Julia Pastrana, la femme-singe du XIXème siècle

Aujourd’hui on va parler poils, grandes oreilles et long nez. Voici l’histoire de Julia Pastrana, une mexicaine qui a longtemps été présentée comme la femme-singe, ou encore la femme la plus laide du monde. On est d’accord. C’est pas très sympa. Julia n’a clairement pas un physique facile. Les liens en rouge sont des vraies photos de Julia, sa fille, et Zenora.

julia

Julia Pastrana, qui est-ce ?

Bin, on ne sait pas trop, en fait. On suppose qu’elle est née dans les années 1830. Théodore Lent raconte avoir trouvé Julia Pastrana dans une grotte du Mexique. Dans les années 1830, c’était une toute petite fille, presque entièrement poilue, qui vivait avec sa mère. En effet, Julia Pastrana est atteinte d’hypertrichose universelle congénitale terminale. En gros, ça veut dire qu’elle est couverte de poils. Comme nous, mais en encore pire. Théodore Lent décide d’acheter la petite fille. Il donne quatre pièces à sa mère mais a la ferme intention de se faire un paquet de thunes en exhibant la petite fille, dans une foire, ou dans des expositions. C’est pas classe.

Les spectacles

Théodore Lent a bien réussi son coup. Avant de montrer la petite fille au public, pendant plusieurs années, il lui donne une bonne éducation, et surtout, elle est maligne. Julia Pastrana est brillante, elle apprend à chanter, danser, elle parle et écrit également trois langues. Lorsqu’elle est prête, Julia mesure 1,34 m, elle est couverte de poils, possède des oreilles bien plus grandes que la moyenne et a un grand nez. Elle est au moins aussi prognathe que le roi Henri IV, et comme les requins… elle a deux doubles rangées de dents En plus d’une barbe épaisse. Ça fait beaucoup pour une seule personne.

blowjob

Théodore souhaite la présenter comme « la femme singe » sur tous les continents. Et ça fonctionne. Lors d’une tournée à Moscou, Julia Pastrana donne naissance à enfant, une fille. Elle aussi est atteinte d’hypertrichose. elle meurt quelques jours après sa naissance. Julia aussi. Dévastée par le chagrin ? L’accouchement s’est mal passé ? Nous n’avons aucun détail.

D’ailleurs, on ne sait pas non plus qui a couché avec Julia. Est-ce Théodore ? Est-ce un spectateur qui a voulu en avoir plus ? Ce qui signifie que Théodore prostituait -en plus- Julia Pastrana… Ou Julia était-elle mariée ? Aucune réponse.

Le fait est que Julia décède le 25 mars 1860, à Moscou. Mais son histoire ne se termine pas là.

La momie de Julia Pastrana

Théodore Lent est très attristé par la mort de Julia et de son gamin, bin oui, comment va-t-il faire pour se faire du fric maintenant ? Alors il a une idée… Brillante. Il va les momifier. Encore à Moscou, Théodore va donner les deux cadavres à un prof de l’université de Moscou, il va les embaumer. En gros, il les vide, les sèche, et il fait en sorte que les cadavres se conservent bien. Lent est rassuré, il peut continuer son job. Il file du fric au Russe et se casse pour présenter les momies partout en Europe. Les voici... La gamine et sa mère.

taxidermiste

Évidemment, il n’y a plus de chant, plus de danse, plus de spectacle. Julia Pastrana est présentée dans sa plus belle robe, debout, avec sa fille, debout sur un socle. C’est morbide à mort.

Un beau jour de 1863, Théodore Lent fait une merveilleuse rencontre en Allemagne, une femme qui ressemble énormément à Julia. Il l’achète (c’est fou cette manie d’acheter des gens), l’épouse, et la fait passer pour la sœur de Julia. Zenora Pastrana. Un nouveau spectacle est né !

zenora

Finalement, Théodore Lent va devenir un peu cinglé et va être interné dans un hospice en Russie.

C’est la fin du spectacle. Enfin, pour lui… Pas encore pour Julia Pastrana.

En 1979, oui oui 1979, pas 1879, alors que les cadavres sont encore exhibés un peu partout, le gouvernement norvégien estime que quand même, c’est pas très très bien de faire ça. Aussi, il interdit toute exposition et confisque les momies. Les momies seront ensuite volées, puis retrouvées en 2009, à Oslo. Le gouvernement décide encore une fois d’intervenir et en 2013, le cadavre de Julia Pastrana est rendue au Mexique. Elle est enfin enterrée.

julia+enfant

Les illustrations, c’est Jean-Bon, rendez-vous sur sa page FB, il y a aussi une boutique avec plein de trucs coolos.

enlarge your culture

Share Button

6 thoughts on “Julia Pastrana, la femme-singe du XIXème siècle

  1. Pingback: Les photographies post-mortem, étrange pratique du XIXème siècle | Raconte-moi l'Histoire

  2. Pingback: Isaac Sprague, l'histoire du squelette-vivant #FREAK | Raconte-moi l'Histoire

  3. Salut ! Son histoire est très connue au Mexique, juste en complément (de ce que j’ai appris là-bas) : la version généralement établie pour Julia c’est que le fameux Lent l’a mise en cloques parce qu’il voulait perpétuer le business. Maintenant elle est en Sinaloa & les gens sont très contents de la savoir enfin chez elle !
    Ps : si tu veux étudier un autre truc creepy, je te recommande les momies de Guanajuato.

Laisser un commentaire