eng et chang

Les parents ne font pas tellement les malins, du fait de la superstition très présente au Siam. On pense direct à la fin du monde, la famine, ou encore une catastrophe naturelle ou des morts inexpliquées. Bref, on ne parle de rien, on se fait discret. Mais dans le village tout le monde le sait, alors les copains des copains et leurs autres copains accourent pour voir les jumeaux collés. Malgré tout, les enfants grandissent normalement, ils doivent juste apprendre à coordonner leurs mouvements. Bin ouais. Ils apprennent à nager mais aussi à pécher. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, comme disait l’autre. Et puis, le père de famille décède en 1822. Alors la mère et ses 10 enfants sont un peu en galère de fric, c’est pourquoi les siamois décident de se mettre au travail. Ils ont 8 ans et deviennent colporteurs sur les bords de la rivière.

Les frères siamois, fierté du roi du Siam

En 1824, tout le monde se presse pour voir les deux travailleurs et le roi, Rama, veut les faire venir au palais. Il va obtenir leurs accords et les garçons mènent la grande vie, ils gagnent de l’argent, ils mangent à leur faim, sont habillés proprement et on les envoie dans toutes les ambassades pour les… montrer. Bin oui. C’est classe. La fierté nationale !

mesier_1839_sm Continuer la lecture

Share Button

Dolly Dimples, ou le record de perte de poids

il_570xN.411466680_8p0pAujourd’hui je vous présente une femme énorme, très grosse, d’abord devenue bête de foire puis qui a décidé de perdre du poids pour des raisons médicales. Découvrez la vie de Celesta Geyer (née Herrmann), encore appelée Dolly Dimples.

il_570xN.411466680_8p0ppp

L’enfance calorique de Dolly Dimples

Celesta Herrmann est née le 18 juillet 1901 à Cininnati, aux Etats-Unis. Sa famille est germano-américaine et nombreuse. Parmi les activités familiales, on ne compte ni le foot ni l’escalade mais plutôt les repas interminables. En fait, la famille Herrmann fait six repas par jour, pas seulement des petites collations entre le déjeuner et le dîner, non, de vrais repas avec beaucoup de viande et de féculents. Rapidement, la petite Celesta Herrmann grossit, beaucoup. A l’école, ses camarades se moquent d’elle et lui volent ses bonbons. Pour la réconforter sa mère cuisine des bons petits plats. Comfort-food avec du gras et de l’amour. Mais ça ne fait qu’empirer la situation de Celesta qui pèse 130 kilos à l’adolescence pour seulement 1m50. Victimisée par les autres gamins, Celesta arrête l’école et à 20 ans, son poids atteint 180 kilos.

Le mariage de Celesta Herrmann

 

Dans la famille Herrmann tout le monde mange beaucoup mais Celesta est la seule à développer un surpoids important, malgré tout, elle parvient à ne pas se désocialiser. Faut dire que c’est une jolie femme, très séduisante, avec de nombreux talents et travailleuse.

Dolly Dimples Continuer la lecture

Share Button

(Footit et) Chocolat, ou l’histoire d’un nègre sur scène

Aujourd’hui je vous raconte la vie d’un artiste noir. C’est l’histoire du Clown Chocolat, à la fin du XIXème siècle. Aujourd’hui, on ne le connaît plus, on n’en entend jamais parler, pourtant, il a joué un rôle considérable dans le monde du spectacle. Il représente aussi tout le racisme de son époque. Et c’est pas jojo.

Les nègres sur scène

Des blancs qui jouent des noirs sur scène, il y en a eu plein. Notamment Thomas Rice qui crée en 1830, Jim Crow, la caricature du nègre. Il se peint le visage avant de faire sa représentation. Il chante et danse sur des chansons inventées par et pour les esclaves. C’est un succès dans les années 1870. Et puis, ensuite, un vrai noir va se faire un nom dans les cirques français. C’est le Clown Chocolat.

Footit-et-Chocolat

Chocolat, c’est pas un vrai prénom. Le clown s’appelle Rafael, il vient de la Havane. Pour ceux qui n’étaient pas là en géo, c’est à Cuba. Son nom de famille serait Padilla. Mais peut être pas. Il a été vendu comme esclave à plusieurs reprises, et à ainsi pris chacun de leurs noms alors qu’il avait moins de 10 ans. Dans les années 1880, alors qu’il a fui son maître à Bilbao, il rencontre Tony Grice, un clown célèbre qui va l’embaucher comme domestique. Et puis, comme assistant. Faut dire qu’il danse très bien et possède une grande force physique. Des gros bras quoi. Rafael assiste Tony sur ses tours, et ça marche bien. Continuer la lecture

Share Button