Le lancer de renard, sport à la mode au XVIIe siècle

Au XVIIe siècle, twitter n’existe pas, candy crush non plus, alors pour passer le temps, la population lit des livres et se cultive. Non, je déconne, dans certaines parties de l’Europe, principalement en Pologne, on s’amuse au lancer de renard. En Allemand, ça se dit fuchsprellen. Quand on dit renard, on parle bien de l’animal ! Mais pas seulement, on peut aussi jouer avec les chats, les furets, les blaireaux et autres animaux sauvages.

Les règles du jeu

Das_Fuchsprellen,_Hoflustbarkeit_aus_dem_vorigen_Jhd

C’est super simple… Il te suffit d’avoir des animaux mignons en quantité suffisante pour tenir toute une après-midi mais aussi d’avoir un espace clos. En général, on plante quelques poteaux dans un champ ou dans la cour d’un château, sur une surface plane et on tire des toiles entre les poteaux afin d’avoir une enceinte bien close (pour éviter que les animaux puissent s’échapper).

Ensuite, deux hommes tiennent une corde ou un filet de 7 ou 8 mètres, chacun par une extrémité. Les joueurs s’espacent de 6 ou 7 mètres, afin qu’une partie de la corde ou du filet touche encore le sol. Lorsque c’est bien le cas, une troisième personne ouvre la cage de l’animal de son choix et lorsque l’animal qui tente de fuir passe la corde ou le filet PAF les joueurs tirent sur les extrémités afin que l’animal décolle. Un mètre, deux mètres, trois mètres, le record s’élève à 7,5 mètres. Évidemment, le duo qui lance le renard le plus haut gagne le concours. Pour pimenter un peu les après-midis, le jeu se pratique aussi en équipe… Plusieurs lanceurs se placent les uns à côté des autres pour que lorsque l’animal retombe, il soit à nouveau projeté en l’air par une nouvelle corde. A l’issu de la partie, l’animal est mort… Lorsque ce n’est pas le cas, ce peut être un danger pour les joueurs car l’animal sauvage est terrifié et bien que blessé, il arrive qu’il tente de se protéger en bouffant un pied, un mollet, une joue ou en griffant un des participants (et c’est quand même, bien mérité !).

Les joueurs célèbres du lancer de renard

533454496

Ne vous méprenez pas, le lancer de renard est un sport très digne réservé à l’élite. Le tournois de lancer est souvent accompagné d’une mascarade. Hommes et femmes se costument. Les messieurs se déguisent souvent en héros grecs, en satyre, centaures mais aussi en bouffons du roi pour amuser la cour alors que les dames sont des déesses ou des muses. Ils poussent le vice à accessoiriser les animaux projetés avec des masques en carton et des morceaux de tissus. Eh oui, quand ils sont en l’air c’est beaucoup plus mignons. Moyen bof lorsqu’ils s’éclatent au sol et foutent du sang partout sur l’écharpe de tatie Eberhardine ou sur le mouchoir de papi Christian-Ernest, mais ce ne sont que des détails…. A la fin du tournoi, on va prendre des forces, c’est l’heure du banquet !

Plusieurs personnages illustres de l’histoire ont porté un intérêt tout particulier au lancer de renard, c’est notamment le cas du roi de Pologne, Auguste II. Il a participé à un des plus célèbres concours de lancer de renard à Dresde. Lors de celui-ci, plus de 1000 animaux sont décédés. 700 renards, 500 lièvres, 30 blaireaux, autant de marcassins, une vingtaine de chats et trois loups.

Auguste II n’est pas le seul à participer au lancer de renard, l’empereur Léopold Ier a pris beaucoup de plaisir à concourir lors du tournoi de Vienne de 1672.

Si cet article t’as appris quelque chose de cool que tu pourras à ton tour transmettre au reste du monde, n’hésite pas à soutenir le blog ! Sinon, tu peux aussi acheter un, deux ou trois livres Raconte-moi l’Histoire. Ils sont super bien, la vérité.

Pour en savoir plus sur les loisirs au Moyen-Age, c’est ici.

Share Button

3 thoughts on “Le lancer de renard, sport à la mode au XVIIe siècle

Laisser un commentaire