L’histoire du papier toilette, du torche-cul au PQ

Aujourd’hui nous allons parler excréments et nous allons parler papier toilette. Oui, c’est pas classe, mais l’élégance n’est pas de rigueur ici. En revanche, l’histoire et l’évolution le sont. Asseyez-vous bien confortablement. Il ne s’agit pas d’un article sale, enfin… J’ai fait ce que j’ai pu. Pauline Roland, l’illustratrice, ne m’a pas aidé !

 

 Le papier toilette antique

En Grèce

Bon, en Grèce antique, les mecs s’essuient rarement les fesses. Ou alors, ils le font avec les doigts, les vêtements ou des cailloux lisses. Dans l’une de ses satires sociales, Aristophane explique qu’il faut trois pierres raboteuses ou quatre pierres polies pour s’essuyer. Il raconte aussi que les personnes issues des couches les plus aisées peuvent utiliser les feuilles du poireau.

Le plus dégueulasse, c’est quand même les fringues. J’veux dire, le Grec (ou la Grecque) se poste entre deux chemins ou dans des latrines publiques, il fait son affaire et ensuite utilise sa chemise pour se nettoyer. Or, il va garder sa chemise toute la journée, voire plus. Alors pour peu qu’il ait un transit rapide, il peut avoir besoin de sa chemise plusieurs fois par jour. Concrètement, ça ne sent plus la lessive à la fin de la journée.

2freesbee2

Dans Homère, Nausicaa demande à son père de pouvoir utiliser son char et ses chevaux afin d’aller nettoyer « les chemises merdeuses » de ses frères.

Ça fait pas rêver quoi. Je te rassure, dans l’Empire Romain, c’est pas mieux.

A Rome

Les romains utilisent également les cailloux. Genre des galets. Mais ils ont aussi recours à une éponge accrochée au bout d’un bâton, on appelle ça un tersorium. En fait, on ne sait pas trop si c’était pour se nettoyer l’anus ou si c’était pour nettoyer les latrines. Les Romains avaient aussi une petite bassine remplie d’eau salée ou vinaigrée, dans laquelle ils nettoyaient les éponges. Autre chose, la céramique. A Rome, on utilise des fragments de céramique, des pessoi  On en a retrouvé durant des fouilles archéologiques de latrines. Enfin, Catulle, un poète vivant à Rome au premier siècle avant notre ère précise également que la classe patricienne (celle qui a du fric) se sert de petites serviettes de tissu, souvent découpées dans des vieux vêtements usés.

Au début du deuxième siècle après notre ère, le poète latin Martial, fait référence à l’utilisation de laine comme papier nettoyant. Il arrivait même qu’il soit parfumé. Comme le lotus à l’eucalyptus. On a rien inventé.

Le Moyen Age cracra

Attention, c’est pas très glamour la suite là… On utilise le baton courbe pour gratter le plus gros. Et ensuite, on utilise du foin, de la terre ou des feuilles. Genre la feuille de marronnier est réputée pour être un bon torche-cul.

4culs

En 996, les bénédictins voyagent avec en leur possession, un aniterge. Soit un mouchoir, soit du tissu, soit un truc végétal pour s’essuyer. Mais faut se l’avouer, le plus courant, ça reste le vêtementUn auteur du XIIème siècle écrit : « Nous voyons des gens élevés avec soin et versés dans les sciences et répandus dans le monde, en qui néanmoins la nature laisse encore éclater un goût décidé pour la merde. Qui ont ce goût pour la merde si puissant qu’ils ne sont jamais sans en porter un peu avec eux. Non pas, va s’en dire, dans des vases mais du moins après la chemise et dans les vêtements ». On dit aussi que les mecs de l’époque portent la chemise dorée…

3chemise

Bin ouais… au XIVème siècle, le papier est encore trop rare et trop cher pour être utilisé pour les toilettes… Faut pas déconner, on préfère en faire des manuscrits trop beaux. C’est trop précieux le papier. On utilise tout de même du chanvre ou du lin dans les familles les plus aisées, et royales. Genre le duc de Berry, en 1398, a utilisé du coton et des livres d’étoupe pour s’essuyer. Ouais, en ce qui concerne les comptes royaux, on note tout. TOUT. Charles VI, lui, préfère l’étoupe de lin.

