Ku Klux Klan, l’histoire de la violence raciale

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler du Ku Klux Klan, ouais les mecs avec leurs capuches pointues et leurs croix enflammées qui prônent la suprématie des Blancs sur les autres. Oui, tous les autres. Outre le fait que penser que la valeur d’un homme se mesure à sa couleur est complètement con, il y a aussi le problème des actes de violence pouvant, ou avec le souhait, d’entraîner la mort.

giphy (1)

Voici l’histoire (non exhaustive) du KKK.

L’origine du Ku Klux Klan

Le KKK est né dans les années 1860 de la frustration (certains parlent d’humiliation) des états du Sud des États-Unis à se voir imposer une politique égalitariste par le Nord à l’issue de la guerre de Sécession. Eh oui, l’esclavage c’est terminé (enfin en théorie…), plus de 4 millions de personnes se retrouvent libres. Si on n’en est pas encore à l’égalité des droits sociaux, la suprématie blanche prend un petit coup de canif. Alors, dans le nuit du 24 au 25 décembre 1865, de nombreux anciens officiers sudistes se retrouvent pour fêter Noël pépouze former une des plus célèbres et terribles organisations criminelles : le Ku Klux Klan.

Parmi les fondateurs célèbres, on peut parler de J. Calvin Jones, Richard R. Reed, John B. Kennedy, James R. Crowe et John C. Lester, ces deux derniers étant aussi à l’origine du nom du KKK.

KKK_night_rally_in_Chicago_c1920_cph.3b12355-640x400

D’ailleurs, ça vient d’où ce nom et ça veut dire quoi Ku Klux Klan ?

L’étymologie est bien connue, en grec kuklos signifie cercle et lux signifie lumière, alors lorsqu’on partage le mot, les deux définitions font sens : le cercle de lumière. Ensuite, « clan » à l’époque c’était plus classe que « team » alors on change le C en K pour uniformiser la première lettre de chaque mot. Et PAF, le KKK est né.

Les membres portent une cagoule blanche et pointue sur la tête ainsi qu’une longue robe. Parfois, les chevaux portent le même déguisement. L’idée des chevauchées nocturnes est de terroriser les Noirs qui sont peu instruits (faut dire qu’après des années d’esclavage, tu ne sais pas ou peu lire) et très superstitieux. De fait, grand nombre d’entre eux pensent qu’il s’agit de fantômes de soldats confédérés morts au combat qui ont la ferme intention de se venger. Si ce ne sont pas de véritables fantômes (désolée du spoil) les membres du Ku Klux Klan vont bien se « venger » pour rétablir l’ordre et la suprématie de l’homme blanc.

Les revendications et les actions du KKK

Le Ku Klux Klan a une mission : favoriser la désignation des membres du KKK au sein du parti démocrate (qui est pro-esclavage) pour lutter contre la mise en place de l’égalité entre les Blancs, les Noirs, mais aussi tous les autres non-Blancs.

Ça c’est sur le papier. La réalité est tout autre. Ces hommes de bonne famille et distingués la journée (bien qu’avec des idées de merde) se transforment en tyrans la nuit. Ils enfilent leurs capuches et s’adonnent à de véritables tortures. En plus des chevauchées nocturnes contre les Noirs, le Ku Klux Klan, s’en prend à tous ceux qui importunent la société et l’économie (selon eux), à savoir, les juifs, les catholiques, les homosexuels, les alcooliques et les putes. Ah oui oui, et ils n’y vont pas de main morte. Les mecs imposent un couvre-feu (illégal) et sanctionnent à coups de ceinturon ceux qui ne le respectent pas. Ils pourchassent tous les hommes qui votent pour autre chose que le parti démocrate… Les tortures sont diverses et variées…

kkk

Marche forcée humiliante (souvent nu), flagellation, émasculation, éventration de femmes enceintes, viol, marque au fer rouge, ça c’est ce qu’il se passe en général avant la mise à mort qui se traduit souvent par un bûcher ou la pendaison. Pour donner l’exemple. Genre…

Seulement pour l’année 1871, on dénombre 297 Noirs lynchés à la Nouvelle-Orléans et 200 dans l’état du Mississippi. Entre 1866 et 1914, on estime à 4600 personnes (en majorité des Noirs) le nombre de victimes du Ku Klux Klan. Faut dire qu’en quelques années, les rangs du KKK se sont gonflés : plus de 500 000 membres dans tout le pays.

