La Pythie, intermédiaire entre Apollon et les Hommes

Si vous ne le savez pas encore, je rentre tout juste d’un périple en Grèce continentale. C’est un pays magnifique et les vestiges antiques n’enlèvent rien à son charme (bien au contraire !). J’ai eu la chance de visiter Delphes sous un soleil éclatant et de redécouvrir l’histoire de la Pythie, que je vous raconte aujourd’hui.

dsc_0202

 

La Pythie, c’est quoi ? C’est qui ?

A Delphes, il y a un oracle, il s’agit d’un lieu sacré que le dieu Apollon a choisi pour entrer en contact avec les hommes. Sauf que le petit Apollon est timide, alors il ne s’adresse pas directement aux mortels mais utilise une intermédiaire : la Pythie. Dès le septième siècle avant notre ère, les prêtres du temple d’Apollon de Delphes ont pour mission de trouver une jeune fille, généralement plutôt bête, plutôt pauvre, plutôt vierge et qui accepte de vivre dans la chasteté et la solitude en tant qu’épouse du dieu. La jeune fille reste dans son rôle de Pythie jusqu’à la mort ou jusqu’à ce qu’elle ne soit plus en mesure de transmettre les messages divins. Après le viol d’une Pythie, le choix des prêtres se porte sur des femmes plus âgées, la cinquantaine, qui accepte de laisser tomber les gamins, le mari et le coït hebdomadaire, ou mensuel, ou annuel. Bref. Faut quand même qu’elle ne soit pas trop maligne. L’idée de prendre une fille un peu naïve et/ou peu instruite c’est pour avoir une âme vierge, sans connaissance des pratiques de la vie, de la guerre, de l’argent, de la perversion ou des stratégies… Ainsi, elle ne peut qu’être qu’objective lorsqu’elle rend l’oracle.

Vu que la mode des oracles prend de l’ampleur au fil des siècles (surtout entre -700 et -100), il y a eu plusieurs Pythies coexistantes dans le sanctuaire de Delphes. Plutarque qui a été prêtre d’Apollon à Delphes de 105 à 126 nous indique qu’avant le premier siècle de notre ère, il y a eu jusqu’à trois Pythies en même temps, deux titulaires et une suppléante.

La Pythie, l’interprète d’Apollon

Une fois devenue Pythie, la prêtresse du sanctuaire doit être exemplaire. Sa mission est bien simple, elle doit apporter la réponse du dieu Apollon aux mecs qui se questionnent sur leur existence. Dois-je faire la guerre ? Dois-je épouser cette fille de paysan ? Dois-je tenter de conquérir le monde ? Dois-je tuer mon con de voisin ?

apollon-vase-1

Au départ, les oracles ont lieu le 7 du mois de Bysions, soit une fois par an, pour l’anniversaire d’Apollon. Mais business is business, à l’époque classique les oracles ont lieu le 7 de chaque mois. Continuer la lecture

Share Button

Henri II a la bite tordue (maladie de Lapeyronie)

Je vous ai parlé dans un précédent article de l’accouchement difficile (très difficile) de Catherine de Médicis pour ses jumelles. Et pour cause, il a fallu découper une des jumelles dans le ventre afin de sauver la deuxième. C’est moche. Alors qu’avec une césarienne, on sauvait les deux (merci le progrès). Catherine de Médicis et Henri II, ont eu dix gosses et neuf grossesses, et pourtant, c’était pas gagné. Henri II a la bite tordue (vraiment tordue).

henri-ii-et-cath

Henri II et Catherine, le couple prometteur

Le 28 octobre 1533, alors que le futur Henri II épouse Catherine de Médicis, on se dit que la royauté a encore de beaux jours devant elle. C’est vrai. Elle est plutôt classe, issue d’une bonne famille, c’est la nièce du pape Léon X. Ça en jette non ? (non)(enfin, à l’époque, si). C’est clairement pas le grand amour entre les deux jeunes mariés, mais c’est pas tellement ce qu’on leur demande non plus. Tant qu’ils font bonne figure devant la populace et la cour et qu’ils font des gamins mâles pour la succession de la couronne, ça passe. Sauf que des gamins, ils n’arrivent pas à en avoir. Et c’est pas faute d’essayer. Un an après le mariage, toujours pas de mioche. Deux ans après, c’est pas mieux. En 1536, que dalle. Bin mince. Il y a bien un truc qui cloche… Et si le couple royal était stérile ? Avant de tirer des conclusions hatives, Henri II et Catherine de Médicis vont tenter des choses pour y remédier. Entre méthodes de grand-mère et superstition à la con, je vous le dis direct : rien ne marche.

Les remèdes inefficaces

Catherine de Médicis va appliquer tous les conseils qu’on lui donne. Tous. Même les plus idiots.

riri2

Tout d’abord, pour savoir si une femme est fertile, au XVIe siècle, il existe une méthode infaillible à base d’ail. Non, je déconne, c’est complètement WTF comme méthode, mais assez simple à réaliser. Pour cela il faut :

  • un vagin
  • une gousse d’ail
  • un peu de temps

L’idée c’est d’insérer la gousse d’ail dans le vagin et d’attendre douze heures. Continuer la lecture

Share Button

Isabelle de Bourbon-Parme, dépression et bisexualité

isab


Isabelle de Bourbon-Parme, mais qui est-ce ?

