Le droit à l’avortement, retour au XIXème siècle ?

En ce moment, je ne suis pas contente. Je ne vous apprends rien, c’est tendu tendu la question de l’avortement en Espagne. Si j’ai bien tout compris, le projet de loi qui doit passer devant le Parlement espagnol n’autorise l’interruption de grossesse que dans deux cas, le viol et lorsque la grossesse présente un risque physique ou psychologique pour la mère. Bref, l’Espagne passe la marche arrière en ce qui concerne les droits de la femme (et de l’homme). Et le débat envahit la France. Aussi, je vous propose aujourd’hui de comprendre comment se déroulait un avortement dans la France du XIXème siècle. Que ça ne donne aucunes mauvaises idées aux rétrogrades de ce monde.

Edit du 24 juillet 2015 : le 21 juillet 2015, le parlement Portugais a décidé de rendre payant l’avortement jusque là aux frais de l’Etat. Un grand pas en arrière après avoir rendu en 2007 l’IVG possible et gratuit pour toutes les femmes enceintes de moins de 10 semaines.

Edit du 04 avril 2016 : la Pologne, pays déjà peu à l’aise avec l’avortement, compte bien l’interdire. Piqûre de rappel sur les risques des  avortements clandestins.

A la fin du XIXème siècle, l’avortement devient de plus en plus fréquent malgré l’illégalité, les difficultés, les douleurs, et sans tenir compte des pressions politiques, sanitaires, sociales, les femmes ont voulu échapper à la fatalité biologique des grossesses successives.

Les méthodes d’interruption de grossesse

    • Les recettes et autres potions pas tellement magiques. Elles sont effectuées par les femmes elles-mêmes. Principalement à base de persil, et plus tardivement à base de médicaments. Le taux de réussite n’atteint pas les 5%, c’est pourquoi les femmes concernées doivent nécessairement utiliser des méthodes beaucoup moins douces. Tout au long du XIXème siècle les détails des faits notés dans les décisions de justice permettent de rendre compte de la violence que pouvait générer une grossesse non désirée…

    • Le décollement ou la perforation des membranes. C’est la méthode utilisée dans les trois-quarts des cas. Entre 1870 et 1939, les avortements augmentent et sont beaucoup plus précis… Il faut remarquer que, quel que soit le terme de la grossesse, ce sont toujours les mêmes techniques rudimentaires qui sont utilisées. Aussi, des ustensiles de la vie quotidienne sont–ils détournés de leur usage normal: aiguille à tricoter, crochet, épingles, plumes à chapeau ; ensuite des outils chirurgicaux : speculum, sonde en caoutchouc et canule fine, vendus librement à l’époque dans les grands magasins. Tout ceci n’a rien à faire dans un utérus, j’vous jure.

    • L’injection d’eau bouillie ou savonneuse, l’avortement se pratique soit avec une seringue, soit avec poires et canules à lavements.

    • Enfin, la dernière méthode est celle utilisée surtout par les spécialistes, la pratique consiste à dilater le col, soit avec des laminaires, soit à l’aide de bougies. Super… C’est très très rare car il faut un médecin, et le code pénal nous rappelle bien qu’ils peuvent être condamnés aux fers. La peine des fers ce n’est ni plus ni moins que des travaux forcés.

Les couples aisés, malgré l’illégalité, font appels à des sages-femmes, voire des médecins et du matériel relativement adapté pour pratiquer l’avortement. En revanche, pour les couples les plus démunis, il s’agit de matrones sans diplôme, ou de proches, ou de n’importe qui en fait et surtout avec n’importe quoi.

De manière générale, les avorteurs et « faiseuses d’anges » sont à 16% des proches (maris, familles, amies, voisines), 45% sont des professionnels de santé (dont plus de la moitié de sages-femmes), 33% sont des femmes ordinaires réputées s’y connaître (ménagères, ouvrières, paysannes, cartomanciennes, prostituées).

Le Code Pénal de 1810 et les procès d’avortement

La loi :

L’article 317 du Code Pénal de 1810 «condamne aux fers médecins chirurgiens et pharmaciens impliqués dans un avortement» et condamne à la réclusion quiconque qui ne serait pas du corps médical, donc, à une peine de réclusion. Cet article entérine un interdit sur l’avortement qui existait dans la société française depuis un édit d’Henri II en 1556. L’avortement, considéré comme un crime, envoie directement les accusé(e)s devant les cours d’assises, et c’est pas franchement funky. Pour la femme qui s’auto-avorte, c’est plus compliqué, il y a eu de nombreux revirements de jurisprudence. Certains jugent sanctionnent, d’autres estiment que c’est SON CORPS, SA VOLONTÉ, SON CHOIX. 

