L’histoire de la psychiatrie : « Je ne suis pas folle vous savez »

Salut l’internet, et les autres ! Aujourd’hui on parle psychiatrie, je me suis penchée sur la question des timbrés, pinpins, tarés, dérangés, fous autrement appelés malades mentaux. Au fil du temps l’appréhension des maladies mentales a changé ainsi que les moyens de les traiter. Je te raconte tout ça.

La Grèce et Rome il y a longtemps

L’antiquité est réputée pour les nombreuses philosophies grecques, or, contre toute attente, en ce qui concerne les maladies mentales, les grecs s’en remettent à la religion. Genre, « Bon, les gars, on a assez de problèmes politiques à gérer, on crée la démocratie nous». Alors les maladies, c’est le dieu Asclépios qui doit s’en occuper. Ce sont donc ses prêtres qui doivent gérer les maladies physiques et mentales.

Au Vème siècle avant notre ère, le célèbre Hippocrate pense la « théorie humorale ». En gros si ton corps (y compris ton cerveau) ne va pas bien c’est parce que tes humeurs ne sont pas équilibrées. Pour retrouver cet équilibre, il fait appel à une alimentation saine , des saignées, des massages, et quelques herbes. On est d’accord, ça ne fonctionne pas trop bien.

Les grecs ont classé les maladies mentales en trois catégories : la phrénétis (troubles mentaux aigus et fièvre), la manie (agitation sans fièvre) et la mélancolie (troubles chroniques sans agitation ni fièvre, la dépression quoi). Et puis, en plus de tout ça, il y a l’hystérie qui correspond à un déplacement de l’utérus dans la cavité pelvienne. Pour y remédier, le médecin préconise le mariage (le sexe quoi). Alors que les Romains, eux, pensent que l’hystérie est due à un empoisonnement du sang par les hormones féminines. (On apprend au XIXème siècle que l’hystérie touche aussi les hommes hein.)

Les aliénés qui sont inoffensifs restent en famille, alors que ceux qui sont dangereux pour eux ou les autres sont emprisonnés. Sans soin.

On retrouve le même système dans le monde arabe. Dans la Bible c’est encore différent. Les mecs pensent que si tu es cinglé c’est parce que tu as péché. « L’Éternel vous frappera de folie, d’aveuglement et d’égarement d’esprit ». On va retrouver ça au Moyen-Age, et puis on va mettre en place le bûcher.


La psychiatrie au Moyen-Age

Au Moyen-Age, il y a deux perceptions de la maladie mentale. Une qui veut tous les brûler, l’autre, qui pense que ça doit pouvoir se soigner et organise des droits et des mesures médicales.

Les premiers pensent comme les Hébreux, si tu as des troubles mentaux, c’est que tu as grave péché, ou alors que tu es possédé par le diable. Du coup, c’est cool, direction le bûcher. Ça amuse le peuple en plus.

Les seconds réfléchissent, un peu. Ok, t’es cinglé. Et tu le revendiques en hurlant à qui veut bien l’entendre que tu es le fils du diable. Mais il faut faire appel à la médecine et à Dieu (il a le pouvoir de chasser les démons, enfin, askiparé) mais ça marche pas trop bien, alors on t’enferme dans un donjon ou une prison et on t’attache lorsque ta famille ne peut plus te supporter. Donc tu te retrouves avec des pauvres, des tuberculeux, des galeux et des putes. Alors que bon, toi , t’es juste le fils du diable venu sur terre pour danser la carioca. Au fil du temps, on enferme les malades selon leurs maladies, ça limite les contagions.

Enfin, dans une société où l’Église est très présente, il y a toujours l’espoir du miracle. Du coup, on organise des pèlerinages spécialisés pour les pinpins. Soit disant qu’à Saint Méen et Saint Colomban, les fous guérissent après neuf jours de dévotion. Soit disant. Heureusement l’époque de la Renaissance arrive.

Au Moyen-Age, et même à la renaissance, l’entonnoir symbolisait le passage du savoir. Sur les tableaux on représentait les savants avec un entonnoir pointe vers le bas. Et du coup, le ciel (représentant le savoir global) entrait directement dans la tête des génies. Et au contraire, l’entonnoir pointe vers le haut c’est le fait que le timbré perde la raison, les connaissances, la sagesse.

