L’histoire et la lutte contre le Sida

 Le gay syndrome

Tout commence aux Etats-Unis en 1980 Trois jeunes hommes homosexuels sont touchés par une forme rare de pneumonie. Le 5 juin 1981, les Centers for Disease Control d’Atlanta vont déclarer d’autres cas, sur des jeunes patients homosexuels. Bin merde… 15 jours après 31 cas identiques sont recensés. On ne sait pas ce que c’est, seulement une déficience immunitaire. On va l’appeler le « gay syndrome », ou GRID (Gay Related Immune Deficiency). Et puis on va lancer des recherches et à la fin de l’année 1981, on sait que la maladie est sexuellement transmissible, mais pas seulement. Le sang est aussi un moyen de transmettre la maladie. Du coup, les homosexuels ne sont pas les seuls touchés, on compte également les utilisateurs de drogues injectables (UDI) et les personnes transfusées.

En 1982, la maladie prend une ampleur mondiale et des chercheurs de nombreux pays s’unissent pour trouver des réponses. En France, la maladie est observée chez des hémophiles transfusés. Il semblerait que ce soit un virus.

Le sida

C’est le scientifique Bruce Voeller qui va utiliser pour la première fois le nom AIDS (Sida en francais). Après des mois de recherches, les chercheurs peuvent montrer le lien de causalité entre le virus et la maladie qu’on nomme « Lymphadenopathy Associated Virus » ou LAV, qui deviendra VIH-1. On travaille aussi sur le dépistage, ne pas attendre avant d’être pris en charge, même si concrètement, on a pas les moyens de lutter. On fait aussi des recherches sur des chimpanzés.

En 1983 on dénombre 1300 cas de sida aux États-Unis et 460 personnes en sont mortes. Des mesures préventives commencent à se mettre en place par les organismes de santé publique.

En 1985, on rencontre pour la première fois chez un malade de l’Afrique de l’Ouest le LAV-2 (ou VIH-2) alors qu’on commercialise un test de dépistage du VIH-1.

En 1985, on dénombre 23 000 personnes atteintes aux Etats-Unis et presque 15 000 décès. 400 malades au Canada et 150 morts. Presque autant en France.

Le premier traitement

En 1986, la première thérapie à l’AZT est disponible mais elle est très chère (10 000 dollars pour une année de traitement) et les effets secondaires sont difficiles (maux de tête, nausées, déplacement des graisses, anémie)… Aussi, en 1987, les docteurs Réjean Thomas et Cléments Olivier vont créer au Québec une clinique spécialisée pour les personnes atteintes du sida.

En 1993, les premiers vaccins sont expérimentés sur des malades etƒ en 1994, on combine deux médicaments (3TC et AZT). C’est vachement plus efficaces que la seule prise de l’AZT. Aussi, un essai thérapeutique franco-américain montre que la transmission du virus de la mère au fœtus est considérablement réduite avec l’utilisation de l’AZT. En 1996, on parle de trithérapie. L’efficacité est démontrée.

En 2003, des médecins ont testé un vaccin sur 2500 consommateurs de drogues thaïlandais, et sur des malades Ougandais, mais c’est un échec.

Jusqu’à aujourd’hui les traitements du sida n’ont cessé de progressé, mais le combat n’est pas terminé. La trithérapie ne permet pas d’éliminer le virus, aussi en cas d’arrêt du traitement, ça réapparaît. Enfin les effets secondaires de cette trithérapie sont nombreux, et terriblement indésirables…

Les mesures

Depuis près de 30 ans des mesures sont prises par différents États et organisations pour réduire l’expansion de la maladie. En 1988, l’Organisation Mondiale de la Santé proclame le 1er décembre comme journée mondiale du sida. En 1989, à Montréal a lieu la 5ème Conférence internationale sur le sida et c’est la première fois qu’on donne la parole à des malades.

Aussi à la fin des années 1980 le Président Reagan décide de fermer les frontières aux immigrants et touristes atteints du sida. En 1990, de nombreuses organisations boycottent la conférence internationale qui se tient à New-York comme protestation à la fermeture des frontières des États-Unis. En 1992, la 8ème conférence affirme que la femme est plus à risque d’être atteinte, il faut mieux cibler la prévention !

C’est seulement en 2001 que la Chine reconnaît l’existence de l’épidémie (en 2001 putain) et commence un programme de lutte contre la maladie. Il était un peu temps de s’y mettre les gars…

Enfin, en 2003 et en 2005 des plans ont été mis en place pour pouvoir offrir des traitements aux personnes les plus démunies sur le continent africain.

La solidarité

Tout le monde connaît le ruban rouge, et aujourd’hui il est à la télé, sur internet, presse écrite, affiches, partout ! Le ruban est un signe de compassion et de solidarité pour la cause du sida, il a été créé par Franck Moore en 1991 à New-York. En 1992, il est porté pour la première fois lors des Tony Awards ! Toi aussi tu ne sais pas ce que c’est ? C’est une cérémonie de récompenses théâtrales créée en 1947.

Les associations et institutions sont nombreuses à faire preuve de solidarité et à se mobiliser contre le sida. Aides apparaît en 1984 et joue un rôle considérable dans la prévention et la solidarité aux personnes atteintes du VIH, sida, ou autres hépatites. C’est aussi le cas du Sidaction, qui a une longue histoire. Un coup c’est télévisé, un coup non, l’autre fois baisse d’audience et des dons, et puis ça remonte. Dans tous les cas, la France se mobilise avec ses moyens. Le reste du monde aussi. Et toi ?

 

Quelques chiffres :

En 1997, 90% des personnes infectées proviennent de pays en voie de développement
En 2000, l’Afrique subsaharienne est le continent le plus durement touché par l’épidémie
En 2007, 33,2 millions de personnes vivent avec le VIH
Jusqu’en 2008, le sida a fait 25 millions de morts
En 2013, 3400 hétéro, 2600 homo, et un peu moins de 100 usagers de drogue par intraveineuse ont découvert leur séropositivité par des tests de dépistages en France
En France, les plus touchées par le VIH/sida sont la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, l’Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-D’azur.

Il y a quelques temps sur twitter, @Zacal que je suis depuis plusieurs mois a décidé d’annoncer sa séropositivité. Cela fait 30 ans. Pour sortir du silence, il compte bien participer à l’Étape du Tour de France, mais pour ça, il a besoin de vous. Un coup de pouce financier, un soutien, ou un encouragement, ce serait cool pour lui. Voilà son projet (clique)(si tu veux).

tipee baniere

Share Button

One thought on “L’histoire et la lutte contre le Sida

  1. Il y a aussi la polémique sur les premiers vaccins polio produits en Afrique, sur des tissus de Chimpanzés, qui auraient pu être le vecteur du transfert de la maladie initial de l’animal à une mutation affectant l’homme … Jamais prouvé et fermement combattue par les éminentes sociétés de médecine, toutefois, le doute reste permis !

Laisser un commentaire