Alexander Bogdanov, ou la transfusion sanguine mortelle

Pour rajeunir et continuer à bander, les hommes sont prêts à tout… Le médecin Serge Voronoff n’a pas hésité à greffer des couilles de singes sur des humains… C’est dire ! Aujourd’hui je vous parle de Alexander Bogdanov, de son vrai nom Alexander Alexandrovitch Malinovski, qui tentait les transfusions sanguines entre humains vivants… Un jour l’une d’entre elles l’a tué !

 transf

Le saviez-vous ? La première transfusion sanguine a été faite en France le 15 juin 1667 par le médecin Jean Baptiste Denis. Le receveur est un adolescent qui est atteint de fièvre depuis 8 semaines. Après une vingtaine de saignées, le jeune homme a toujours de la fièvre mais il n’a plus beaucoup de sang, il présente une perte de mémoire mais aussi une fatigue excessive. Tu m’étonnes… Jean Baptiste Denis va alors prendre 3 onces de sang du patient et lui transfuser 9 onces, soit 300 mL, du donneur. Et le donneur n’est autre qu’un mouton ! On remarque rapidement une amélioration de l’état de santé du receveur.

L’histoire de la médecine ne cessera jamais de nous surprendre !

Qui est Alexander Bogdanov ?

Alexander Bogdanov, ou en russe  Александр Александрович Богданов , est né le 22 août 1873 à Sokolka, dans l’Empire Russe (aujourd’hui en Pologne). Dès son enfance, il touche à tout, il est très curieux et rapidement, il se tourne vers l’apprentissage de la médecine et de la psychiatrie. A coté de ses études, Alexander Bogdanov s’intéresse de très pres à la politique et au bolchévik. D’ailleurs, il va longtemps fréquenté Vladimir Lénine, ils sont rivaux mais s’apprécient. Durant la Première Guerre mondiale, Alexander est envoyé dans des hôpitaux militaires où il découvre des mecs coupés en deux qui se vident de leur sang… Aussi, des transfusions sanguines sont faites pour tenter de sauver le maximum de soldats. Et là, une passion est née chez Alexander Bogdanov.

A_A_Bogdanov*

Continuellement en opposition à la politique russe, il fait de la prison plusieurs fois et est contraint de s’exiler à différentes reprises. Grand théoricien, il a écrit sur le communisme de guerre, la « tectology », l’économie mais aussi des livres de science-fiction. Un parcours incroyable. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est sa passion pour l’hématologie, le sang et les transfusions sanguines.

Des transfusions régénératrices

Durant la Première Guerre mondiale, les premières transfusions sanguines sont réalisées avec plus ou moins de succès. On ne connaît pas encore les rhésus et les compatibilités du sang. On sait juste qu’il ne faut plus mélanger le sang animal et humain parce que ça foire souvent mais aussi que certains sangs humains entre eux sont incompatibles. De plus, on ne filtre pas le sang de quoique ce soit car le sang pris directement dans le bras du donneur est directement envoyé dans le bras du receveur, c’est ce qu’on appelle en France, la méthode Crill. En 1924, Alexander Bogdanov commence à réaliser des expériences différentes avec les transfusions sanguines, il a un nouveau but : rajeunir. Et dans ses rêves les plus secrets, il atteint la jeunesse éternelle. Alexander est pas mal soutenu dans son pays, on lui donne quelques moyens pour terminer son expérience et mettre la machine en route, en attendant, il est le premier cobaye de sa théorie. Il subit des dizaines de transfusions de sang et « manifestement » les résultats sont probants.

Alexander Bogdanov jouant aux échecs avec Lenine

Alexander Bogdanov jouant aux échecs avec Lenine

Ou alors il a des amis vraiment sympa mais en 1924, Leonid Krassine écrit «Bogdanov semble être devenu 7, non, 10 ans plus jeune après l’opération ».  De nombreuses personnes veulent prendre part à l’expérience, notamment Maria Ulyanova, la sœur de Lénine. Alexander Bogdanov fonde alors un centre de transfusion et d’hématologie.

La transfusion mortelle d’Alexander Bogdanov

 

Après des dizaines de transfusions, ça relève déjà du miracle que Bogdanov ne soit pas mort. C’est vrai, le mec ne pipe rien à la compatibilité du sang, il aurait eu vite fait de s’empoisonner. Ou d’empoisonner un autre receveur, parce que la pratique commence à se répandre. Alors qu’il commence à penser que s’il récupère suffisamment de sang de jeunes hommes vigoureux, il va pouvoir devenir immortel, Alexander Bogdanov va faire une petite erreur et elle va lui coûter la vie. Eh oui ! A force de chercher la jeunesse, ben, Bogdanov est mort. Il s’est transfusé du sang d’un étudiant atteint du paludisme et de la tuberculose. Le jeune qui a reçu le sang d’Alexander Bogdanov a été rapidement sur pied. En revanche, le médecin est tombé malade. Il en a profité pour prendre des notes, chaque jour, sur son état pendant quinze jours. Puis il décède. A l’âge de cinquante-cinq ans.

Ça fait jeune pour un immortel…

Si tu veux en savoir plus, tu peux lire ce livre ! Et si tu as aimé cet article, n’hésite pas à soutenir le blog pour en avoir toujours plus des toujours mieux ! Sans les tipeurs le blog ne pourra pas continuer d’exister pleinement, merci à vous <3

 

Share Button

One thought on “Alexander Bogdanov, ou la transfusion sanguine mortelle

  1. Pingback: Leonid Rogozov s'auto-opère de l'appendicite | Raconte-moi l'Histoire

Laisser un commentaire