Marguerite Steinheil, de la Pompe-Funèbre au meurtre ?

SteinheilFeature02

Aujourd’hui avec Marine Spaak, illustratrice, on vous raconte l’histoire de Marguerite Jeanne Japy, plus connue sous son nom d’épouse Marguerite Steinheil, dite Meg. La notoriété de Marguerite Steinheil est due à un de ses amants, mort dans ses bras (ou presque), le Président de la République, monsieur Félix Faure.

Marguerite Steinheil, célèbre maîtresse de Félix Faure

C’est en 1897, à Chamonix, que Marguerite rencontre Félix Faure, alors Président de la République. Faure vient de passer une commande au peintre Adolphe Steinheil, l’époux de Marguerite depuis plus de sept ans. Les deux se sont rencontrés à Bayonne et se sont mariés en 1890. Cependant, après la naissance de leur fille Marthe, le couple bat de l’aile, s’ils ne veulent pas divorcer Marguerite et Adolphe vivent en bonne intelligence, sans intimité, comme des colocs ou des bons copains. Marguerite est présente lors des vernissages ou expositions de son mari mais elle ne s’empêche pas de vivre et d’avoir des amants. Notamment Félix Faure qui lui n’hésite pas à se rendre régulièrement chez le couple pour se rendre compte de l’avancée de sa commande.

felix et marg

Rapidement, Marguerite et le Président flirtent et celle-ci le rejoint dans le « salon bleu » de l’Élysée, une pièce discrète du rez-de-chaussée du palais. Cette relation dure deux années, le Président est marié avec Berthe Belluot. On la dit naïve, mais elle ne l’est pas. Bien consciente de la réputation de coureur de jupons de son époux, elle préfère fermer les yeux. Pourtant, outre ses relations extraconjugales, Félix Faure n’a que peu d’estime pour la mère de ses enfants, il la met de côté pour chaque repas officiel et parle même de vouloir divorcer pour épouser sa maîtresse, Marguerite Steinheil. Mais le 16 février 1899, arrive l’inconcevable : le Président de la République décède.

La pipe mortelle au Président

Dans la matinée du 16 février 1899, le Président appelle Marguerite afin qu’elle lui rende visite en fin d’après-midi et elle répond présente. Or, quelques minutes après son arrivée, la maîtresse du Président sonne les domestiques du palais de l’Élysée : Félix Faure fait un malaise. Lorsqu’ils rentrent dans la pièce, ils aperçoivent les amants dans des conditions peu présentables (et pourtant, je vous les présente).

Félix Faure est allongé sur un divan avec le pantalon et le caleçon au niveau des chevilles alors que Marguerite Steinheil a les vêtements froissés et les cheveux en désordre. 

Marguerite-steinheil-1

Le Président décède quelques heures après des suites de son malaise, il a fait une « attaque ». En réalité, il s’agit d’une hémorragie cérébrale survenue lors d’une fellation pratiquée par Marguerite Steinheil mais on se garde bien d’en parler au grand public. Continuer la lecture

Share Button

Henry Cotton, le psychiatre arracheur de dents

Aujourd’hui je vous parle d’un médecin psychiatre, Henry Cotton, qui a mis en place la chirurgie bactériologique. Il s’agit d’une pratique thérapeutique consistant à arracher des dents ou des morceaux d’organes pour soigner des troubles psychiatriques. #SPOILER : ça ne marche pas et les gens meurent. Henry Cotton a pu opérer de nombreuses personnes pendant près de 30 ans avant de devoir arrêter d’exercer. Découvrez l’histoire folle de cet arracheur de dents illustrée par Uzu !

