L’histoire d’Abraham et la bite de Jésus


Alors Internet, j’ai décidé de commencer l’année correctement. Premier jour de janvier, hop, un article. On rigole pas sur Raconte-moi l’Histoire. J’espère que tu n’as pas trop abusé hier soir, mais un peu quand même, on fait ce qu’on veut après tout. Avant de te souhaiter tous mes vœux de bonheur, je te laisse découvrir une histoire avec Dieu, du Gallica et de la bite dedans. Bin quoi, ça fait partie de mes bonnes résolutions de continuer à vous parler de bite.

 

Abraham et son contexte

Nous sommes aux alentours du XIXème siècle avant notre ère. Enfin, en théorie. Disons que nous sommes dans la Bible, genre l’Ancien Testament. Après Adam et Eve et que les humains ont été super méchants, il y a eu l’arche de Noé, puis ses fils ont repeuplé la terre, donc on est bien avant la naissance de Jésus-Christ.

Dans le pays d’Haran vit un couple assez coolos, Abram et Saraï. Ils sont amoureux, ils sont heureux, mais ils sont vieux et ils n’ont pas d’enfant. On raconte que Saraï est stérile, vu qu’Abram a eu un fils avec sa servante Agar, Ismaël. Le couple a pas mal de fric, ils ont un gros troupeau, du petit et du gros bétail. C’est un peu la vie trankil, jusqu’à ce qu’Abram croise le chemin de Dieu. Enfin, pas vraiment vraiment. Disons que Dieu lui envoie des signes. Mais il ne se montre jamais celui-là.

Les interventions divines

Dieu va suivre Abram tout le reste de sa vie, et il va vivre vieux, très vieux. 

La grande marche

Alors qu’il a 75 ans et toujours aucune descendance, Abram. Du coup, c’est Eliezer qui doit hériter. Son premier serviteur. Abram a un peu le zaza. Un jour Dieu dit à Abram « Quitte ton pays (…) pour le pays que je t’indiquerai. Je ferai de toi un grand peuple, je te bénirai ». C’est vrai que c’est tentant, du coup le mec prend sa femme, sa servante, son demi-gosse, son neveu Lot et ses troupeaux et il se casse. Sans se retourner. Ils passent par Béthel (à 10 km de Jérusalem) où Abram va dresser un autel pour invoquer le Seigneur puis vont en Égypte, et finalement, reviennent vers Béthel.

 

Abram devient Abraham

Un petit matin, Dieu revient voir Abram et il lui dit que son fils fera de grandes choses (genre avoir un blog d’histoire, j’pense), Abram lui rit à la barbe en lui disant « Quoi ? mon bâtard ? Mon demi-gosse ? Y’a rien à en faire ! O a beau faire genre, il est légitime, on sait bien que c’est faux ! » Et à Dieu de lui répondre « Lol, ça s’est sûr, enfin, il sera quand même le Père des fils de l’Orient, c’est pas rien. Mais surtout, ta meuf et toi, vous allez être parents, mais pour ça il faut que tu sacrifies quelques animaux, j’ai un peu la grosse dalle ».

Ni une ni deux, Abram va chercher une génisse, une chèvre, un bélier, une tourterelle et un pigeonneau. Il les coupe en deux et attend. Et puis à un moment, un feu ardent passe entre les animaux et hop, soit disant, une alliance est passée entre Dieu et Abram. C’t'à dire que Abram va avoir un fils qui va faire de grandes choses, mais son peuple devra fuir, mais Dieu les aidera. C’est pas très clair. Moi je trouve qu’Abram, il y va un peu à l’aveugle avec Dieu. Moi j’aurais pas confiance. Bref, Désormais, Abram doit se faire appeler Abraham, et Saraï, Sarah.

Le sacrifice d’Isaac

Alors qu’Abram a 99ans, Dieu revient le voir, et lui dit qu’il va être père. Lol. Le mec il rigole, et sa meuf aussi. Et paf. Ils ont un fils, Isaac (ça veut dire : « celui qui rit »). Suite à la naissance du mioche, Abraham est obligé de chasser Ismaël et sa mère, pour ne pas qu’il y ait de problème d’héritage. Bin ouais. Faut penser à tout.

Cependant, Dieu est parfois très taquin.

Un jour il se pointe et lui demande de lui offrir en sacrifice son seul et unique fils chéri. Isaac. Et vu qu’Abraham est un peu con, il prend son fils, un couteau et du petit bois pour faire un feu. Il attache son fils et lui fout le couteau sous la gorge, quand soudain UN ANGE ! L’ange lui dit de ne pas le faire, et Abraham qui semble n’avoir aucune volonté propre, le pauvre mec, libère son fils et sacrifie un bélier. Et Dieu, il ne lui en veut pas parce qu’il a vu qu’Abraham était prêt à le faire.

L’histoire de la bite, enfin !

Pour sceller à nouveau son pacte avec Dieu, Abraham décide de se circoncire. Alors, là. Franchement, j’ai jamais vu idée plus conne que celle-ci. Genre « bon, mec, pour te prouver ma soumission, je me coupe un bout de bite ». Personne. Jamais. « ET POUR TE PROUVER QUE NOUS DEUX C’EST FOREVER JE VAIS COUPER LA BITE DE TOUT LE MONDE ». L’angoisse.

Abraham retrouve son premier fils, Ismaël, agé de 13ans. Hop, plus de prépuce. Et c’est la même chose pour tous les mecs du coin. Ce sera pareil pour Isaac, alors qu’il  n’a que huit jours, hop, on coupe. Et depuis ce jour, grâce (à cause?) d’Ismaël, Père des princes d’orient (les musulmans) et d’Isaac, les musulmans et les juifs perdent leur prépuce durant les premiers jours de leur vie. C’est notamment le cas, de Jésus Christ, qui, comme Isaac, sept jours après sa naissance perd un bout de bite. C’est ce qu’on fête le 1er janvier pendant de nombreuses années, la circoncision de Jésus. Allez, bonne année !

  _______________________________________________________

  • Les illustrations :

 

  • Les sources : (enlève adblock, sinon, ça ne marche pas)

 

 

Share Button

8 thoughts on “L’histoire d’Abraham et la bite de Jésus

  1. Un très bon article pour commencer l’année ! Juste une petite coquille, je pense, il.me semble que Saraï se fait appeler Sarah, et pas l’inverse…
    Bonne année et plein d’articles, j’espère (le cantique des cantiques?)

  2. Comme Isaac les juifs se font généralement circoncire les premiers jours de vie en effet
    Par contre chez les musulmans tel Ismael les garçons ont environ 3-4 ans …

Laisser un commentaire