Phryné, la prostituée sauvée par sa poitrine

Aujourd’hui je vous raconte une histoire qui parle de seins, oui, le dernier article racontait une histoire de pénis, et celui d’avant l’histoire du soutien-gorge, mais que voulez-vous, nous avons une réputation d’infidèles à tenir. Aussi, vais-je vous raconter l’histoire de Phryné, une prostituée sauvée par ses nichons.

Phryné : qui est-elle ?

Phryné est née à Thespies, en Béotie (une carte) au IVème siècle avant Jésus Christ. En vrai, elle ne s’appelle pas véritablement Phryné, ça c’est un petit surnom qui signifie « Crapaud ». Non pas qu’elle soit laide, ou qu’elle ressemble à une grenouille, bien au contraire. En fait, c’est parce qu’elle avait le teint un peu jaune. C’est pas sexy, mais ça n’a pas posé problème dans sa carrière. Son vrai nom c’est Mnésareté, qui signifie : qui se souvient de la vertu. 

Jose-Frapp-Phryne

Après avoir grandi en Béotie, elle décide de partir faire carrière à Athènes. Et ça va plutôt bien marcher pour elle, elle va rapidement se faire une place au milieu des artistes et gagner beaucoup d’argent. D’ailleurs, on raconte que c’est elle qui a servi de modèle pour la célèbre sculpture de Praxitèle : Aphrodite de Cnide. Phryné est une hétaïre, une escort-girl antique.

La prostitution

L’hétaïre, ce n’est pas une simple prostituée, la meuf que tu croises dans un lupanar ou en bord de route. Non. C’est une prostituée de haut rang. En gros, lorsqu’un homme fait appel à ses services, ce n’est pas pour une pipe rapide, ou un coït malmené, enfin, ça peut être ça, mais pas seulement. L’idée c’est d’acheter aussi son intelligence, sa beauté, son savoir-vivre, afin de l’inviter dans les dîners mondains et montrer ô combien on sait bien s’entourer. En général, les hommes font appel plusieurs fois à la même hétaïre, et surtout, pour plus de 20 minutes. D’ailleurs hétaïre, en grec, ça signifie « compagne ». Celle qui t’accompagne, avec qui tu discutes, mais dans ce cas là : il faut payer. Et Phryné, elle est maligne. D’abord, elle est véritablement cultivée, à tel point que c’est un plaisir pour les hommes de l’avoir à table. Genre, ils ont pas l’habitude de voir un meuf intelligente… Ils n’essaient pas surtout. Et en plus de ça, elle sait compter et elle sait comment se faire du fric.

Phryné se rapproche des puissants, des politiques, des artistes, des sportifs, de tous les mecs bien vus à Athènes, et elle les fait payer cher. Très cher. Machon, un célèbre poète raconte qu’elle demande une mine pour passer la nuit avec un homme. Ça fait environ 600 grammes d’argent. Un autre raconte qu’en fait c’est 60 fois plus cher qu’une mine, mais plutôt un « talent », soit presque 26 kg d’argent… C’est beaucoup.

Callistrate explique que Phryné a proposé de reconstruire à ses frais les murailles de Thèbes qui ont été détruites par Alexandre le Grand en 336 avant notre ère à condition de faire inscrire : « Détruites par Alexandre, rebâties par Phryné, l’hétaïre ». Le projet n’a jamais abouti.

Phryne-Areopagus

Outre l’argent et les vieux cailloux, Phryné apprécie d’autres choses, genre le dieu thrace Isodaetes, et ça va lui poser quelques problèmes.

Le procès de Phryné

La meuf, elle aime bien la religion, et un dieu en particulier. Le problème, c’est qu’elle n’aime pas le bon dieu. A Athènes, il y a les dieux athéniens, on les connaît, tous. Ou presque. Quelques uns en tout cas. Alors que le dieu de Phryné, il vient de Thrace. Elle a un petit autel, fait quelques prières, et soi disant, elle a créé une confrérie religieuse afin d’idolâtrer son Dieu mais aussi de corrompre les jeunes femmes. Genre, allez, aimez dieu et devenez des prostituées. Enfin, on a aucun trace de ça, donc, c’est peut-être juste un ancien amant véner ou une meuf jalouse qui a lancé la rumeur. Dans tous les cas, Phryné va devoir passer devant le tribunal pour impiété, et ça, ça pue.

A3410

Genre, un mec connu qui est tombé pour impiété, c’est Socrate. Verdict : la peine de mort. Ca fait pas rêver. En fait, A Athènes, on estime qu’on peut pas faire entrer de nouveaux dieux, parce que sinon les dieux d’Athènes vont être vexés et vont arrêter d’assurer la protection de la ville…

C’est l’orateur Hypéride qui va défendre Phryné, on raconte qu’ils sont amants. Rapidement, la défense s’effondre. Phryné est en tort, elle n’a pas respecté les Dieux, ni les rituels pour éventuellement faire accepter son Dieu. Alors Hypéride, en fin avocat, décide de jouer le tout pour le tout. Il s’approche de Phryné et déchire sa tunique de sorte que les mecs découvrent les nichons de l’accusée.

On raconte qu’à la vue de la poitrine de Phryné, cette dernière a été acquittée et conduite jusqu’au temple d’Aphrodite. Déesse de l’amour et de la sexualité…

aphrodite-peinture-26 (1)

tipee baniere



Share Button

3 thoughts on “Phryné, la prostituée sauvée par sa poitrine

  1. ça me rappelle, dans un film,  »sa majesté minor », la fille du chef (je crois) fait une plédoirie pour défendre minor, elle montre ses seins et hop tous le monde est d’accord avec elle. Fascinant !

  2. Encore une jolie (petite) affaire qui a laissé des thraces dans l’histoire…

    Phryné est en tort, elle n’a pas respecté… Cela fera moins mal à mes petits yeux. ;)

Laisser un commentaire