henry cotton 1

La théorie de la chirurgie bactériologique

Henry Cotton est né en 1876, et au début des années 1900, il part étudier en Europe auprès d’Alois Alzheimer -oui, lui même- et d’Emil Kraepelin, deux figures de la psychiatrie du XXe siècle. Leur professeur est le docteur Adolf Meyer à l’école de médecine John Hopkins. C’est un peu le top en matière de psychiatrie à cette époque. L’école, les méthodes d’enseignement et les pratiques thérapeutiques se veulent progressistes et on base tout sur l’observation des patients. Ce qui paraît être une bonne chose mais concrètement, on n’y connaît pas encore grand chose en psychiatrie et on tâtonne beaucoup. Henry Cotton est à contre-courant des théories européennes et américaines de l’époque, il ne s’intéresse pas à l’eugénisme, à l’hérédité ou encore aux théories freudiennes sur les traumatismes, lui ce qui le fait kiffer c’est ce qu’il va appeler la chirurgie bactériologique. Avec son ancien professeur Adolf Meyer, Henry Cotton constate que les patients victimes d’une poussée de fièvre très élevée ont souvent des hallucinations ou des propos délirants. Meyer en déduit alors que des bactéries sont à l’origine de troubles psychiatriques. Ben oui, si les bactéries sont à l’origine de la fièvre et que la fièvre conduit à des hallucinations, alors les bactéries sont la source des hallucinations et des troubles psychiatriques. C’est un sophisme ça non ? (désolée, le bac c’était y’a 9 ans, je me rappelle plus bien).

Partout dans le monde, Henry Cotton va expliquer ce qu’il appelle : la chirurgie bactériologique, sa théorie basée sur la croyance que les troubles mentaux sont des manifestations d’infections non visibles et dont le seul traitement possible est l’ablation des organes infectés. Sauf que vu que l’infection est non visible, le médecin va enlever de nombreuses dents, sinus, ovaires, testicules, morceaux de colon et d’intestin à l’aveugle et pour rien car aucune de ces parties du corps ne sont véritablement contaminées. Il va également faire de nombreux morts…

henry cotton 2

Continuer la lecture

Share Button

Gaspare Tagliacozzi, pionnier de la chirurgie faciale et inventeur de la greffe italienne

Rembrandt3

Il y a quelques temps, je vous parlais des gueules cassées de la Première Guerre mondiale et des grandes améliorations en matière de chirurgie réparatrice, aussi, lorsque je suis tombée sur les livres de Marc Magro au salon du livre de Narbonne, je me suis dit que ce serait l’occasion d’entrer dans les détails. Je ne peux que vous conseiller ses ouvrages, sur les psys, et sur les anecdotes médicales.

Aujourd’hui, je vous parle de la greffe italienne et de l’un des pionniers de la chirurgie faciale, j’ai nommé Gaspare Tagliacozzi ! J’illustre cet article avec des tableaux de la Renaissance et de Rembrandt parce qu’ils sont cool.

Gaspare Tagliacozzi, un chirurgien talentueux

Gaspare Trigambe est né en 1545 à Tagliacozzo, l’Histoire remplace son nom de famille par le nom de sa ville natale sans raison particulière, dans sa première biographie on parle de lui comme de Gaspare Tagliacozzi. A l’âge de 20 ans, il commence ses études de médecine à l’université de Bologne où il rencontre Girolamo Cardano, un médecin italien à la vie dissolue, il va lui apprendre de nombreuses choses avant d’être interdit de conférence et jeté quelque temps en prison. Pour l’époque, avoir une vie dissolue c’est par exemple établir l’horoscope de Jésus Christ, Girolamo se fait choper durant l’Inquisition et paf, il ne peut plus bosser. Mais Gaspare Tagliacozzi a également été accompagné durant ses études par Ulisse Alddrovandi et Julius Cesar Aranzi, des grands noms de sciences naturelles et d’anatomie.

