30 000 chats tués par le roi Henri III

Bonjour à tout le monde, comme vous avez pu le constater, avec la mise en place de la campagne Ulule du livre Raconte-moi l’Histoire de la Sexualité, je n’ai pas eu le temps de rédiger d’article ces derniers jours. Mais manifestement, vous ne m’en voulez pas trop puisqu’on a dépassé les 350% et donc les 500 ventes. C’est vraiment super et je fais tout pour que vous soyez pleinement satisfait de votre achat.

chat22-satire-chats-rats-arras

Mais revenons à nous moutons, ou plutôt, à nos chats… Durant le règne d’Henri III, qui a duré une quinzaine d’année, plus de 30 000 chats ont été abattus froidement sur ordre du roi. Mais pourquoi ?

Pas facile d’être un chat…

 Au Moyen-Age, on n’aime pas trop les chats

Le chat renvoie une mauvaise image pour diverses raisons. Déjà, il ressemble au léopard, un animal sauvage, agressif, cruel et rusé. Le chat est plus petit, ce qui le rend encore plus inquiétant. Plus mesquin. Continuer la lecture

Share Button

Cronos, le dieu cannibale et castrateur

Pietro_Muttoni_-_Cronos_devouring_his_childCronos, ce n’est pas un mec cool. Autant le dire tout de suite. C’est un des personnages les plus importants de la mythologie grecque et il mange ses enfants et castre son père. En voilà une histoire faite pour Raconte-moi l’Histoire, et illustrée par Marie Eyquem, c’est encore mieux !

Cronos, fils de Terre et de Ciel

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Un beau matin de septembre, alors que la rentrée approche, Ouranos et Gaia, frère et sœur, se reproduisent à tour de bras. Parmi les gamins, on trouve les Cyclopes, les Hécatonchires et les Titans.

Les Cyclopes, on les connait, ils sont trois et ils n’ont qu’un seul œil au milieu du front. Leur père les enferme dans le Tartare pour être pénard. A titre indicatif, le tartare est un lieu peu accueillant voire inhospitalier, on le décrit comme aride, brumeux, sans vie avec des lacs de souffre (donc qui pue l’œuf pourri) et des rivières de boue… C’est pas un endroit où élever des gamins ! Continuer la lecture

Share Button

Zip, la tête d’épingle de chez Barnum

Zip-Portrait-Banner

Microcéphalie : trouble neurologique qui se caractérise par une tête plus petite que la moyenne. Biologiquement, lors de la conception, la tête ne se développe pas de manière proportionnelle avec le visage. Cela produit une personne avec une toute petite tête et un énorme front reculant. Il est très fréquent que le développement des fonctions motrices et de la parole soit aussi souvent retardé et que les personnes atteintes de microcéphalie connaissent un retard mental. La microcéphalie peut être congénitale ou résulter de divers syndromes associés à des anomalies chromosomiques.

Les microcéphales de Zika : Entre 2015 et 1016 plus de 3000 enfants microcéphales sont nés en Amérique du Sud, tout particulièrement au Brésil, contre 150 par an habituellement. Le virus Zika se transmet avec les piqûres de moustiques.

Zip, le chaînon manquant

William Henry Johnson est né en 1842. En grandissant, son crane et plat et son front s’allonge, aussi on le pense atteint de microcéphalie. Alors qu’il a 18 ans, il est recruté par le cirque Barnum. On décrit William comme ayant l’extrémité de la tête mince comme un œuf, un long nez large et une mâchoire prognathisme. Le physique du garçon suffit à en faire une curiosité mais Barnum a le sens du spectacle, il lui rase la tête et ne laisse qu’une mèche de cheveux hirsute afin de bien montrer le crane mais surtout de lui donner un air particulièrement idiot, l’homme d’affaire lui demande également de porter une combinaison en fausse fourrure et enfin Barnum renomme William en Zip. Zip a connu plusieurs identités, d’abord il était l’homme-singe, puis le singe-homme, mais celles qui ont le mieux marché sont Zip, le chaînon manquant et Zip la tête d’épingle.

zip2

Pour faire croire que Zip était le chaînon manquant entre entre l’homme et le singe, il a dit que le garçon avait été trouvé lors d’une chasse aux gorilles en Afrique de l’Ouest. Zip était le membre d’une « race d’hommes nus, voyageant en escalade sur les branches des arbres ». Continuer la lecture

Share Button

La religieuse de Watton, sexe et sanctions au monastère

27dff08b1431b4ddb647d924be476fa8

Sur Raconte-moi l’Histoire, on parle souvent des religions et des conflits les unes avec les autres, mais il faut savoir que si les païens ont tabassé les chrétiens, si les chrétiens ont mangé du musulman et si les protestants et chrétiens se sont mutuellement arrachés les yeux, au sein même de la chrétienté, la torture a fait ses preuves et la religieuse de Watton en a fait les frais…

La religieuse de Watton n’est pas une sainte

En 1150 (environ), l’archevêque de York, Henri Murdac, confie une petite fille de quatre ans au monastère de Watton. Le monastère est double selon la règle gilbertine, on trouve d’une part une communauté de nonnes et d’autre part une communauté de chanoines, ainsi que des frères et sœurs convers. Les convers ou lais sont les frères et sœurs chargés de toutes les activités manuelles de la communauté.

Le_Roman_de_la_Rose_[...]Guillaume_dikouge_btv1b6000369q

Au fil des années, la petite fille devient une jeune femme et disons-le, elle a le feu au cul et elle tombe amoureuse d’un frère convers.

« Ils se regardaient avec caresse. La chose a d’abord été faite par des hochements de tête, mais des hochements de tête ont été suivis de signes. Finalement, le silence a été brisé, et ils ont parlé de la douceur de l’amour. Ils se sont enflammés les uns les autres; ils ont semé dans l’un l’autre les graines de la joie, l’embrasement du désir. Il prévoyait la débauche, mais elle a dit ensuite qu’elle ne pensait qu’à l’amour. »

Le_Roman_de_la_Rose_[...]Guillaume_de_btv1b6000369q

Elle n’a jamais choisi d’être enfermée et elle apprécie peu l’idée du célibat forcé. Tout comme la chasteté. Continuer la lecture

Share Button