L’importance et le savoir-faire de la momification en Egypte (et la bite de Toutankhamon)

Quand on pense à l’Egypte, on pense à Cléopâtre, à Astérix et Obélix et aux momies. Enfin, pour moi, ça se passe dans cet ordre là. Dernièrement j’ai parlé de Cléopâtre et de ses perruques ainsi que de la vie quotidienne chez les Gaulois, alors aujourd’hui je vous parle des momies. Genre, un truc un peu lointain et un peu chelou qui fait qu’on peut conserver des corps pendant très longtemps. Je l’avoue, je trouve ça un peu dégueu parfois, du coup, j’ai censuré quelques photos. Il faut juste cliquer pour les voir.

La momification

Avant de mettre en place un véritable rituel de la momification, les Égyptiens ont commencé en 4000 avant notre ère à momifier un peu malgré eux. Les morts étaient ensevelis dans une fosse remplie de sable. Petit à petit, la chair se déshydrate sous l’effet de la chaleur et de la sécheresse. Aussi, le corps ne pourrit pas, il sèche. C’est déjà pas mal, mais ça ne leur suffit pas, les Égyptiens veulent vraiment améliorer l’état du corps du mort, alors ils vont tenter plusieurs trucs avant d’être efficaces. Je vais vous raconter l’histoire de tout ça. 

Comment momifient-ils les gens ?

L’excérébration 

Le tout premier truc à faire, c’est d’enlever le cerveau. Bon. On va pas péter le crane pour le sortir, du coup, à l’aide d’un crochet de fer (comme celui-ci), on traverse l’ethmoïde (un os) et l’encéphale coule par le nez. On est bien d’accord, c’est complètement dégueulasse. Pour ne pas qu’il reste de petits morceaux de cerveau et que ça puisse pourrir, on y met du natron. Ça dissout le reste, et puis on vide. Ensuite, on fait couler dans le crane une sorte de résine à base de cire d’abeille et d’huiles végétales. Au moins, ça sent un peu bon.


L’éviscération

Comme son nom l’indique, la deuxième étape est d’enlever les viscères. Ils ouvrent le ventre, généralement sur le flanc gauche, enlèvent les intestins et tous les organes, lavent l’abdomen avec du vin de palmier. Hop, on y fout ensuite de la myrrhe concassée, des tissus au natron et des épices parfumées et on referme. Seul le cœur reste à sa place, parce qu’il est le siège de la pensée et des sentiments. Enfin, c’est ce qu’ils disent.

D’autre part, les viscères sont nettoyés, parfumés et classés puis placés dans quatre vases. Les canopes. Comme ci-dessous, ils sont à l’image de :

Hâpi   –   Kébehsénouf   –   Amset   –   Douamoutef.

 

La déshydratation

Le natron, le natron, encore du natron. Ils en foutent partout. Le corps est empli de linges au natron et de trucs qui sentent bon. Le natron attire l’humidité dans le tissu, et avec le climat très sec de l’Egypte, rapidement, le corps sèche. De plus, ils foutent le corps entre 30 et 40 jours au soleil. Pour être bien surs que ça sèche. Une fois bien sec, pour ne pas que le corps se casse, les embaumeurs l’enduisent d’huiles végétales. La peau devient plus souple et la suite de l’embaumement est d’autant plus facile.

Le bandelettage

Bon, ça, les bandelettes, on connait tous. Les mecs enroulent des mètres et des mètres de tissu. Il s’agit généralement de lin imprégné de résine ou de sciure de bois. Ce qu’on ne sait pas forcément, c’est qu’on plaçait aussi des amulettes pour protéger son corps dans l’au-delà entre les bandelettes. Le plus souvent, il y a sept couches de bandelettes. Pour les pharaons, c’était plus treize. On ne lésine pas sur les moyens. Ensuite, on habille la momie. On y met des bijoux, et parfois, on dessine son visage par dessus les bandelettes. Et puis, hop,un suaire posé sur le corps et on ferme. Il faut savoir s’arrêter. Autre chose, il est arrivé de constater que certains embaumeurs enlevaient aussi les yeux pour les remplacer par des prothèses.

Évidemment, tout ça c’est quand la famille a du fric. Quand on est un pouilleux, c’est pas pareil. Il y a quand même un petit processus de momification à base de natron et de déshydratation. Mais rien de spectaculaire ni de particulièrement efficace.

 

Pourquoi momifient-ils les gens ?

 

La momification, c’est un rituel religieux. L’idée c’est de conserver le corps dont dépend la vie éternelle. Ce sont les prêtres qui momifient les cadavres et tout est bien organisé. Celui qui dirige la cérémonie doit porter un masque d’Anubis (tête de iench) qui est le big boss des embaumeurs et le Dieu des morts. Le deuxième prêtre est un prêtre-lecteur. Il lit un papyrus avec plusieurs formules qui correspondent à différents moments du rituel. Il y a un troisième mec qui gère l’encens, les bandelettes de momification et autres onguents.

Ensuite, il y a les embaumeurs, ou thanatopracteurs. Concrètement, ce sont ceux qui vont arranger le corps et procéder à toutes les étapes de l’embaumement. Une fois le cadavre pimpé comme Kate juste après ses accouchements, on le fout dans un sarcophage et on le rend à la famille. Il faut généralement compter 70 jours entre le décès et la fin du processus d’embaumement. Une procession a alors lieu jusqu’à la dernière demeure du défunt. Le cortège est suivi par des pleureuses professionnelles. J’aime assez le concept. Il s’agit de meufs payées pour pleurer et réciter quelques prières. Le grand prêtre finit par sacrer les sept ouvertures de la tête de la momie qui font référence aux sens.

On file les offrandes, et il y en a pas mal : des petites statuettes qui seront les esclaves du mort dans l’au-delà. Du khôl, de l’eau du nil, un saladier, des chaussures et de la bouffe. Bin quoi, faut bien manger dans la vie après la mort. Puis, on ferme le tout et c’est terminé. Ciao bonsoir.

L’anecdote


Toutankhamon est à ce jour, le seul pharaon et la seule momie à avoir été retrouvé avec le sexe en érection. Oui messieurs dames. Les embaumeurs ont dressé le pénis de Toutankhamon à 90 degrés avant de l’entourer des bandelettes de lin. Soit disant, c’était pour le rapprocher du Dieu de l’au-delà, Osiris, afin d’éviter une révolte religieuse. Moi je pense que c’était surtout pour nous faire rire.

Si tu veux d’autres histoires et les recevoir directement dans ta boite mail, viens soutenir Raconte-moi l’Histoire !

 

Les documents utilisés : (si tu as adblock, ça ne marche pas)

 

Share Button

4 thoughts on “L’importance et le savoir-faire de la momification en Egypte (et la bite de Toutankhamon)

    • Me suis même déjà demandé si ça ne pouvait pas être la fameuse « Manne du désert ». Vous qu’êtes actuellement dans les bondieuseries ‽

  1. j’ai bien rigolé! Merci pour ce bon moment de lecture ;) Ça change! Si on racontait l’histoire de cette façon aux jeunes, je suis certaine que les cours d’histoire auraient plus de succès!

Laisser un commentaire