 

En théorie, la jolie Isabelle a une famille parfaite. Elle est la petite-fille de deux rois : Louis XV est son grand-père maternel, Philippe V d’Espagne son grand-père paternel. Ça en jette, vu comme ça.

Mais en fait, c’est pas terrible. J’veux dire, d’un point de vue biologique quoi. Philippe V d’Espagne est l’oncle de Louis XV.

Je t’explique. Faut repartir de plus loin.

Un peu de généalogie royale

Tu vois Louis XIV ? Il a eu un fils, le Grand Dauphin ; vu que c’était l’aîné il devait être roi, mais bon le mec il a régné plus de cinquante ans, increvable le Roi Soleil. Du coup, le Grand Dauphin est mort avant son père. Et je te raconte sa mort dans le tome 2 de Raconte-moi l’Histoire!

rand-dauphin

Donc c’est le fils aîné du Grand Dauphin qui doit hériter de la couronne : Louis de France. Louis de France a un petit frère, Philippe, futur Philippe V d’Espagne. Et Louis de France a un fils, le futur Louis XV. Philippe V est donc l’oncle de Louis XV.

Isabelle de Bourbon-Parme et sa famille

Ses deux grands-pères sont enclins à la dépression, aux humeurs noires. D’ailleurs Philippe V meurt d’une crise de folie.

philippe-v-etfarnese

En revanche, ses deux grands-mères sont assez équilibrées. Qu’il s’agisse de Marie Leszczynska ou d’Elisabeth Farnèse, elles aiment profondément leur petite-fille. Il vaut mieux pour Isabelle d’ailleurs, parce que son père Philippe est envoyé en France et Italie pour des affaires et sa mère, Marie-Louise-Élisabeth de France, la déteste.

Les années espagnoles d’Isabelle de Bourbon-Parme (1741-1748)

Isabelle est née en décembre 1741 ; sa mère a alors 14 ans et fait une bonne crise d’adolescence (on ne peut pas le lui reprocher). Louise-Élisabeth se tape un baby blues de folie et elle déteste sa fille pour deux raisons. Continuer la lecture

Share Button

L’histoire des toilettes, des latrines publiques aux paillettes intimes

Article illustré par Uzu !illu-1

Aller aux toilettes, c’est normal, c’est naturel, c’est comme ça. Si certains laissent la porte ouverte, d’autres plus pudiques se font discrets lorsqu’ils doivent y aller. À Rome, les latrines étaient un lieu utile, pratique et surtout un point de rendez-vous. Aujourd’hui, c’est plus… solitaire. Mais alors ? Quelle est l’histoire des toilettes ?

Les latrines publiques, le caca aux yeux de tous

En Grèce, en 2500 avant JC, si certaines villes possèdent déjà des toilettes et des systèmes d’évacuation des eaux usées, ça reste somme toute très modeste. Pour s’essuyer, les Grecs utilisent principalement trois ou quatre pierres polies ou… leurs vêtements. C’est un peu dégueu quand tu dois garder ta chemise toute la journée.

C’est à Rome que les latrines privées ou publiques vont se répandre. Mille ans après les premières toilettes grecques, les Romains développent les leurs et finissent par construire la « Cloaca Maxima » en -700. Il s’agit de l’immense système d’égouts de la Rome Antique.

[Le début de la construction des égouts date du VIIIè siècle avant notre ère, l'objectif étant d'assécher les marécages entre l'Esquilin, le Viminal et le Quirinal, du fait de l'expansion de la ville et de la croissance de sa population. Dans un premier temps l'égout était un canal à ciel ouvert, c'est en -200 qu'il est devenu complètement souterrain, et cela pour des raisons d'hygiène. Le grand égout faisait 800 mètres, il récupérait l'eau de pluie dans l'Argilète, passait par les latrines du Forum Romanum et rejoignait le Tibre.]

Qu’il s’agisse de latrines privées ou publiques, des litres d’eau passent sous les sièges en marbre ou en bois et évacuent les matières fécales dans des canaux jusqu’aux fleuves ou rivières les plus proches. À Rome, il s’agit du Tibre. C’est finalement l’ancêtre de la chasse d’eau !

uzu 2

Les toilettes publiques peuvent recevoir jusqu’à 80 personnes. Dans les latrines les plus classes, les murs sont généralement ornés de marbre ou de mosaïques. Il faut que ce soit agréable et bien aéré, en effet les hommes s’y retrouvent à plusieurs pour négocier, faire du commerce ou avoir des conversations privées. Tout en faisant ce qu’ils ont à y faire. Il faut imaginer des hommes d’affaires discuter tout en se nettoyant les fesses avec un tersorium : une éponge accrochée à un bâton utilisée par les Romains pour leur hygiène anale. Grande classe. Mieux vaut l’éponge que la chemise…

Au même moment, en Égypte, la cité d’Akhétaton (fondée en 1300 avant notre ère) possède des pierres percées dont l’utilité est clairement identifiable. Les pharaons et hauts personnages du pouvoir égyptien connaissent et utilisent les toilettes, en revanche, le peuple fait ses besoins dans la nature, notamment près des cours d’eau. C’est également ce qui va se passer en Europe avec la fin de l’Empire Romain. Continuer la lecture

Share Button