Klanswomen, les femmes féministes du KKK

Alors c’est un peu bizarre comme titre, j’en conviens. Selon moi, on ne peut pas être féministe et appartenir au KKK, du fait même que si on veut l’égalité femme-homme il faut nécessairement souhaiter l’égalité femme-femme, ce qui n’est pas du tout le cas des Klanswomen… Mais je vous avais promis cet article il y a déjà quelque temps lors de la publication de l’article sur le KKK, le voici !

The_278f16_5703960

Klanswomen, les femmes du Women Ku Klux Klan

Le WKKK, ou Women Ku Klux Klan est une organisation créée en 1921 mais officialisée en 1923. Effectivement, le 10 juin 1923, le WKKK devient une organisation auxiliaire du KKK. Les femmes ne pouvant pas intégrer le Klan, elles se sont donc liées autour d’une organisation anti-juive, anti-catholique, anti-immigrée et anti-noire qui se démarque du KKK car les femmes revendiquent l’importance du droit de vote pour les femmes (obtenu en 1920) afin de protéger et purifier les pratiques politiques. En gros, les Klanswomen sont contentes de voter afin d’augmenter le nombre de votants suprématistes blancs. Pour pouvoir discriminer les autres femmes (et les hommes aussi). C’est moche. Très moche.

L’existence d’une communauté de femmes suprématistes blanches est en réalité bien plus ancienne, elle date de la première apparition du KKK dans les années 1870. Dès la création du KKK, les femmes n’ont pas le droit de prendre part aux décisions et actions de l’organisation, en revanche, elles peuvent bien rendre service aux membres (souvent leurs maris, pères, frères…) en confectionnant les tenues, préparant les pique-niques ou encore pour faire joli lors des différentes représentations de l’organisation masculine. En plus ça fait un peu genre « regardez, nous ne sommes pas si méchants, nous avons des épouses et des enfants et ils sont tout blancs, eux »… Les hommes du KKK pensent que les femmes doivent rester les subordonnées des hommes blancs. Ces petits êtres fragiles doivent être protégées des autres (les Noirs, les Juifs, les immigrés, les catholiques…) mais aussi d’elles-mêmes, alors ils essaient de les garder sous leur protection. Et pourtant à partir de 1923, les Klanswomen revendiquent un autre rôle, elles veulent être actives dans la haine de l’autre.

  Qui sont les femmes du WKKK ?

Pour devenir une Klanswoman il faut avoir plus de 16 ans, être blanche (évidemment), protestante, ne pas être issue de l’immigration, être nationaliste, raciste, suprématiste et détester la plupart des humains. En novembre 1923, quelques mois seulement après sa création officielle, le Klan rassemble 250 000 femmes dans 36 des Etats d’Amérique. Un beau score. En 1925, le KKK et le WKKK comptent 4 millions de membres, ça en fait des bras pour discriminer et tabasser les autres.

 margaret sanger

- Margaret Sanger est la fondatrice du planning familial américain, vu comme ça, on pense à une femme féministe progressiste et humaniste. En réalité, si elle tente de rendre la contraception accessible à toutes, ce n’est pas pour libérer la femme de la grossesse et libérer le sexe, non, c’est pour éviter que ceux qu’elle appelle « les nuisibles » se reproduisent… A savoir principalement les noirs, les immigrés et les pauvres. Elle a trouvé de nombreux soutiens et financement à travers les Klanswomen. Je vous prépare un article sur Margaret Sanger et son eugénisme négatif pour très bientôt. -

Beaucoup de femmes pensent qu’intégrer le WKKK les protège des différentes menaces, les Klanswomen veulent être utiles et participer activement, comme les hommes, à la protection du pays et de leurs intérêts. Si certains hommes ont soutenu la démarche, nombre d’entre eux préférent que les meufs restent à la maison pour faire la cuisine, non pas aller traîner dans les rues, qu’importe que ce soit pour des raisons politiques. En rejoignant le WKKK, les femmes se sont alors émancipées de ces maris oppressants, elles ont quitté le rôle d’épouse modèle et ont intégré la sphère politique.

Quelles actions mènent-elles ?

1-cDg2gt3-7El0kiMgQFK6tQ

Parmi les activités des Klanswomen, il y a le soutien à toutes les activités du KKK, les membres ne sont jamais en première ligne pour la violence, mais elles gèrent la logistique, elles s’occupent du recrutement des membres du Klan et elles sont présentes dans la sphère politique. Elles mettent en place des boycotts commerciaux en accord avec les politiques locales pour parvenir à ruiner certaines familles juives ou afro-américaines. Les Klanswomen sont également présentes auprès des écoles pour « protéger » les enfants des instituteurs qui ne sont ni blancs, ni protestants et si possible les faire virer, distribuer des tracts pour les candidats politiques du KKK, mais aussi siéger dans les conseils scolaires. L’idée est d’être PARTOUT et aussi de dire n’importe quoi. Une autre des missions des femmes du WKKK est de répandre des rumeurs pour persécuter psychologiquement certaines familles.

Enfin, les Klanswomen ont persévéré dans leurs premières activités et se sont impliquées plus activement auprès du KKK avec l’organisation de cérémonies, des rites secrets ou encore l’organisation de défilés…

 La fin du WKKK

women-of-the-klan-muncie-indiana-1924

Avec la crise économique de 1929, le WKKK et le KKK sont un peu dans la merde. Les personnes qui financent sont de moins en moins nombreuses, la suprématie blanche n’est plus une priorité quand on doit nourrir sa famille et sauver ses affaires. En plus, de nombreux conflits internes, le WKKK sombre doucement. Les membres du KKK récupèrent une trop grande partie des cotisations, les Klanswomen quittent alors leur organisation qui ne leur permet plus de mener des actions en leur nom. De plus, les hommes du Klan mettent beaucoup d’énergie à faire disparaître le pendant féminin qui lutte en faveur du divorce et de l’émancipation de la femme. La pression des suprématistes masculinistes blancs est trop importante, les épouses doivent rentrer à la maison pour s’occuper des gamins et faire à bouffer sans se soucier des problèmes politiques qui sont les affaires des hommes.

Enfin, dès 1925, la dirigeante du WKKK est accusée de détourner des fonds, plus de 70 000 dollars ont été utilisés à des fins personnelles et inutiles pour l’organisation. Ca la fout mal. De nombreuses femmes quittent l’organisation qui n’a plus aucune mission importante. Certaines femmes continuent dans l’ombre de servir les hommes du KKK mais le Women Ku Klux Klan disparaît au début des années 1930. 

___

Si tu as aimé cet article, tu peux soutenir Raconte-moi l’Histoire sur Tipeee. Ou  tu peux découvrir les articles sur du vrai papier.

 

Share Button

2 thoughts on “Klanswomen, les femmes féministes du KKK

  1. Merci pour l’article, je n’en savais rien. Ça me dépite un peu. Malheureusement ce n’est pas nouveau de se dire féministe et en même temps participer à l’oppression d’autres groupes sociaux. –’
    Pour finir sur une touche plus positive, le début de ton article m’a bien fait rire (jaune) : « ne pas être issue de l’immigration ». Aux États-Unis tous les Blancs sont des immigrés ou descendants d’immigrés, s’ils suivaient leurs idées, ils devraient commencer par s’expulser eux-même !

Laisser un commentaire