Leçon d’histoire : comment quitter son mec sans perdre son honneur ?

Salut l’internet, aujourd’hui on cause société (et histoire du droit). On s’est tous fait larguer, à un moment ou un autre de notre vie, un moment plus ou moins récent d’ailleurs. Bon, c’est chiant, mais ça finit toujours par passer. Par contre, on a déjà quitté quelqu’un, et souvent on passe pour des méchantes personnes, parfois on l’est aussi. Mais on tente de garder la tête fière, certaines y parviennent bien. Voici, l’histoire d’une femme qui veut quitter son mec.

Les faits :

Il était une fois (à la fin des années 1770) un aubergiste de Niort qui tombe fol amoureux d’une fille sans le sou. Malgré les conseils de ses proches, Monsieur X décide d’épouser la belle. Il a raison d’épouser celle qu’il aime.

Malheureusement, Madame X n’a pas vraiment de bonnes intentions. En fait, on sait même pas trop pourquoi elle s’est mariée. Quelque temps après les noces, elle déserte la maison conjugale. Direction Paris.

Madame X envoie un courrier à son époux, lui disant qu’elle a gagné une grande somme d’argent à la loterie et le priant de la rejoindre pour profiter pleinement du gain inespéré. Le mec est super content, il a du fric, et surtout il va retrouver sa femme qu’il aime tant !

Or, à son arrivée, à peine est-il descendu de la diligence qu’une poignée d’officiers de police le constituent prisonnier. WTF ?

Madame X est allée voir les magistrats et a annoncé qu’elle avait été mise au courant de l’arrivée en ville d’un homme condamné au bannissement perpétuel, alors en fuite. Après avoir relevé son identité, les officiers se rendent vite compte que le mec n’a jamais été condamné et ils le relâchent. Ils rentrent à Niort. Un peu vénér.

La procédure :

Madame X a les boules, son plan n’a pas fonctionné. Elle rentre à Niort et va former contre son mari une demande de séparation de corps et de biens, prétextant le fait que son mari a été condamné à des peines afflictives, et qu’elle ne peut plus ainsi vivre avec un homme flétri et déshonoré. La flétrissure c’est le marquage au fer rouge, pour ceux du fond, qui ne suivent pas.

Qu’est-ce qu’une peine afflictive ? C’est une peine moindre que la peine capitale qui a pour but d’humilier le mec, ça peut être des excuses publiques aux coups de fouets sur place publique. L’idée c’est de stigmatiser le coupable.

Putain, le mec est super vénér, non seulement sa femme lui fait des plans foireux, mais en plus c’est elle qui demande une séparation. Lorsqu’il apprend la raison invoquée, il devient un peu foufou. Lui ? Un homme déshonoré par une peine afflictive ? La connasse se moque bien de lui. Malheureusement, la seule façon pour lui de prouver qu’il n’a jamais subi une telle condamnation, c’est de se mettre à poil. Nulle part sur son corps n’apparaissent des traces de flétrissure.

En première instance, Madame X est déboutée. Les juges refusent la séparation de corps et de bien en sa faveur, et elle doit trois mille livres de dommages-intérêts à son mari. En plus, elle doit se rendre à l’audience pour y être publiquement blâmée (et ça, c’est la honte, c’est aussi une peine afflictive).

Madame X ose faire appel, la cause est alors portée à l’audience de la grand’chambre. Finalement, Madame X ne se présente pas au tribunal, sans doute a-telle un peu honte, ou a-t’elle autre chose à faire. Dans tous les cas, Monsieur demande la même peine que lors du premier procès. Aussi bizarre que ça puisse paraître, il n’obtient pas pleinement satisfaction. L’arrêt du 25 juillet 1781 de la grand’chambre confirme le refus d’accorder la séparation de corps et les 3000 livres d’amende, mais supprime le blâme.

Explications : 

Le blâme est une peine afflictive qui ne peut être prononcée qu’en matière pénale, et non civile. Et la séparation de biens et de corps relève du civil, non du pénal.

Ce qu’il faut retenir : 

Si ta femme est une connasse, montre ton cul pour te faire respecter. (Mais je suis pas sure que ça puisse fonctionner à chaque fois) Ou encore, si tu ne veux pas te marier, te marie pas, connasse !

_______________________________________________________________

Share Button

One thought on “Leçon d’histoire : comment quitter son mec sans perdre son honneur ?

Laisser un commentaire