Brève. La vie quotidienne d’un ouvrier au XIXème siècle. Le logement.

Le budget habitation : La nourriture représente 62% du budget d’un ouvrier, 12% pour l’habitation, 16% pour les vêtements et après y a plus grand-chose

  • A la fin du XIXème siècle, les ouvriers ne sont généralement pas propriétaires et les loyers sont chers. Les familles disposent d’une ou deux pièces selon si la femme et les enfants peuvent travailler et contribuer au paiement du loyer. Régulièrement, une famille de cinq personnes vit dans 23m².

paris_1840

 

  • Dans plus de 80% des cas, l’habitation ne possède pas de lieux d’aisance. Il n’y a ni électricité ni eau courante. Il s’agit de garnis, d’hôtel ou de meublés. On est loin de la chambre de Napoléon Bonaparte.
  • Les habitations sont construites proches des usines afin que les ouvriers ne perdent pas de temps et ne se fatiguent pas lors du trajet. Cette proximité avec l’usine et ses fumées est à l’origine de nombreuses épidémies comme la tuberculose ou la typhoïde.

C’est pas rigolo d’être un ouvrier au XIXème siècle, alors pour oublier, on picole.

Share Button

Bonaparte veut étouffer l’Angleterre. Le blocus continental.

Le contexte – Guerre et Paix d’Amiens

Caricature de la Paix d’Amiens.

Depuis les années 1790, la France connaît une politique commerciale très dirigiste, notamment durant la Convention, où les importations et les exportations sont prohibées. Il faut attendre 1799 et l’arrivée de Napoléon au pouvoir pour voir le commerce international reprendre un peu de vigueur. Des traités sont conclus avec l’Espagne et le Portugal, on a fait la paix commerciale depuis la fin du traité de Methuen. Par contre, on est en guerre contre les Anglais, une histoire de colonie, de frontières et de fric. En 1802, on signe un traité de paix. C’est la Paix d’Amiens.

L’Angleterre, qui a des tendances libérales, propose à la France un traité commercial. La France accepte de négocier, mais l’Angleterre reste ferme et aimerait bien nous ken’ comme en 1786 avec le Traitéd’Eden. On en a assez d’être pris pour des cons. Napoléon Bonaparte refuse.

C’est re la guerre commerciale. La paix n’a duré qu’un an.

Continuer la lecture

Share Button

Nicolas Fouquet, il a véner’ Louis XIV.

Nicolas Fouquet est issu d’une grande et richissime famille. Il est le petit-fils de Sully, le ministre d’Henri IV et entre à son tour au service de Richelieu, puis de Mazarin, ministres de Louis XIII et sous la régence pendant la minorité de Louis XIV.

En 1653, il est surintendant des finances et parvient très aisément à trouver de l’or pour financer la guerre contre l’Espagne. A la mort de Mazarin, en 1661, il devient Premier Ministre. Celui qu’on surnomme l’écureuil monte en grade et empoche grave.

En 1661, Nicolas Fouquet  organise une somptueuse fiesta dans son Château de Vaux-le-Vicomte  qu’il a mis quelques années à restaurer (c’est plutôt réussi). La soirée en quelques mots, par La Gazette :

La bonne chère ayant été accompagnée du divertissement d’un fort agréable ballet, de la comédie et d’une infinité de feux d’artifice dans les jardins de cette belle et charmante maison, de manière que ce superbe régal se trouvât assorti de tout ce qui peut se souhaiter dans les plus délicieux. »

Molière a participé au spectacle. Bref, une bien belle garden-party, alors que Versailles n’est toujours pas terminé. Et y en a un qu’est véner’.  Le roi se trouve insulté. Il est vachement susceptible, le jeune Louis XIV, hein.

Fouquet avec Titre et modif

Quelques jours plus tard, Nicolas Fouquet est arrêté par le mousquetaire d’Artagnan. En réalité, il est dit que de nombreuses preuves avaient été trouvées à l’encontre du surintendant des finances par son adversaire au gouvernement, Colbert, et ceci bien avant la fastueuse réception. Le Roi voulait des preuves pour l’arrêter.  Il a eu la plus belle. Désormais Colbert, le nouveau ministre des finances, a les mains libres pour gérer comme il l’entend l’industrie française (voir ici, troisième paragraphe).

Fouquet est accusé de péculat -d’avoir détourné des fonds publics pour se les mettre directement dans la poche-. S’il échappe de peu à la peine de mort, il est banni à vie et voit ses biens confisqués. Tout ça pour ça, les boules.

En attendant, Louis XIV a sa revanche en construisant le plus beau des châteaux !

Share Button

Les naïves et les capotes au XIXè siècle

Caen, 26 décembre 1899 Cet arrêt est une décision de la cour d’appel de Caen du 26 décembre 1899. Les faits Monsieur X et Madame X sont supra-amoureux, c’est le gros kiff entre eux. Mais il y a un problème. … Continuer la lecture 

Share Button