Dissolution du KKK mais victoire idéologique

Il faut attendre 1871 et (devinez quoi!) le meurtre d’un sénateur Blanc, John W. Stephens (bon, en plein tribunal, ça fait mauvais genre…) pour que le Sénat parvienne à rendre le KKK hors la loi. La loi est votée le 20 avril 1871 et dans la foulée plusieurs milliers de membres du Ku Klux Klan sont arrêtés. Mais sans preuve, la plupart des activistes sont libérés. En 1877, le KKK est officiellement interdit. Une première page se tourne mais ce n’est pas la fin du Klan. En effet, une partie des objectifs est atteinte : le pouvoir est repassé entre les mains des démocrates (suprématistes blancs) et de nombreuses lois discriminantes sont votées. Notamment les lois Jim Crow : elles institutionnalisent la ségrégation, les mariages interraciaux sont interdits, elles forcent la séparation entre Noirs et Blancs dans les transports, les lieux publics, les écoles, les barbiers, les spectacles, les hôpitaux ou encore, dans l’État d’Oklahoma, dans les cabines téléphoniques.

d280a1ef2757acfa1e62e0ed21030ad0

Exemples : « Aucune personne ou société n’exigera de n’importe quelle infirmière féminine blanche de travailler dans les salles d’hôpitaux, publics ou privés, dans lesquels des Noirs sont placés. » ; « Tout Noir et toute femme blanche, ou tout homme blanc et toute femme noire qui ne sont pas mariés et qui vivent habituellement ensemble ou occupent la même chambre la même nuit sont punissables d’un emprisonnement ne pouvant dépasser 12 mois ou d’une amende maximale de 500 dollars. » ; « Toute personne qui sera reconnue coupable de l’impression, de l’édition ou de la circulation de tracts ou pétitions recommandant ou présentant au public des informations, des arguments ou des suggestions en faveur de l’égalité sociale ou en faveur du mariage entre Blancs et Noirs, sera coupable d’un délit et risquera jusqu’à cinq cents dollars d’amende ou six mois de prison. »

Qui est Jim Crow : Jim Crow est un personnage inventé en 1828 par Thomas Rice. Il s’agit d’un Blanc avec une blackface qui utilise les codes des Noirs du Sud des États-Unis.

Au niveau des droits civiques, si les démocrates ne peuvent pas interdire les Noirs de voter, ils vont faire en sorte de les dissuader de le faire : taxe au bureau de vote, test d’alphabétisation (pas mis en place pour les Blancs) et autre découpage électoral en vue de foutre des bâtons dans les roues. Le KKK a peut-être été dissout, mais qu’importe, maintenant les suprématistes ont intégré l’État…

La création d’un second KKK

En 1915 et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Ku Klux Klan retrouve une nouvelle vitalité. Hélas. Il s’agit d’une association légale et culturelle (et non plus d’une organisation exclusivement sudiste) dont les membres sont des suprématistes blancs qui défendent les valeurs de la « Nation blanche ». L’idée est désormais d’accueillir tous les  Anglo-Saxons protestants blancs (les WASP) du Sud et du Nord du pays. Tous doivent lutter contre les tendances de la société qui ne sont pas endogènes, on peut notamment parler du communisme, du syndicalisme révolutionnaire, de l’athéisme, du féminisme et plus généralement de la libéralisation des mœurs… Pour faire respecter leur idéologie, le Ku Klux Klan n’hésite pas à reprendre les vieilles habitudes : poursuite des Noirs et de tous les immigrés, des juifs, des catholiques et de tous ceux qui les aident ou tentent de les protéger. Tract des années 1920.

