Catherine de Médicis : l’accouchement cauchemardesque des jumelles

medicisnovav4

Catherine de Médicis, c’est la femme d’Henri II. Elle est réputée pour avoir ramené la glace d’Italie, mais aussi l’artichaut (personne n’est parfait). Elle a aussi mis au monde trois rois, François II, Charles IX et Henri III, et une reine, Marguerite. En fait, Cathy a eu plein de gamins, dix. Et neuf grossesses. Les deux dernières filles sont des jumelles, malheureusement, si la grossesse s’est bien passée, l’accouchement, lui a été un véritable cauchemar, c’était en 1557. Revenons d’abord sur les méthodes d’accouchement.

 L’accouchement dans la douleur

Comme on l’a vu pour la Rome Antique et le Moyen-Age, lorsque tu accouches au XVIème siècle, tu douilles ta mère. Et en plus de ça, t’es même pas certaine de survivre à la fin. Mauvais jeu. La fièvre puerpérale tue de nombreuses mères jusqu’au XIXème siècle ! Faut dire que l’hygiène c’est pas ça… Tout le monde a les mains sales, la pièce est dégueulasse, les draps sont rarement propres… Une bactérie, et boum, la mort.

medicisfuretv6

Les femmes accouchent chez elles. Quand tu vis dans un château, c’est mieux. L’accouchement se fait assis, dans le lit ou sur une chaise. C’est une sage femme qui s’occupe de tout, les hommes sont rarement dans la pièce. Sauf en présence d’une famille royale, ce peut être le médecin de la Reine, ou du Roi. Il peut y avoir, la mère, la belle-mère ainsi que les sœurs. La présence des proches rassure, puis ça permet de discuter entre deux contractions. Surtout que ce ne sont pas les quatre potions à base d’eau et de verveine qui calment véritablement la douleur de la femme. Dans tous les cas, le gamin finit toujours (ou presque) par sortir. On peut utiliser les forceps (images de 1822), aller le chercher directement avec les mains, ou pratiquer une césarienne. Et puis, hop, on coupe le cordon, et s’en suivent quelques petits rituels.

Les rituels de naissance

frangipane2couleur

Une fois le cordon coupé, on le fout sur la tête du mioche. On raconte que ça porte bonheur, qu’il aura une longue vie et beaucoup d’argent… Ensuite, on remodèle le crâne du nouveau-né et on lui lave le corps avec différentes décoctions. Pour les enfants royaux, il est coutume de leur frotter le front avec du beurre frais et de l’huile d’amande douce. Comme pour faire une frangipane. Le premier bain arrive généralement au bout de plusieurs mois. Avant cela, on le frotte avec des langes humides.

Par manque de soins et de connaissances, la mortalité infantile est très élevée. Un enfant sur quatre décède avant sa première année. Un autre quart décède avant d’atteindre 15 ans. Tu rajoutes à ça une petite guerre, et il n’y a presque plus de moins de 25 ans.

Les grossesses gémellaires 

C’est bien malheureux à dire, mais à cette époque, les mecs ils pipent que dalle à la médecine, ils savent à peine à quoi ressemble une meuf enceinte. Au moindre truc, on te fait une saignée. On n’est pas toujours foutu de reconnaître une grossesse multiple (BIUS) et surtout la religion vient mettre son petit grain de sel. La césarienne est interdite sauf si la meuf est morte. Vivante ? Impossible. On préfère prendre le temps de baptiser un gosse mort à l’intérieur que de pratiquer une césarienne pour sauver la mère. Du coup, bien souvent, tout le monde meurt… Ce n’est pas ce qui est arrivé à Catherine de Médicis, mais ce n’est pas franchement mieux.

Le dernier accouchement de Catherine de Médicis

Cathy est donc enceinte de jumelles. Or, au moment de commencer le travail, on se rend compte que l’une des filles est morte. Avant même d’être née. Elle se présente mal, sans doute en siège, ou les bras en avant, de fait, elle dérange la naissance de la seconde fille. Il faut agir. Le médecin prend alors la terrible décision de démembrer l’enfant mort qui sera baptisé Jeanne. Il la découpe…

Hop un bras.

Hop une jambe.

Tiens, l’autre bras…

Ainsi, la place est dégagée pour l’autre petite fille, Victoire. Qui porte bien son nom. Mais pas pour longtemps. Deux mois après sa naissance, Victoire meurt…

Effondrée de chagrin, la Reine Cathy décide de ne plus avoir d’enfants. Il existe une seule représentation de ses jumelles, et c’est quelque peu arrangé puisque Jeanne est vivante et entière, on peut la trouver dans le livre d’heures de Catherine de Médicis. Mais Uzu, en a également fait une illustration, retrouvez-le sur sa page FB pour des strip incisifs.

bébé zombie3

 

Share Button

9 thoughts on “Catherine de Médicis : l’accouchement cauchemardesque des jumelles

  1. Petite précision : Catherine de Médicis a donné naissance à non pas une mais deux reines. Mise à part la reine Margot, elle a aussi eu Elisabeth (dite Isabelle de Valois), mariée à Philippe II d’Espagne et donc reine d’Espagne, de Naples et de Sicile.

  2. bonjour !
    à propos des sages femmes et des « médecins » du moyen age, en réalité les connaissances médicinales des premières ne se résumaient pas à quatres potions à la verveine, alors que celles des seconds effectivement consistaient la plupart du temps en saignées pour toutes les affections. le savoir des sages femmes et des femmes qui soignaient était empirique, plutôt efficace en fait, et enseigné d’une génération à l’autre et très fourni.. même s’il y avait ce tout petit problème des microbes :) à les mains sales…

  3. Pingback: Henri II a la bite tordue (maladie de la Peyronie) | Raconte-moi l'Histoire

  4. Salut ! Tout d’abord votre site est super, je viens de le découvrir, le ton de narration est drôle, l’ensemble accessible, bref ça déchire et merci. Par contre sur cet article la dernière illustration me semble quand même déplacée surtout après avoir évoqué la tristesse de la mère, on peut rire de tout dans l’absolu, mais bon c’est pas hyper marrant pour tout le monde, vous faites bien de préciser que c’est incisif ! ;-)

  5. Est – on obligé pour attirer davantage de personnes , et surtout des jeunes je suppose…, d’employer des mots comme  » meuf » . Il me semble que l’on peut s’exprimer correctement.

Laisser un commentaire