De la Renaissance à la Révolution

A cette époque, c’est un peu compliqué. C’est l’ère de l’urbanisation et des guerres. Du coup, il y a plein de mendiants et de vagabonds. C’est pas l’heure de gloire de la charité, au contraire. On cherche à exclure tout ce qui dérange. Heureusement, il y a aussi quelques humanistes qui sont pas très contents qu’on enferme tout le monde, et qu’on brûle les plus cinglés.

Dès 1500, on va chercher à canaliser un peu les énergies des fous. C’est pas facile. Les médecins vont faire des distinctions. Les malades de naissance, alors eux, on ne peut rien pour eux. Ils sont foutus. Et ceux qui le sont devenus par accident, eux, on a un peu d’espoir de les guérir. Parmi ces derniers, il y a ceux qu’on peut calmer avec des calmants et autres régimes alimentaires. Exemple….

« Contre la frénésie, prenez le poumon d’un porc tout chaud et aussitôt faites le cuire dans de l’eau claire, puis lorsqu’il est cuit, retirez le de l’eau et le mettez tout chaud sur le chef du malade. » ou encore, « Prenez du sang de truye et le faites cuire, et de ce faites un emplâtre qu’il faudra mettre sur la teste du malade »

Les plus terribles doivent être soumis à la bienveillance de l’homme, on doit tenter de les éduquer, un peu comme une bête sauvage. C’est pas facile hein. Surtout qu’on pense à cette époque que plus les châtiments sont violents, plus le mec va être moins fou.

Au XVIIme, on va créer des Hôpitaux Généraux et les maisons de force, à la base, c’est le fait d’enfermer les plus pauvres pour les faire travailler. Mais ça se termine vite en un lieu très malsain où les sains de corps et d’esprit fauchés côtoient les tuberculeux, les putes, et les fous.

Exemple de la population de la Salpêtrière, hôpital normalement réservé aux femmes en 1701 :

Il y a plus de personnes incapables de travailler que de valides. Les Hôpitaux Généraux sont de cuisants échecs. En plus, il est possible de faire interner qui on veut. Genre, ton fils est un peu relou, ta femme un peu trop volage, tu écris une lettre et on enferme tout le monde. C’est super simple. Le père de famille a un peu tous les droits sur ses membres. Ce sera supprimé avec la Révolution, mais les fous seront toujours enfermés.

Le XIXème, le siècle des aliénistes

Le job de l’aliéniste c’est de créer un asile plutôt cool et efficace pour les malades. Bin, c’est pas chose aisée. Mais ils sont plusieurs à essayer.

L’aliéniste vit dans l’asile, histoire d’être bien imprégné de l’ambiance, il peut constater tout ce qui va, et tout ce qui ne va pas et surtout il est en contact constant avec les malades. Ca humanise un peu le lieu. C’est pas comme s’ils étaient attachés chacun dans leur cellule sans voir personne. La camisole c’est chouette, mais pas tout le temps.

Le docteur Pinel, en 1801 dans son livre le « Traité médicophilosophique de la maladie mentale ou la manie va arriver à la conclusion qu’il faut parler avec le patient, Il faut être doux et compatissant, c’est un humain qui n’a pas toute sa tête, mais il en a quand même un peu de raison.

Le docteur Esquirol va être à l’origine d’une loi super importante en 1838 et qu’on va garder inchangée jusqu’en 1990 ! C’est pas rien. Cette loi traite des conditions d’enfermements (ex : possibilité de faire des activités rémunérées). D’autre part on distingue le placement volontaire, et d’office. Et enfin, on fout un asile par département.

Malgré tout ça, on soigne encore ce que l’on appelle « l’hystérie » avec la flagellation, compression des ovaires et les douches froides. C’est le monsieur qui doit être content qu’on lui compresse les ovaires…

Heureusement, au XXème siècle ce sera mieux… Je vous le raconte très vite, y’aura même Hitler dedans et tout.

_____________________________________________________________

 

Share Button

17 thoughts on “L’histoire de la psychiatrie : « Je ne suis pas folle vous savez »

  1. Alors
    1. Je t’aime
    2. Merci pour ces articles SI drôles et intéressants
    3. POLET’ est parfaite pour illustrer tes articles
    Cordialement, bisous.

