Grossesse et accouchement dans la Rome Antique

Pour tomber enceinte à Rome, c’est pas compliqué, il suffit de faire pareil que partout ailleurs. Du sexe. Pas n’importe comment, évidemment, on fait des enfants à l’épouse, la matrone, et on fait de la sexualité drôle et ludique avec la maîtresse ou la pute. Faire des enfants est un devoir civique. A Rome, on a besoin de soldats, alors hop, tous au pieux ! Mais après ? Ça se passe comment ?

 La grossesse

Pline l’Ancien raconte que les signes de grossesse se manifestent très vite. Environ dix jours après le coït efficace. Les maux de tête et les nausées sont la preuve que la meuf est enceinte. YOUPITRALALA, on est contents ! On va avoir un bébé !

(un jour je vous raconterai comment ça se passe quand on n’est pas contents d’avoir un mioche qui pousse dans l’utérus et comment on peut essayer de l’enlever en risquant sa vie)

Vénus, déesse de l’amour

Désormais, il faut faire attention. A tout. Faut pas manger de nourritures acres ou pimentées. L’ail, l’oignon, la charcuterie, adieu. A dans neuf mois. En revanche, les servantes, la mère ou la nourrisse peuvent donner des petites astuces pour garder l’enfant en bonne santé. Genre, boire de la cendre de porc-épic pour éviter les fausses couches, ou boire du lait de chienne pour favoriser le développement du fœtus. Mais attention, ça accélère l’accouchement. Ça donne envie, y’a pas à dire.

Après l’accouchement, la femme peut aussi se frotter les nichons avec des crottes de rats pour les faire dégonfler.

Il existe également des astuces pour savoir si la mère attend une fille ou un garçon…C’est très simple. Si la grossesse se passe mal (jambes et ventre qui enflent, lourdeur, fatigue, stress), c’est une fille. Si tout se passe parfaitement bien, c’est un garçon. Qu’est ce qu’on ne raconterait pas hein pour rabaisser la femme, toujours, en chaque circonstance. D’ailleurs, si la femme mange des testicules de coq dès les premiers signes de grossesse, elle a un garçon. Bin tiens. Les couilles font pas des vagins. Enfin, si la mère veut que son enfant ait les yeux noirs, elle doit manger une souris.

A la fin de la grossesse, le meuf doit bander son ventre pour le soutenir. Sinon, on pense qu’il va tomber et provoquer l’accouchement avant le terme. En fait, non, mais ils ne le savent pas.

Il faut aussi faire attention aux activités physiques. Pas de sport, éviter les mouvements brusques, et surtout, surtout, pas de sexe ! La pénétration peut faire souffrir l’enfant ou provoquer l’accouchement trop rapidement. Alors la seule chose que peut faire la future mère, c’est marcher ou se promener en carriole.

 L’accouchement

Jupiter et Junon déesse du mariage

Une fois le travail commencé, il faut s’activer. Les mecs sont foutus dehors. L’accouchement est un moment entre femmes. Il faut : la future mère, une sage femme, éventuellement les deux futures grand-mères. Pas plus. Une chambre a été emménagée quelques jours auparavant. Enfin, ça c’est pour les personnes organisées. Dans cette pièce, on trouve un siège d’accouchement, un fauteuil à haut dossier et le siège est découpé en demi-lune. La meuf, grosse jusqu’au bout des pieds, s’assoit sur le siège, les deux vieilles lui tiennent les bras pour ne pas qu’elle glisse, et puis elle pousse, elle bloque la respiration, puis elle repousse… On passe des huiles chaudes sur le ventre. La sage femme récupère l’enfant, vérifie qu’il soit en vie, viable et qu’il soit beau. Enfin, elle coupe le cordon et va laver et emmailloté le nouveau-né. La mère va se vautrer sur un lit. Quittant le siège de labeur.

L'accouchementLa sage femme

Parfois, l’accouchement foire un peu. Genre t’as le mioche il décide de traverser ton vagin les bras en l’air ou le cul en avant, et franchement c’est relou. Manque plus qu’il s’étrangle avec son cordon ce con… La sage-femme est parfois obligée de faire appel à un médecin. Le médecin peut faire tourner l’enfant pour qu’il se présente tête la première, comme les enfants sages. Ou alors, il peut décider de faire une césarienne. Autre chose, parfois, pour sauver la mère, le médecin découpe l’enfant, préalablement mort, pour le faire sortir morceau par morceau. Et ça, ça c’est vraiment dégueulasse. Mais c’est relativement rare. La pratique a été connu jusqu’au milieu du XXème siècle. Genre, c’était avant hier.

Passons. L’enfant est né, il est en bonne santé. Il va falloir se lancer dans la vie ex-utero.

 L’enfant

Vénus et Cupidon

Pour intégrer la famille, il faut que l’enfant soit accepté par le pater familia. Bin oui. L’enfant est posé aux pieds de son père. Soit le père le relève, le prend dans ses bras et l’accepte dans la famille. Soit il l’écrase en sautant à pieds joints. Non, je déconne. Soit il le laisse au sol, et l’enfant va mourir de faim ou bouffé par des animaux. Le père a vraiment le droit de faire ça, c’est lui qui décide. Par exemple, s’il n’est pas certain d’être le père, si l’enfant est mal formé, moche, ou s’il crie trop fort, mais aussi s’il est né un jour néfaste, ou que le pater n’a pas de quoi le nourrir… L’enfant qui est accepté par son père va se voir décerner un prénom. Enfin… Les Romains ont un prénom + nom de famille. La Romaine a juste un nom de famille. Il s’agit du nom de famille du père féminisé. La fille de Jules César s’appelle Julia. La fille de Tullius Cicéron s’appelle Tullia. Aussi, lorsqu’il y a plusieurs filles, les sœurs s’appellent de la même façon… A partir du Ier siècle, ça va changer, on emprunte des noms aux oncles ou aux grand-pères…

Au XXIème siècle, les parents décident du prénom de l’enfant bien avant sa naissance, parfois bien avant sa conception. Genre, moi, je sais déjà que mes garçons s’appelleront Eustache et Gustave, malgré les avis inopportuns de mes proches. Je suis encore ouverte aux propositions pour les filles. BREF, à Rome, ça ne fonctionne pas du tout comme ça. Par exemple, la manière dont l’enfant naît peut donner une idée de prénom, c’est le cas de César. Ce n’est pas lui qui est né d’une césarienne, c’est plus lointain, mais les noms se transmettent. Agrippa signifie « les pieds en avant », on sait déjà que sa mère l’a détesté le temps de l’accouchement, sans dec, on ne se présente pas par les pieds. Merde ! Vopiscus est le nom donné à un enfant lors d’une grossesse gémellaire qui se passe mal. Un enfant décède lors de la naissance, hop son jumeau vivant est appelé Vopiscus. Le prénom est donné le huitième jour après la naissance à une fille, le neuvième à un garçon. L’enfant est porté devant l’autel familial, il porte un cordon autour du cou, il contient la bulle d’or et appartient désormais au corps des citoyens romains.

Super, dans quelques années il va pouvoir se saouler ou encore se marier avec une gamine

tipee baniere

   

Share Button

5 thoughts on “Grossesse et accouchement dans la Rome Antique

Laisser un commentaire