Alors qu’il est encore étudiant, Gaspare Tagliacozzi se rend à l’Hopital de la Mort à Bologne, où il intègre la confrérie de la Mort, pour commencer à s’exercer. Il s’agit d’une clinique dans une prison où les étudiants en médecine peuvent venir faire leurs premiers pas. Ils ont le droit de soigner les personnes prisonnières condamnées à mort. Comme ça, si ça se passe mal ben de toute façon, ils allaient mourir hein… Lorsqu’il ne s’occupe pas des vivants, Gaspare Tagliacozzi achète les corps des prisonniers exécutés pour s’entraîner à ouvrir les corps, à pratiquer des dissections et en apprendre plus sur l’anatomie. Continuer la lecture

Share Button

Lee Miller, la photographe des camps de l’horreur

Lee Miller est une célèbre photographe et modèle américaine. Aussi à l’aise devant que derrière l’objectif, sa notoriété s’est construite avec ses clichés de la Seconde Guerre mondiale ; camp de Buchenwald, Débarquement, Résistance… Découvrez ses œuvres, sa vie.

7207937_orig

© Lee Miller Archives, England 2017. All rights reserved.

Pour des raisons de bienveillance, les photos pouvant heurter les sensibilités se trouvent dans les liens en rouge uniquement.

Une enfance sous les projecteurs pour Lee Miller

Lee Miller est née le 23 avril 1907 aux États-Unis. Son père, Théodore Miller est photographe amateur et il conduit très vite sa fille à poser pour lui. Dès son plus jeune âge, Lee Miller est une jolie petite fille et les premiers clichés sont très beaux. En revanche, son père, au comportement envahissant et un poil chelou, photographie sa fille nue lorsqu’elle est adolescente. C’est déplacé. De plus, la petite fille a été victime d’agression sexuelle lorsqu’elle avait 7 ans par un ami de la famille, alors dès qu’elle en a l’occasion, elle fuit le domicile parental.

Model wearing Mirande suit with gloves and crocheted hat

© Lee Miller Archives, England 2017. All rights reserved.

A l’âge de 17 ans, elle est contactée par la maison Condé Nast et elle va devenir une célèbre modèle pour le magazine Vogue américain. Le photographe en chef est Edward Steichen, il propose à Lee Miller de poser pour lui et en contre partie, il lui apprend les bases de la photographie de studio et de la lumière artificielle. Peu de temps après, Lee Miller décide de partir apprendre le métier de photographe en France, où elle rencontre le célèbre Man Ray. Avec lui, elle va conquérir Paris !

 Les années folles, Lee Miller une Américaine à Paris

 lee miller trop belle

© Lee Miller Archives, England 2017. All rights reserved.

En 1929, Lee Miller arrive à Paris et avec l’aide de son amant mais aussi formateur, Man Ray, elle ouvre son propre studio photo et met les pieds dans le monde de la mode. Man Ray ne peut pas répondre à toutes les commandes (notamment pour Vogue France), alors il conduit les modèles vers le studio de Lee Miller, et il n’hésite pas à la conseiller, à lui apprendre des choses. En échange de cet apprentissage, les photos de Lee Miller sont signées de Man Ray. Ouais, c’est dégueulasse quand même. En revanche, c’est ensemble qu’ils vont créer le principe de solarisation des clichés.

Alors que Lee Miller travaille dans la chambre noire de Man Ray, elle oublie la présence d’une dizaine de négatifs de Mlle Solidor et allume la lumière. Aïe. Lorsqu’elle s’en rend compte, elle prévient Man Ray (qui devient un peu cinglé) et ensemble ils essaient de plonger les négatifs dans le révélateur. Foutus pour foutus, autant essayer des trucs… De toute façon, Mlle Solidor a quitté Paris et il est impossible de faire une nouvelle séance photo. Le résultat est une grande surprise pour les deux photographes. On constate un inversement partiel des blancs et des noirs. Ça leur plaît beaucoup. Exemple.

 Lee-Miller-and-Picasso

© Lee Miller Archives, England 2017. All rights reserved.

Accompagnée de Man Ray, Lee Miller fait connaissance avec le milieu du surréalisme, elle rencontre de grands artistes comme Paul Eluard, Picasso, Jean Cocteau et Max Ernst. Lee Miller pose notamment plusieurs fois pour Picasso (c’est ressemblant, non ?) et inversement, de nombreux portraits de Picasso ont été pris par Lee Miller. Continuer la lecture

Share Button