Cannibalisme et religion, l’horreur du siège d’Antioche

Après avoir écrit un article sur le cannibalisme culturel, genre on mange des humains parce que c’est bon et que ça apporte de l’énergie, j’ai décidé d’écrire sur le cannibalisme de survie pendant les croisades. Quand vraiment y’a plus le choix, soit on bouffe la jambe du voisin, soit la notre. Et on a rarement envie de perdre la jambe. Voici donc le cannibalisme lors du siège d’Antioche, illustré par Matendouce.

404be456-9241-4ddd-842e-8f6a5d2b88bf

Le contexte de croisade

 

En 1078, les Turcs ont pris Jérusalem et bloquent l’accès de la ville aux chrétiens. Du coup, ils font la gueule et se plaignent un peu. Alors, après 20 ans de colère, le pape Urbain II décide d’intervenir. Il veut envoyer des mecs sur place pour libérer la ville. Lol. Les chevaliers du royaume de France, ils en ont un peu rien à cirer des chrétiens d’orient… Ils ne se sentent pas super motivés pour une escapade en Terre-Sainte. Normal. Urbain II est donc obligé de promettre aux chevaliers le pardon pour tous leurs péchés en échange de cette croisade. Du coup, certains prennent le risque de mourir sur le chemin, pendant les combats, ou pendant le trajet de retour pour pouvoir aller au paradis.

Cannibalisme et le pape Urbain

La croisade ne va pas être de tout repos… Le premier siège d’Antioche a lieu entre le 21 octobre 1097 et le 2 juin 1098 lorsque les croisés parviennent à prendre la ville. Mais cinq jours après les Turcs vont tenter de la récupérer et ils vont assiéger les croisés du 7 au 28 juin 1098.

Le siège d’Antioche

En 1098, c’est le siège d’Antioche et c’est pas franchement de la rigolade. Les croisés encerclent la ville, certes ils vont finir par l’avoir, mais il y fait pas bon vivre, il caille et c’est la famine. Un siège, lorsque ça dure quelques jours ça va, mais là, ça va durer d’octobre à juin tout de même. A partir de décembre, il n’y a plus de réapprovisionnement, ou très peu, les chrétiens locaux apportent quelques vivres mais il n’y a pas de quoi faire vivre 10 000 hommes et leurs chevaux. Les croisés doivent avoir envie de bouffer Urbain II et ses idées à la con.

Coffe et le cannibalisme

Les mecs sont obligés de bouffer tout ce qu’ils trouvent, beaucoup désertent, d’autres meurent d’épuisement, les derniers rongent les plantes, les tiges de fèves, les herbes mangent les chevaux morts, mais aussi les chameaux ou les chien errants. Et même les rats, les souris mortes et les ordures. Jusqu’à ce qu’ils aient une idée pour pouvoir manger de la chair fraîche…

Le cannibalisme en croisade

« À Maarrat, les nôtres faisaient bouillir des païens adultes dans des marmites, ils fixaient les enfants sur des broches et les dévoraient grillés » Raoul de Caen

« Les nôtres ne répugnaient pas à manger non seulement les Turcs et les Sarrasins tués mais aussi les chiens » Albert d’Aix « En fît mettre à la broche et rostir plusieurs comme pour viande préparée au souper de lui et des siens » Bohémond de Tarente à propos des espions

Après avoir mangé tous les trucs vivants qu’il y a dans le coin, les plantes et les animaux, devinez ce qu’il reste ? Bin oui. Les ennemis. Les croisés ont tellement la dalle, que les troupes de Tafur (soit environ 10 000 mecs) décident de croquer la cuisse des Turcs. C’est un vrai festin du coup… Il suffit d’en attraper quelques uns, de les tuer proprement (on évite les coups dans le torse pour une côtelette de bonne qualité), on les vide, ensuite on les fout soit dans une marmite, à la broche, ou au grill et A TAAAAAABLE !

Kebab et cannibalisme

Je vous dis pas la déstabilisation des Turcs qui gardent la ville. Déjà, ils sont assiégés et ça sent grave la bouffe. En plus, ce sont leurs copains qui sont en train de griller. Enfin, les croisés prennent des forces et c’est pas bon pour eux. Et en effet, quelques temps après, les croisés réussissent à prendre la ville. Et puis en fait, ils vont la reperdre… Et il y a un second siège en juin, mais seulement de quelques jours !

Ce qu’il faut retenir, le cannibalisme c’est mal, sauf si c’est pour la religion. Mouais. 

Pour voir plus d’illustrations de Matendouce, rendez-vous sur son site ou sur son compte instagram !

Pour soutenir Raconte-moi l’Histoire tu peux participer à ta guise sur Tipeee (et recevoir les articles en avant première directement dans ta boite mail !) Et pour te faire autrement plaisir, les livres Raconte-moi l’Histoire sont en vente !

T1 ET 2 FB

Share Button

One thought on “Cannibalisme et religion, l’horreur du siège d’Antioche

Laisser un commentaire