La fistule périnéale de François Ier

Le 21 mars, c’est le jour de ma naissance et concrètement, tout le monde s’en fout. Ce que je comprends. En revanche, il y a une chose à retenir pour cette date, l’infection des testicules de François qui va causer sa mort quelques jours plus tard.. En gros, le 21 mars 1547, le roi a mal aux couilles.

9761_francois-1er

Le règne pas trankil de François Ier

La vie et le règne de François Ier, c’est pas franchement le club med. Le mec a passé sa vie à se  bastonner contre Charles Quint. Si ce n’est qu’il a construit un beau château à Chambord avec un escalier à double machin, on peut pas dire que le roi a une une existence pépére.

D’abord, il y a eu les guerres d’Italie, un fiasco. Et puis en  1519, Charles Quint est bien présent pour lui piquer le job de Roi du monde. Il y a la défaite de Pavie, où, en 1525 il devient le prisonnier de Charles Quint. Lorsque vient l’heure de sa libération, en 1533, c’est seulement en contre partie de son mariage avec la sœur de Charles Quint et l’emprisonnement de ses deux fils par Charles Quint. On peut aisément penser, que François en avait plein les cou*lles le dos du Charlot ! En plus, il doit gérer les affaires familiales, dont le mariage de sa nièce Jeanne d’Albret. Celle-ci, faut pas la marier à n’importe qui, elle peut rapporter gros d’un point de vue alliances diplomatiques. Mais ça ne va pas tellement bien marcher.

anne de

En plus de toutes ses activités diplomatiques un peu compliquées, François Ier, il aime bien faire un peu de sexe. Avec plein de filles… Pas trop avec la Reine, mais surtout sa maîtresse, Anne de Pisseleu, duchesse d’Etampes. Le problème, c’est qu’il a chopé la syphilis. Et ça, c’est vraiment pas drôle. Mais c’est pas le sujet.

Le roi François Ier se meurt

frr

Au début de l’année 1547, François a des périodes de fièvre. Il tente malgré tout de continuer ses activités, il va à la chasse notamment. Or, lorsqu’il était jeune et fringuant, François y allait à dos de cheval. Classique. Mais depuis quelques années, une douleur périnéale l’en empêche. Pour ceux qui n’ont pas fait médecine, le périnée c’est entre les testicules et l’anus. Depuis 1535, le roi est entouré de huit médecins, rien que ça. Hélas, au début du mois de mars, la fièvre va s’installer, pour ne plus jamais le quitter.

Le 21 mars 1547,  le Roi souffre énormément. Jusque là, lorsque du pus sortait de sa fistule périnéale, les médecins étaient contents, YOUPITRALALA, le Roi est guéri, il rejette la maladie. En fait, c’est pas comme ça avec le pus. Quand tu en as, c’est jamais signe de guérison. Mais ce jour-là, les médecins décident de faire une intervention chirurgicale au niveau de la fistule. On perce le tout, jet de pus, odeur nauséabonde de truc pourri qui sort du corps. Genre c’est la grosse marade, explosion de miasmes. Et puis, ça marche, le roi va mieux, la fièvre diminue.

Huit jours plus tard, François Ier demande à voir sa sœur et son fils, fait régler son testament et demande l’extrême onction. On peut penser que l’intervention n’a pas franchement fonctionné. Après avoir murmuré quelques In manus tuas, Domine, commendo spiritum meun*, Francois Ier meurt au même instant son fils devient Henri II.

fr

Le roi est mort, vive le roi !

*Entre tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

Pour soutenir Raconte-moi l’Histoire tu peux participer à ta guise sur Tipeee (et recevoir les articles en avant première directement dans ta boite mail !)

Share Button

6 thoughts on “La fistule périnéale de François Ier

    • Dans le cas de François Ier, sujet de l’article. Et donc de tous les mâles. J’ai bien dû parler de périnée féminin dans les articles sur les accouchements sans évoquer les testicules, j’en suis sure.

  1. Pingback: La fistule anale de Louis XIV ou l'histoire d'une opération | Raconte-moi l'Histoire

Laisser un commentaire