Au même moment, ailleurs, on utilise aussi le bâton, genre en Chine. C’est un bâton de 20 à 25cm. Il permet un usage externe et interne. Le baton de toilette est un objet précieux qui se passe de père en fils. Si si, j’te jure. On utilise aussi des coquillages. Genre, clique ici, c’est pas la vérité, c’est dans le film Demolition Man. Mais surtout on utilise des pierres, des végétaux, des fourrures animales, des tissus à base de laine ou dentelle, mais on utilise aussi l’eau. Surtout dans les pays musulmans où le papier toilette est inconnu ou presque. Il est d’usage de se laver l’anus avec une douchette ou un seau d’eau. Pour les Musulmans, seule la main gauche sert aux ablutions, la droite, servant à se nourrir ne doit pas être souillée.

5lapins

Renaissance et époque moderne

Au XVIe siècle, le papier est encore cher et donc rare. Comme le cheval des sophistes. Chez les roturiers du royaume de France, on utilise encore un tissu issu du chanvre ou du lin. En revanche, dans la noblesse, on s’essuie le derrière avec du velours. Enfin, des manuscrits sont découpés et utilisés comme torche-culs. Genre, olala, il est vraiment beau et bien enluminé ce livre, je vais pouvoir en faire des gros cacas…

6majesté

D’ailleurs, dans la cour Napoléon du Louvre se trouvaient les anciennes latrines, lors de fouilles archéologiques, on a pu y trouver des fragments de manuscrits dont 700 cachets de cire aux armoiries des mecs super importants de la fin du XVIIème et du début du XVIIIème siècle. En gros, les personnes utilisaient leurs courriers comme papier toilette jusqu’au développement de la presse écrite. Le papier journal va remplacer le courrier de ta meuf. C’est un peu plus râpeux peut-être.

Le XIXème siècle

On en a parlé, le XIXème c’est le siècle de l’hygiène, de la prise de conscience et de la mise en pratique plus ou moins correcte de mesures médicales. On sait désormais que se laver est très important pour éviter les bactéries et les infections. C’est pareil pour le cul. Mais, la pudibonderie française n’aide pas… La population s’offusque lorsqu’on dit qu’il est important de se laver l’anus. Le Docteur Rochard met les pieds dans le plat à la fin du siècle : « La région de l’anus est souvent le siège d’irritations qu’on doit prévenir par un état de propreté rigoureux. »

Pour cela, on utilise donc du papier journal… C’est un bon début. Mais en fait, les mecs utilisent le même morceau de papier, plusieurs fois, et pour plusieurs personnes… C’est un peu dégueulasse… Et puis ça va être l’apparition du papier toilette en 1857 aux Etats-Unis d’Amérique m’sieurs dames. On commence à l’industrialiser et de fait à le produire en masse. C’est cool. Mais en fait, ça ne marche pas très très bien. En Europe, les journaux sont encore majoritairement utilisés jusqu’à la moitié du XXème siècle et bien après la guerre. Mais bon, c’est une bonne initiative… C’est seulement après la Seconde Guerre mondiale que le papier toilette en rouleau va connaître un essor considérable.

7Sans titre-5

En 1960 un Européen consomme 0,50 kg de papier toilette par an. A ce jour il en utilise 6 kg en moyenne.

Au Japon, on utilise de plus en plus le jet d’eau. C’est une invention française du XVIIIème siècle, mais en vachement mieux en fait. Il s’agit d’un jet d’eau tiède et d’un courant d’air chaud installés dans les toilettes. Ça nettoie et puis ça sèche le cul. Ça paraît vachement plus hygiénique.

Allez, salut !

 

 

Share Button

7 thoughts on “L’histoire du papier toilette, du torche-cul au PQ

Laisser un commentaire