Valentin Haüy, ou l’art d’apprendre à lire aux aveugles

Salut l’internet, aujourd’hui je te raconte une histoire qui commence mal. Très mal.

Nous sommes en 1771, tout proche de la place Louis XV (la concorde) (certains disent que c’était en fait Boulevard du Temple). Lors d’une foire, se tient un petit concert animé par des enfants aveugles. Et ils sont mauvais. Très très mauvais. Des couacs partout, tout le temps. En plus, le mec qui s’en occupe n’est pas un personnage sympathique puisqu’il joue des tours à ces mômes. Ce n’est pas leur présence qui attire les clients, mais plutôt les objets dérivés… Il vend des gravures humiliantes des enfants  et une huitaine de vers se moquant des infortunés…. Classe…

Ok, la musique est vraiment dégueulasse, les gosses font n’importe quoi, mais en plus ils sont très mal habillés. Genre on leur a mis des fausses lunettes en carton, sans verre, et on éclaire à la bougie les partitions sous leurs yeux fermés, ou mis-clos. Parmi les badauds se trouve Valentin Haüy et il n’est pas content. Valou n’est pas d’accord avec le comportement des tocards qui se moquent de ces enfants et décide de faire changer les choses. Mais il sait pas comment, alors le temps passe, passe. Et rien ne change.

En 1784, Valentin a presque 40 ans, il est super intelligent, il a appris beaucoup de choses, il est un interprète reconnu mais il n’a toujours pas réglé le problème des aveugles. Jusqu’au jour où, pris de pitié, il glisse une pièce dans la main d’un aveugle. Le jeune garçon le remercie puis lui retend la pièce en lui disant que Valou a dû se tromper, la pièce est bien trop grosse. Et là. Le déclic.

 

valentin hauy

Ce garçon, Lesereau, est son premier élève. L’idée c’est de faire les lettres de notre alphabet en plus grandes, et de les gaufrer de manière à leur donner du volume. Le garçon apprend vite et bien. Il peut lire les lettres, les chiffres, et aussi les notes de musique. A coté de ça, il apprend un métier. Et puis d’autres enfants sont accueillis, Valentin fonde l’institution des enfants aveugles, il en est le directeur. Normal.

Les résultats de la méthode de Haüy se répandent partout dans Paris et les environs. Louis XVI est tenu informé du livre de Valou, sur l’éducation des enfants aveugles (clique)(d’ailleurs ce livre a été fabriqué par ses élèves). Curieux, le Roi fait venir tout le monde à Versailles. C’est un peu une démonstration des savoirs de chacun. Tous savent lire, certains ont appris à tisser, d’autres le métier de cordonnier ou encore l’art du piano.

Aussi, par un décret de 1791, l’assemblée constituante nationalise l’Institution et la rapproche de celle des sourds et muets. Il y a 20 enseignants pour 30 élèves. Et ça fonctionne très très bien. Les élèves ont un enseignement général, mais aussi musical et professionnel ! En 1795, ça commence à se gâter, l’institution devient « l’Institut National des Aveugles Travailleurs », désormais ce qu’on cherche c’est à apprendre aux jeunes aveugles de travailler. Uniquement. Business is business quoi. On commence à écarter la lecture et la musique. Valou se bat pour les maintenir mais, en 1800, l’Etat n’a plus de fric, du coup… La culture, la musique et l’éducation c’est terminé. Maintenant au boulot les gars. Les enfants passent leur temps à filer de la laine dans une manufacture de draps.

hauy laine

Travaux de laine.

Valentin Haüy est mis à la retraite anticipée en 1802. Il va partir enseigner la lecture aux personnes atteintes de cécité à Berlin et à Saint-Petersbourg. A la fin des années 1810, l’institution retrouve son caractère éducatif. Et puis Valou meurt, il pourra à peine en être tenu informé… Les boules.

Cependant, l’histoire ne se termine pas là. Et non. Ok, Valentin Haüy est mort. C’est triste. Mais en 1819, il y a un jeune garçon qui rentre à l’Ecole. C’est Louis Braille. Alors qu’à l’age de trois ans, il se donne un coup de serpette (un couteau avec un bout arrondi, c’est super ergonomique pour la crevaison d’oeil), ça infecte un premier globe, puis ça se transmet à l’autre œil. Et bim. Aveugle. Super…

Après avoir appris à lire dans l’Institut, le petit Loulou devenu grand, devient professeur de français, d’histoire, de géo, et de math. Et puis en 1829, il va changer la vie de millions de personnes aveugles en créant le système d’écriture en points saillants. Enfin, en 1889, Maurice de La Sizeranne crée l’Association Valentin Haüy dont l’objectif est d’étendre la connaissance du braille partout dans le monde pour favoriser l’accès à la culture des personnes non-voyantes. Et ça, c’est un peu chouette. 

_____________________________________________________________________________

Un dactylographe.

hauy matelas

Confection d’un matelas.

hauy sac

Confection de sac en papier.

Travaux de vannerie. 

Il y a même une bibliothèque de livres en braille.

hauy cartes

A plus l’internet !

Share Button

2 thoughts on “Valentin Haüy, ou l’art d’apprendre à lire aux aveugles

Laisser un commentaire