La Sainte Chapelle ou l’histoire de Saint Louis acheteur compulsif

Pauline Darley (#passionchateau)

Mercredi 20 mai, l’équipe du Centre des Monuments Nationaux a invité toute une belle brochette de blogueurs (PassionChateau, Culturez-vous, Paris sur un fil, et bien d’autres) à visiter la Sainte Chapelle après sept ans de travaux. Velux, mécène sur ce projet a mis le paquet [cinq millions d'euro] et orne tous ses représentants d’une cravate rouge et d’un pins… Fleur Pelerin parle de Victor Hugo, et moi je cherchais le baiser de Judas sur tous les vitraux, mais je n’ai trouvé que Judith et Holopherne. On ne se refait pas. Puisque je ne compte pas vous raconter les discours et l’intérêt de bannir les petits fours au navet et à la carotte, pour le bonheur de Margaux, voici plutôt l’histoire de la Sainte Chapelle : tout commence avec les croisades.

Les croisades

Pauline Darley (#passionchateau)

En 1204, lors de la Quatrième croisade, c’est le sac de Constantinople. Concrètement, c’est pas le truc de plus classe des croisades. D’ailleurs, je me demande s’il y a eu un truc classe. Genre : hé les mecs, on va taper sur des gens parce que notre religion elle est mieux et tout. Bref. En plus d’être peu glorieux, le sac de Constantinople c’est vraiment un concentré de bolosses. Continuer la lecture

Share Button

MACL, Marie Antoinette Cocufie Louis, je vous l’assure !

Si tu habites Paris, ou si, comme moi, sombre provincial-e, il  t’arrive d’arpenter tout de même les rues de la capitale, tu as peut-être déjà vu ces quatre lettres sur les façades de certaines maisons.

Qu’est-ce que ça peut vouloir dire ?

Ce n’est ni le nom d’un mec, ni une inscription pour dire que tu es bien arrivé chez ton notaire/dentiste/avocat. Non, ça signifie simplement que la Maison est Assurée Contre L’incendie. Bin, ouais. C’est tout. C’est comme si tu gravais sur ta porte « Je suis à la MAIF », « J’ai bien un contrat chez Axa », ou je ne sais quel autre truc d’assurance. Ça a l’air complètement con, et pour ne rien vous cacher ça l’est un peu.

C’est au XVIIIème siècle que les premières maisons ont été assurées contre les incendies.

À la base, le terme « assurance » c’est un terme de commerce maritime, c’est pour dédommager les accidents occasionnés par les vaisseaux.

Et puis, petit à petit, on le développe à tous les accidents de la vie. C’est difficile à mettre en place, alors pour se faire un peu de bonne pub, les assureurs demandent aux propriétaires de grandes demeures de faire inscrire ces quatre lettres sur leur façade. Tous les nobles et certains bourgeois se retrouvent gravés, mais pendant la Révolution, ça va poser un peu problème…

*

 

Marie-Antoinette Cocufie Louis

À partir des années 1785, quand la colère commence à gronder autour de Versailles et de la royauté, les sans-culottes décident d’utiliser ces lettres et d’en changer le sens. « Marie-Antoinette Cocufie Louis ».Ça fait rire tout le monde, et l’expression va être utilisée partout dans Paris. Continuer la lecture

Share Button