    • Au Moyen-Age, et même à la renaissance, l’entonnoir symbolisait le passage du savoir. Sur les tableaux on représentait les savants avec un entonnoir pointe vers le bas. Et du coup, le ciel (représentant le savoir global) entrait directement dans la tête des génies. Et au contraire, l’entonnoir pointe vers le haut c’est le fait que le timbré perde la raison, les connaissances, la sagesse. :)

  2. Encore, encore ! …Enfin ca fait super froid dans le dos quand meme.
    Des fois je me demande si les « médecins » de l’époque, particulièrement ceux qui inventaient les tortures censées rendre les gens moins fous, ne faisaient pas ce métier par pur plaisir sadique.

    • question plus que judicieuse et si je vous disais que de nos jours encore on interne de force abusivement et que les conditions de « détention » -car même dans une prison il y a parfois plus de libertés-, sont toujours atroces et qu’on enferme un patient nu en cellule qui pue la pisse, sans toilettes, pendant des jours, alors que le « détenu » n’avait aucun comportement violent ni envers lui-même ni envers les autres, mais juste parce que, inquiet sur l’état de santé de sa mère il a appelé son frère pour prendre des nouvelles? VERIDIQUE ET AU XXI eme siècle!! IL Y A TANT A DENONCER! Marine vous faites bien de dire qu’il y a eu au XIXème une analogie entre la psychiatrie et Hitler, et encore c’est un euphémisme!! Il en reste bien des résurgences, de cette façon là! Attacher au lit parce que le patient a eu le malheur d’appeler au secours etcc
      Interdiction de donner ou recevoir des appels, même en prison on a le droit! etccc
      TANT A DIRE!

      • Je me suis occupée d’handicapés mentaux occasionnellement et je confirme, qu’on les drogue parfois de manière très violente et ce, plus dans le but d’avoir la paix, que pour les soulager (d’) eux mêmes. De plus, le personnel n’est parfois pas assez informés sur la pathologie et cela mène à de grands risques en matière de sécurité.
        Je me suis faite menacée au couteau et j’ai côtoyé des pédophiles, sans le savoir. On se faisait donc pas attention à ces hommes quand il y avait des enfants. Quels risques pour les petits et quel torture pour nos malades!
        Merci pour l’article

  3. Quel article passionnant Marine!
    Pour une infirmière en psychiatrie, il est très intéressant et m’a apporté des réponses à quelques interrogations.
    La suite vitrée…..

  4. Pingback: Un oeil sur le web | « Je ne suis pas folle vous savez », l’histoire de la psychiatrie

  5. Il y a encore aujourd’hui des hôpitaux psychiatriques vétustes, des patients qui se retrouvent à 3 dans des chambres. Un personnel soignant qui a le mérite de travailler dans des lieux inhospitalier. En plus de la tristesse d’aller visiter  » son fou  »
    les familles subissent la laideur d’un environnement .
    Pas d’argent pour la recherche, pas d’argent pour la modernisation des ‘ asiles  »
    manque d’alternative à l’hospitalisation, peu de structures, peu d’équipes mobiles
    etc .. etc ….

  6. Pingback: Aktion T4, ou les soins psychiatriques selon les nazis | Raconte-moi l'Histoire

  7. Pingback: Le pain c'est bon pour la santé, sauf mentale. L'histoire du pain maudit de Pont-Saint -Esprit | Raconte-moi l'Histoire

  8. C’est sympa, ton histoire, Marine, et écrit d’une manière drôle, mais certaines affirmations sont complètement fausses… D’où sors tu que le « Hébreux » (les Juifs, quoi), pensent que la folie c’est la possession du diable et qu’il faut brûler les fous??!
    Il y a de nombreuses discussions dans le Talmud (écrit en 3 fois : -500, +400 et + 1000 env.) sur la folie qui décrit les signes de folie et les différentes sortes de folies.
    Par exemple : https://books.google.fr/books?id=SVm_Ycxj6p0C&pg=PA42&dq=La+Folie+dans+le+Talmud&hl=fr&sa=X&ei=bbPsVLrqBcHnaJz9gZgL&ved=0CEoQ6AEwCA#v=onepage&q=La%20Folie%20dans%20le%20Talmud&f=false

    • Bonjour, je n’ai pas les sources que j’ai utilisées lors de la redac de l’article. Il y a plusieurs mois. Mais je viens de trouver que selon Deutéronome 28:28-30 en cas de péchés, « l’Eternel vous frappera de folie, d’aveuglement et d’égarement d’esprit », je vais compléter et corriger, mais je ne fais pas référence au diable !

Laisser un commentaire