L’impératrice Joséphine, ou le fantasme de la vie de Reine

Joséphine c’est la femme de Napoléon Bonaparte, elle a été sacrée impératrice en 1804, alors pourquoi je te parle d’une vie de reine ? Avec Frisotte on s’est penchées sur le sujet, et je peux te dire que la meuf, elle aurait tout donné pour être Marie-Antoinette, vivre dans un vrai château, et avoir une super couronne. Oui. Tout. Revenons sur sa vie hors du commun.

Une enfant dorée au soleil

Le 23 juin 1763, sous le règne de Louis XV, une petite fille au nom très moche vient de voir le jour aux Trois-Ilets, en Martinique.

Marie Josèphe Rose Tascher de la Pagerie sera appelée « Rose » pendant toute son enfance, c’est mieux, enfin c’est moins moche… Quoique… En tout cas, c’est plus court. Ses parents, Joseph-Gaspard et Rose-Claire, se sont rendus en Martinique pour coloniser un peu l’île et pour exploiter une plantation de cannes à sucre. La famille est bien installée, elle a une cinquantaine d’esclaves à son service. La classe. Non ? Ah, pardon.

Rose a deux petites soeurs, dont Catherine Désirée qui va mourir à l’age de treize ans. Et c’est tant mieux pour Rose. Sa tante flirte avec un certain François de Beauharnais. Le mec a des enfants d’un premier mariage et souhaite unir le petit dernier, Alexandre, à Catherine-Désirée. Mais atteinte de la tuberculose, elle meurt. Du coup on est bien emmerdé, celle alliance aurait permis de rapprocher les deux familles… Alors on va marier Alexandre à la soeur de sa défunte promise, Rose. En 1779, Rose a 16 ans et quitte la Martinique avec son futur époux, François. Direction Noisy-le-Grand Le dépaysement est total.

Un mariage raté

De cette union vont naître deux enfants, Eugène (1781) et Hortense (1783). Ceci étant, on ne peut pas dire que le mariage soit vraiment ; heureux. Non. Le couple ne se supporte pas et chacun va voir ailleurs. C’est pas compliqué pour Rose, elle est encore fraîche et elle ne se laisse pas aller. Elle adore la mode. Genre, vraiment. Passionnée par les belles toilettes, à Paris, c’est un peu elle qui crée les tendances. Et ça, c’est quand même plutôt classe. Le problème, c’est que c’est la Révolution, et pour les nobles en leur genre, ça sent pas bon.

Le couple va être emprisonné, leurs biens sont saisis. Rose va être emprisonnée une centaine de jours, mais Alexandre de Beauharnais… lui… Il passe sur l’échafaud pour une petite décollation en 1794.

A sa sortie de prison, Rose n’a pas de fric. Vraiment pas. Alors, elle va passer quelques temps dans un couvent, puis, lassée, elle retrouve la vie mondaine parisienne. Elle sort beaucoup, fréquente des salons et se fait remarquer pour ses jolies tenues et ses dépenses excessives… Rose est criblée de dettes, et pour les effacer, elle use de ses charmes.

Par exemple, il se raconte que Rose reçoit chez elle Barras (grand révolutionnaire qui a voté en faveur de la mort du roi), et qu’elle organise quelques parties fines avec ses copines Mme Tallien et Mme Hamelin. Comme à son habitude, le lendemain matin Rose prend tendrement son amant dans ses bras et lui susurre des mots doux à l’oreille… Et puis comme à son habitude… Elle lui demande de bien vouloir rembourser ses robes.. Pendant quelques temps, ça fonctionne… Et puis, un jour, Barras en a assez de sortir les billets, alors pour se détacher de sa maîtresse, il organise un dîner avec elle et un petit militaire. Bonaparte. 

Ça n’a pas été le coup de foudre, mais Barras a su les rapprocher en faisant croire aux deux que l’autre était riche. Quelques jours après, ça se roulait des pelles.

 

Un mariage pour 1000 amants

Napoléon déteste le prénom « Marie-Josèphe Rose » et même « Rose » alors il va rapidement la surnommer Joséphine. On trouve des lettres d’amour (et un peu sexuelle aussi) dans leur première année de couple où il l’appelle Joséphine. Le couple se marie civilement le 9 mars 1796, peu de temps après Napoléon part conquérir l’Italie. L’occasion pour chacun de vivre sa vie. Jojo a des amants à Paris, pendant ce temps Napo qui a aussi des maîtresses mais pas trop quand même, lui écrit de longues missives pleine de gnangnan et de trucs mignons.

C’est le big love pour lui. Un beau jour Joséphine rencontre Hippolyte Charles, un officier. Ils font du sexe à en perdre la raison, aussi Joséphine ne répond plus aux lettres de son époux qui exige d’elle qu’elle le retrouve immédiatement en Italie. Elle refuse, puis y consent si son amant la suit… Napoléon fait la gueule, il rentre à Paris. Il veut fusiller son amant, prétextant des trucs de guerre, genre du vol de matériel. Elle refuse, tombe dans les pommes, supplie son mari de ne pas le tuer. Napoléon, un peu con-con, accepte.

