Irma Grese, la hyène d’Auschwitz

Sur Raconte-moi l’Histoire, j’ai pris l’habitude de dresser des portraits de femmes et d’hommes qui se sont démarqués par leur force, leur courage, leur vie, ou encore parce qu’ils ont fait de la merde mais que c’est un peu drôle. J’aime montrer le positif, l’amour, la joie, le bonheur et le cul aussi hein avouons-le. Bon ok, parfois je parle de torture… Mais aujourd’hui, je vous raconte l’histoire de Irma Grese. Une Allemande née en 1923 et qui s’est faite remarquer durant la Seconde Guerre mondiale. C’est vrai, elle a fait parler d’elle car était une garde SS dans les camps de concentration de Ravensbrück et Auschwitz.

Aujourd’hui je vous parle d’une histoire moche, celle de « la Hyène d’Auschwitz », au centre sur cette photo.

c28b42bdde6f42968eeb340f1d0b62bc

Qui est Irma Grese ?

Le père de Irma Grese, Alfred, est un ouvrier de laiterie. Sa mère, Berta, est au foyer pour gérer la fratrie de cinq gamins. Trois filles et deux garçons. Globalement, c’est pas la belle vie pour Berta, elle s’occupe des enfants et Alfred en profite pour dilapider la paye dans un bistrot. Faut dire qu’il couche avec la propriétaire… Lorsque Berta l’apprend en 1936, elle décide de boire de l’acide chlorhydrique et elle décède, laissant cinq enfants orphelins et un mari vachement branché nazisme. A ce moment là, Irma a douze ans. Deux ans après le décès de son épouse, Alfred se remarie. Il ne délaisse pas ses enfants mais il est un peu dépassé par le comportement de sa fille. En effet, en 1938, Irma qui n’est pas bien douée à l’école décide d’arrêter d’y aller pour rejoindre la Ligue des jeunes filles allemandes (Bund Deutscher Mädel). A côté de ça, Irma Grese travaille en tant qu’aide-soignante et tente de devenir infirmière, mais elle n’y parvient pas.

Irma Grese intègre le parti nazi

La Bund Deutscher Mädel, c’est l’aile féminine des Jeunesses hitlériennes. Évidemment, on ne leur apprend pas à être libres et indépendantes… Non, on leur apprend à devenir de bonnes épouses, de bonnes mères et à être bonnes tout court (toute la journée du samedi est consacrée à la gymnastique).

BDM in der Landwirtschaft Continuer la lecture

Share Button

Pervitine, la drogue des nazis

80993252_oAh les nazis, les camps et la Seconde Guerre mondiale… Il y en a des choses à dire. On parle souvent (et c’est bien légitime) des victimes du nazisme, mais on évoque plus rarement l’armée allemande et encore moins les soldats, les fameux SS. Et pourtant… Dans cet article, je vous parle de la drogue qu’on fournissait en quantité aux soldats pour les rendre plus forts physiquement (mais plus faibles psychologiquement). Découvrez la Pervitin, la pervitine ou encore la méthamphétamine nazie.

La pervitine, un stimulant légal

En 1939, la pervitine est en libre-service en Allemagne. Tout le monde peut l’acheter et sous différentes formes sous le nom de Pervitin. En cachet, en poudre, mais aussi dans du chocolat. En Allemagne, il existe déjà du chocolat au café, dans une petite boite ronde, c’est mignon et pratique. On raconte que les soldats de l’armée de l’air en consommaient beaucoup. Et puis, on décide d’y mettre ensuite de la pervitine. C’est le laboratoire Temmler qui produit la drogue. L’idée c’est de concurrencer le Coca-cola qui est très présent en Allemagne. Les nazis et les Etats-Unis ne sont pas super copains pendant la Seconde Guerre mondiale, alors on cherche une alternative bien allemande. Ce n’est pas (encore) considéré comme une drogue mais plutôt comme un énergisant, du coup tout le monde en prend. La mère de famille fatiguée par ses gamins, l’ouvrier, le poète. Comme le guronsan, le redbull, l’ovomaltine ou le café, la pervitine trouve des clients.

chocolat_pervitine_drogue

Les effets de la pervitine sont connus : coupe-faim et sensations d’euphorie et d’invulnérabilité. C’est ce qu’on aime bien pendant la guerre. Le problème, c’est qu’on devient rapidement addict à la pervitime…

