Atoum se masturbe dans le Noun et…

Avec un titre pareil, je vais encore me faire taper sur les doigts mais que voulez-vous, j’y suis pour rien si la mythologie nous offre toujours de belles histoires. Aujourd’hui je vous présente Atoum. C’est un dieu de la mythologie égyptienne et son histoire est particulièrement intéressante, de fait, il a été honoré durant des siècles et des siècles, surtout à Héliopolis.

atoum_taperet

L’apparition d’Atoum, le dieu autogène

A Heliopolis, on pense qu’avant les hommes et les dieux, il n’y avait qu’un océan appelé le Noun. Atoum, qui n’avait ni existence ni forme physique errait dans le Noun à la recherche de lui même, de son existence. C’est seulement en prenant conscience de lui-même et de son existence qu’il a pu se créer un corps comme il l’entendait. Une fois pleinement constitué, Atoum ne peut pas continuer de vivre dans le Noun, alors il façonne avec son esprit Benben, la colline primordiale sur laquelle les premiers rayons du soleil se posent à sa création. Atoum est donc seul sur sa colline. Il n’a ni femme, ni divinité, ni loisir. Atoum s’emmerde sur sa colline. Heureusement, il n’est pas le plus naze de tous les dieux et il crée sa propre descendance, tout seul.

 La naissance de Shou et Tefnout

C’est par la masturbation qu’Atoum engendre le premier couple divin. Je n’invente rien, on retrouve dans les Textes des Pyramides -à savoir encore aujourd’hui les récits religieux les plus anciens (4500 ans…)- des hiéroglyphes dont la traduction du français Claude Carrier est très claire :

« Atoum se manifesta en tant que masturbateur dans Héliopolis. Il saisit son membre et y suscita la jouissance »

Ces hiéroglyphes se trouvent dans la pyramide d’Ounas que les sociétés d’archéologie ont ouverte en 1881.

shou

C’est donc de cet acte d’onanisme que naissent les jumeaux Shou et Tefnout. La consanguinité et l’inceste n’étant apparemment pas des obstacles majeurs, le frère et la sœur se reproduisent ensemble et sont à l’origine des principaux dieux héliopolitains de l’Égypte antique, notamment Nout déesse du ciel (je prépare un article à son propos) et Get, dieu de la terre.

Durant le Moyen Empire (environ 2000 avant notre ère), on trouve ça un peu chelou qu’un dieu puisse en créer d’autres juste en se branlant, du coup, on rajoute une femme dans l’histoire. Elle est créée pour avoir stimuler Atoum, c’est la déesse Nebethetepet encore appelée « la Main de Dieu » ou «Dame de la satisfaction » . Ce n’est pas une blague. A l’époque saïte, 1500 ans après, la Divine Main n’a plus un rôle de stimulation mais elle tombe bien enceinte de Shou et Tefnout.

Selon les Textes des Sarcophages, c’est par le crachat qu’Atoum donne naissance à ses enfants. Mais c’est un poil moins drôle. De plus, Atoum est souvent assimilé à Rê, alors que c’est un peu plus compliqué que ça…

Atoum n’est pas Rê, mais un peu quand même

 

atoum

Atoum est Atoum, dieu local d’Héliopolis dont le nom signifie à la fois « ne pas être » et « être au complet »… Débrouille-toi avec ça… Rê est le grand dieu solaire. Au fil des années, les prêtres se sont un peu emmêlés les pinceaux à hiéroglyphes, faut dire que les dieux d’Héliopolis ne sont pas les même dans d’autres parties de l’Égypte et du coup, sous la Vème dynastie, on arrive à trouver un consensus entre les dieux solaires : le dieu Rê-Atoum, qui regroupe non pas deux mais trois personnes : Khépri est le soleil levant, Rê est le soleil de midi et Atoum représente le soleil couchant.

*

*

*

rêAtoum et Rê se différencient par leurs animaux sacrés, Atoum a l’anguille, le serpent, le lion, la mangouste et le cercopithèque (un singe) alors que Ré a le cobra et le faucon. Ça peut paraître con comme ça, mais sur les représentations, c’est beaucoup plus facile pour les identifier. En plus, Atoum a toujours une tête d’homme avec sur la tête la double couronne des pharaons, appelée « Pschent » alors que Rê, a un corps humain avec une tête de faucon sur laquelle repose le cercle solaire et un cobra dressé.

*

*

*

L’hommage à Atoum par les pharaons

Pour rendre hommage à Atoum, les pharaons ont une pratique bien à eux et pour le moins originale. Chaque année, à l’occasion du festival en l’honneur de Min -le dieu de la fertilité, le pharaon sort son pénis et se masturbe dans les eaux du Nil afin de fertiliser l’eau du fleuve et garantir de bonnes récoltes pour les paysans et une économie stable durant l’année. Le tout devant une foule en délire…

Il nous reste plus qu’à imaginer Macron se branler dans la Seine pour favoriser l’économie de 2018…

 

Je vous souhaite à toutes et tous une excellente année !

Share Button

2 thoughts on “Atoum se masturbe dans le Noun et…

Laisser un commentaire