ku-klux-klan_3153153b

On peut le dire, les membres du KKK ne sont pas super friendly et ils sont nombreux ! Environ 5 millions dans les années 1920. De fait, les politiques sont obligés de prendre des décisions, il faut poursuivre les membres violents du KKK et il faut limiter leurs actions. En Louisiane, il est interdit de se masquer le visage en dehors de certaines fêtes. Plusieurs états vont suivre dans le but d’avoir des motifs d’interdiction des membres avant même qu’ils usent de la violence. De plus, le président Harding autorise le FBI à intervenir contre les (image pouvant heurter la sensibilité–>) lynchages qui se multiplient dans le pays. En 1928, le Ku Klux Klan est officiellement interdit. Encore… Mais il ne disparaît pas. A l’approche de la Seconde Guerre mondiale, un nouvel élan apparaît. Un élan mondial. Certains membres du KKK sont charmés par la politique nazie et soutiennent le régime et ses idées. En revanche, lorsque le Japon (allié officiel de l’Allemagne nazie) bombarde Pearl Harbor, les liens et les soutiens entre le Ku Klux Klan et les nazis disparaissent.

Le deuxième KKK disparaît en 1944 après une mise en liquidation judiciaire. Les mecs ont oublié de payer des impôts…

Les restes du Ku Klux Klan

Depuis 1944, le KKK n’existe plus. Il y a cependant bien des groupuscules qui se revendiquent être du Klan et mettent en place des actions… On peut notamment parler de Viola Gregg Liuzzo, une militante (blanche) pour l’égalité des droits civiques. Elle a été assassinée par le KKK en 1965 en Alabama. Tout aussi significatif, en 2014, suite à la mort de Mickaël Brown (désarmé et abattu par un policier blanc), le KKK menace de mort tous ceux qui veulent se rendre aux manifestations et marches blanches. De plus, les membres collectent des fonds au profit du policier… Cependant, le nombre d’activistes est peu élevé : environ 8 000 dans tous le pays et aujourd’hui leur mission est de distribuer des tracts. Et devinez quoi ? Ils font partie des soutiens de Trump. Ben oui.

giphy

Si cela vous intéresse, je vais écrire un article sur les femmes du KKK : Klanswomen.

Et si cet article vous a interessé, n’hésitez pas à le partager ou à soutenir le blog (c’est ici) ! Pour en savoir plus, voici quelques sources intéressantes : Sos-racisme, Ku Klux Klan de Farid Ameur, ou encore un article sur Gallica.

Share Button

10 thoughts on “Ku Klux Klan, l’histoire de la violence raciale

  1. Hâte de lire ton article sur les femmes du Klan !
    D’ailleurs, est-ce que tu (ou d’autres !) aurais connaissance de bandes-dessinées sur le KKK ? J’ai très envie d’en lire depuis quelques temps, histoire d’en apprendre plus (et j’adore les romans graphiques historiques)

  2. À voir aussi, l’excellent Mississippi Burning d’Alan Parker (1988) relatant l’enquête de deux agents du FBI chargés de retrouver trois militants pour les droits civiques disparus mystérieusement. Rapidement, leurs soupçons se portent sur des membres du KKK…

  3. Quand tu te dis que le KKK n’est pas réellement illégal de nos jours aux USA, protégé par la liberté d’expression et d’association ainsi que par l’absence de loi interdisant l’incitation à la haine, ça fait quand même froid dans le dos…

  4. Vivement le prochain article alors !
    Un petit lien ou site à consulter sur les relations entre KKK et Nazis peut-être ? Je ne savais pas qu’ils s’en prenaient également aux syndicalistes, mais c’est somme toute logique, la haine raciale s’accompagne généralement d’une intolérance (violente) à tout ce qui promeut l’égalité ou les droits sociaux.

  5. « les deux définitions font sens »

    En français on dit que quelque chose a du sens, « faire sens » c’est un anglicisme et surtout du mauvais français.

    Je me permets d’intervenir parce que j’aime votre site et ce genre de chose me pique les yeux.

  6. Bonjour , à quand l’article sur les Klanswomen ? ça m’ intéresse et j’en aurai certainement pour mon oral d’anglais . Merci

Laisser un commentaire