 Une armée forte grâce à la pervitine

« L’idée était de transformer de simples soldats, marins et aviateurs, en pantins capables de performances surhumaines. » Otto Rank, médecin militaire Continuer la lecture

Share Button

Guérir l’homosexualité, le projet fou de Carl Vaernet

guérir l'homosexualité

Il y a quelques mois, j’ai reçu le livre « Les guérir » d’Olivier Charneux, sur Carl Vaernet. Le mec est danois, père de famille et médecin. Spécialisé dans les hormones, il va devenir le copain d’Himmler et va tenter de guérir l’homosexualité à Buchenwald, le camps de concentration. Découvrez son histoire…

Carl Vaernet, le médecin danois

Carl Vaernet est issu d’une famille d’agriculteurs du Jutland. Au Danemark. Tous les fils se sont partagés les terres, mais Carl, lui, ça ne l’intéresse pas. Il veut faire des études. Il veut être médecin. Après de longues et périlleuses disputes avec son père et quelques années d’études, il y parvient. Il est brillant et installe son cabinet de consultation à Copenhague. Loin de sa famille, des chevaux et du purin. Ça pue le purin. Carl s’est créé un beau réseau à la fac, parmi ses meilleurs amis, on peut noter Frits Clausen, le mec va être à la tête du parti nazi danois. Ah bin c’est classe hein, y’a pas à dire.

Carl Værnet

Ça marche bien pour Carl, il a des copains, du boulot, du fric et de nombreux soutiens, mais aussi une famille : de sa première épouse, il va avoir trois enfants. Et de la seconde : deux garçons. Le problème, c’est que Gurli, sa deuxième épouse va devenir un peu alcoolique. Beaucoup en fait. Elle ne gère pas très bien la mondanité, le champagne, puis la faillite et le départ en Allemagne de toute la famille. Continuer la lecture

Share Button

Irena Sendlerowa, elle sauve 2500 juifs

Aujourd’hui je vous présente une femme incroyable au destin incroyable et au courage incroyable. Non mais c’est vrai, c’est rare que je le dise, mais je sais être reconnaissante lorsqu’il le faut. Je vous présente Irena Sendlerowa. Elle a fait sortir plus de 2500 gamins juifs du ghetto de Varsovie. Elle leur a sauvé la vie.

Les liens en rouge peuvent heurter ta sensibilité.

Irena-Sendler

Qui est Irena Sendlerowa ?

Irena Sendlerowa (née  Krzyżanowska) est originaire de Varsovie, elle a grandi dans une banlieue ouvrière. Son père est médecin, il ne roule pas sur l’or, mais il fait vivre sa famille correctement. Il est engagé dans des actions sociales pour aider les plus démunis et estime qu’il n’existe qu’une seule différence entre les humains : ceux qui font le bien et ceux qui font le mal, sans distinction de race, de religion ou de fric. Sans doute l’altruisme se transmet de père en fille dans cette famille. Née le 15 février 1910, Irena connaît la Première Guerre mondiale et elle sait ce qu’elle veut : être utile. Alors elle devient également médecin. Non, c’est faux, elle apprend la plomberie et la serrurerie. C’est utile, efficace et ça lui permet également d’aider les personnes les moins friquées. Irena épouse Mieczyław Sendler et devient Irena Sendlerowa. Toute sa jeunesse, elle lutte contre toutes les discriminations, dès la fermeture du ghetto de Varsovie elle s’engage au Département de l’Aide sociale à la mairie de Varsovie afin de venir en aide aux juifs. Elle intègre Zegota, la Commission d’aide aux Juifs. Évidemment, cette commission est clandestine, c’est le gouvernement polonais en exil à Londres qui la met en place à distance et le ghetto de Varsovie en a bien besoin…

Le ghetto de Varsovie

Après l’annexion de la Pologne par l’Allemagne, les persécutions des populations juives commencent à Varsovie. Le 1er décembre 1939, tous les juifs âgés de plus de 12 ans doivent porter l’étoile de David. Pas encore jaune mais bleue, sur un brassard blanc. Durant l’hiver 1939-1940, les juifs doivent respecter un couvre-feu, ils ne peuvent plus déménager ni se déplacer avec les transports communs, tous les moyens de communication sont coupés (radio, journaux…) et le courrier n’est ni envoyé ni distribué. Finalement, les juifs n’ont plus le droit de fréquenter aucun des lieux publics.  Continuer la lecture

Share Button