Quinze jours après, Joséphine est à nouveau dans le lit de Charles Hippolyte. Napoléon est en Égypte, il rencontre Pauline, une jeune fille qui s’est travestie pour pouvoir suivre son mari à la guerre. Elle fini dans le lit du général, et son mari est renvoyé en France. A son retour à Paris, il est question de divorce. Mais rien, car en 1799, Napo est nommé Premier Consul, et il ne faudrait pas faire de vague.

Le 18 mai 1804, Napoléon est sacré Empereur. Le 30 octobre, c’est au tour de Joséphine. En tant qu’égérie de la mode parisienne, sa tenue est on ne peut plus parfaite. Tout comme la cérémonie.

L’impératrice Joséphine se prend pour la Reine

Pour son couronnement, un cortège de 100 personnes suit Joséphine dans les rues de Paris. Et comme le faisait Marie-Antoinette, elle exige que des musiciens jouent Gluck tout le long du trajet. Gluck c’était un mec super à la mode sous la monarchie. Pour l’occasion, la population de Paris a doublé. Il y a des badauds partout. Vraiment partout.

Joséphine porte une robe avec une traîne en brocart d’argent semé d’abeilles d’or. Moi je suis pas blogueuse mode, du coup, je sais pas trop ce que ça veut dire. Mais j’ai trouvé ça (clique c’est Gallica).

 Les épaules de l’impératrice sont découvertes mais elle porte des manches à broderies d’or et des diamants. Enfin, royaliste, elle porte une coiffure à 1000 boucles, comme sous Louis XIV. Joséphine veut être Reine, pas impératrice. Pendant tout l’hiver 1804-1805, il y a eu des feux d’artifices, des fêtes, des bals, c’est le luxe et l’élégance, tout comme après le sacre d’un couple royal. Désormais, comme des Rois, le couple doit se plier aux rituels du lever et du coucher. D’ailleurs Joséphine va dormir dans le lit de Marie-Antoinette, et c’est pas n’importe quel lit ! C’était un lit fabriqué pour elle à Versailles. Mais c’est pas tout, elle utilise également son armoire à bijoux, et à l’image de Marie-Antoinette, Joséphine a du personnel rien que pour sa garde-robe, comme Marie-Antoinette… Joséphine coûte cher, très cher. Genre bien plus cher que Marie-Antoinette, mais elle a la chance d’être Française et d’avoir bonne réputation… Alors que. Pardon hein, c’est mal de comparer. Mais Marie-Antoinette n’a pas couché avec la moitié de Paris et elle a donné des héritiers. Joséphine couche avec le premier mec qui lui fait un sourire et ne donne pas de fils à Napoléon… D’ailleurs, ça va lui coûter sa couronne. En 1809, Joséphine est trop vieille pour enfanter. Napoléon va demander le divorce pour raison d’État.

Le divorce est douloureux, Napoléon aime Jojo, et Jojo aime sa couronne et son train de vie… Mais sans enfant, c’est vraiment trop compliqué. Malgré tout, les deux resteront en bon terme. Faut dire que Napoléon, il n’hésite pas à payer le moindre caprice de son ex femme. D’ailleurs, Joséphine va s’installer au château de Malmaison.

La vie à Malmaison

La vie de Joséphine à Malmaison est douce et paisible. Vous comprenez bien qu’elle n’aime pas ça. Alors elle dépense, beaucoup. Par exemple, un jour qu’elle se balade au château de Rambouillet, elle tombe sous le charme des bas-reliefs. Hop, une petite lettre à Napoléon, et il les fait démonter puis remonter à Malmaison. Ensuite, de nombreux objets d’art de Marie-Antoinette sont offerts à Joséphine, comme de la porcelaine de Sèvre. Enfin, elle a l’écrin le plus riche d’Europe, rien que ça. Son château est devenu un petit Versailles. Parfois Napo il râle un peu et lui dit qu’elle ferait bien d’économiser pour assurer un avenir à ses petits enfants… En vain ! Un jour de grosse crise, Napoléon exige que Jojo quitte Malmaison pour Navarre, près d’Evreux car elle dérange la nouvelle impératrice, Marie-Louise. Et puis elle reviendra en hiver 1813, et mourra d’une pneumonie après avoir fait visiter son château à l’empereur de Russie Alexandre Ier en robe d’été. A vouloir trop en faire hein…

_____________________________________________________________________________

Enfin, tu peux retrouver Frisotte et ses dessins sur son blog. (Et aussi, je remercie Rafiki pour son aide précieuse)

Share Button

4 thoughts on “L’impératrice Joséphine, ou le fantasme de la vie de Reine

  1. « Napoléon exige que Jojo quitte Malmaison pour Navarre, près d’Evreux car elle dérange la nouvelle impératrice Eugénie »
    C’est pas Marie-Louise, la nouvelle impératrice ? (Eugénie c’est celle de Napo’ III, me semble)

  2. Pingback: Raconte moi l’histoire et Frisotte ont encore frappé! - Le blog à frisotte | Le blog à frisotte

Laisser un commentaire