Pour se défendre les femmes, ou les couples, donnent diverses raison, des problèmes de santé de la femme suites aux précédentes grossesses, une famille déjà trop nombreuse ou encre des problèmes financiers.

Le nombre d’avortements :

L‘évaluation du nombre d’avortement reste difficile, personne ne se risquait à revendiquer un acte illégal. Une meuf qui mange du persil à tous les repas, ça ne se remarque pas, mais celle qui va à l’hôpital avec un utérus perforé, là, on peut avoir un doute.

En consultant les registres des hôpitaux, Jacques Dupâquier avance le chiffre de 30000 avortements en 1900 et plus de 60 000 en 1914. Autant d’actes susceptibles d’être traduits en justice. Or, ce n’est pas le cas.

De 1831 à 1880 il est possible de compter «seulement» mille procès d’avortement, soit une vingtaine par an. Et les jurés font preuve d’indulgence envers les femmes accusées, 40% des accusés sont acquittés, et 78% des reconnues coupables bénéficient de circonstances atténuantes. En revanche, pour tous les foyers qui n’ont pas les moyens, ou pas les connaissances pour avorter de manière illégale, il reste l’infanticide, couramment pratiqué dans les campagnes, il est très sévèrement puni. Mais personne ne voulait en arriver là.

Et puis le 17 janvier 1975, Simone Veil.


*
* vidéo : Marine Périn
*

Pour soutenir Raconte-moi l’Histoire tu peux acheter le tome 1 ou le 2, mais encore participer à ta guise sur Tipeee (et recevoir les articles en avant première directement dans ta boite mail !)

Merci à Nathalie, Myev pour les illustrations. Voila, sa page FB.

Share Button

11 thoughts on “Le droit à l’avortement, retour au XIXème siècle ?

  1. Puisqu’on me pose la question, j’en retourne une autre, n’ayant pas d’avis arrêté sur ladite question.

    À partir de quel moment peut-on considérer qu’un œuf fécondé/fœtus/enfant est en vie ? (Biologiquement parlant, et non légalement.)

    • Je pense qu’il n’y a pas de bonne réponse à votre question.

      S’il y avait véritablement un « moment » biologique alors il n’y aurait pas de débat et aucune différence en ce qui concerne les délais décidés de façon arbitraire?subjective? par les législations des différents pays.

    • Moi je trouve que c’est à partir du moment ou le cerveau est bien formé, où le fœtus ressent la douleur. Certain à partir du moment ou le cœur bats. D’autre à partir du moment où la division cellulaire s’effectue (c’est à dire au commencement) La frontière est flou.
      Après je suis pour l’avortement, chacun fait ce qu’il veut de son corps.

  2. Pingback: L’allaitement obligatoire, et ta mère ? | Raconte moi l'Histoire

  3. Pingback: Comment baiser tranquille tranquille, ou la contraception à travers les siècles | Raconte moi l'Histoire

  4. Pingback: Madmoizelle Catherine Theot, mère de Dieu ou folle cinglée ? | Raconte moi l'Histoire

  5. Pingback: L'allaitement obligatoire, et ta mère ? | Raconte moi l'Histoire

  6. @atom : « À partir de quel moment peut-on considérer qu’un œuf fécondé/fœtus/enfant est en vie ? (Biologiquement parlant, et non légalement.) »

    « être en vie » c’est une expression purement humaine, pleine de sous entendus, qui n’a pas de sens ici. La limite biologique est donc simple et claire : on est « en vie » une fois qu’on est né.

    Ce qui est vivant naît, croit, se reproduit puis meure : on est « en vie » quand on est né !

    Avant l’oeuf est « vivant » (au sens premier du terme, ce n’est pas une pierre en gros!), certes, mais c’est un foetus, et il n’est pas encore « en vie ».

    Ce sont nos connaissances et représentations (sociales et culturelles) qui font, parce qu’on sait aujourd’hui comment tout ça fonctionne, qu’on l’assimile déjà à l’enfant qu’il pourrait devenir par la suite.

  7. « La cellule oeuf est en vie à partir du moment où elle est fécondée. »

    Ben, oui et non. Parce que les éléments qui la composent sont déjà « en vie » avant la fécondation. Un ovule vivant + un spermatozoïde vivant deviennent une cellule œuf vivante !

    Pour reprendre la question initiale « À partir de quel moment peut-on considérer qu’un œuf fécondé/fœtus/enfant est en vie ? » :

    Un œuf fécondé est « vivant », biologiquement parlant, mais il n’est pas « en vie », de même pour un fœtus (la seule différence entre eux sont que ce sont des formes de vie plus ou moins complexes).

    Seul un enfant né peut être « en vie » (après la naissance), on peut donc considérer que l’on est « en vie » à partir de la naissance.

Laisser un commentaire