La famille Ovitz, victime d’expérimentations médicales par les nazis

Merci aux nombreux tipeurs, ce mois-ci on bat (encore) un record ! Bonne lecture !

Aujourd’hui je vous raconte une drôle d’histoire, quand je dis drôle, je veux dire pas drôle. C’est plutôt une histoire étonnante, puis horrifiante. La famille Ovitz est une famille juive originaire de Roumanie et par un mystère de la génétique, la plupart de ses membres sont nains. Oui, nains. Bin, j’aime autant vous dire qu’être le membre d’une famille de juifs nains pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est pas funky. Sauf si t’es un nazi. Voici, leur histoire.

famille ovitz

La famille Ovitz

En 1868, Shimson Eizik Ovitz naît à Rozavlea. Le mec est normal, il a des jambes et des bras de taille standard. C’est un rabbin, mais aussi un saltimbanque. Il organise des spectacles pour les mariages juifs, c’est un badchan. Et il est itinérant. Le mec, il va avoir 10 enfants, et sur les 10 enfants, 7 vont être atteints de dysplasie spondyloépiphysaire. Dans un premier temps, Shimson épouse Brana Fruchter, ils ont deux enfants : Rozika et Franzika : les deux sont nains. Bin merde. C’est quoi les pourcentages pour que tes deux gosses soient plus courts que la moyenne ? (j’ai pas trouvé)(mais ce doit être faible) Batia, la seconde épouse de Shimson, est de taille standard, ensemble, ils vont avoir huit enfants. Avram (nain), Freida (naine), Sarah (taille normale), Micki (nain), Leah (taille normale), Elisabeth (naine), Arie (taille normale) et la petite dernière de la famille Ovitz, surnommée Perla, est naine aussi. Son vrai prénom est Pearla.

La dysplasie spondyloépiphysaire

En fait, les gamins naissent de taille normale, et puis un peu avant l’adolescence, ça foire, il y a une couille dans le potage. Le tronc s’arrondit, on dit qu’il est en tonneau. Le cou est court, les jambes aussi, les bras peuvent être longs. Certaines peuvent atteindre 1m53. Du coup, c’est pas un nanisme (A noter que 1m53, c’est seulement 4cm de moins que moi).

ovitz

Il s’agit d’une maladie osseuse, et les symptômes peuvent être divers et variés, et puis contradictoire aussi. Pour certains, non seulement ils cessent de grandir, mais en plus, ils peuvent perdre plusieurs centimètres durant leur vie (c’est souvent lié à une scoliose).

La vie de la famille Ovitz

285645_615077538505831_236996818_n

La famille Ovitz va réussir à faire de leur handicap une force puisqu’ils vont gagner leur vie librement. Genre, ils ne sont pas chapeautés par de méchants cirques ou d’horribles hommes exploiteurs d’hommes. Non, ils sont libres, ils sont musiciens et chanteurs et ils vont créer leur groupe « la troupe lilliput ». Ensemble, ils composent, chantent (en yiddish, hongrois, roumain, russe et allemand), dansent, jouent de la musique et se produisent en Europe de l’Est, Roumanie, Hongrie et Tchécoslovaquie depuis les années 1930, jusque dans les années 1940. Lorsque les nains font du spectacle, les autres membres de la famille Ovitz, eux, s’occupent des coulisses. Une véritable entreprise. D’ailleurs, leur réputation n’est plus à faire et la famille Ovitz va se produire devant le roi Charles II de Roumanie à Bucarest. Rien que ça. Le reste du temps, ils vivent tous ensemble avec leurs époux et épouses, dans une maison commune.

les Ovitz

Début de la Seconde Guerre mondiale

En 1944, la Hongrie est annexée et une loi raciale vient compliquer un petit peu la vie de la famille Ovitz. Il leur est désormais interdit de faire des spectacles devant d’autres personnes que des juifs. Bon. Ça fait chier, mais il y a toujours moyen de gagner sa croûte. Heureusement, malins comme des singes, ils ont réussi à se procurer des papiers qui n’indiquent pas leur confession, aussi peuvent-ils jouer partout jusqu’en mai. Mais dans le milieu, ils sont connus et reconnus. Alors le 15 mai 1944, la famille Ovitz est déportée à Auschwitz. Seul l’un des frères de taille normale arrive à s’échapper, mais ce sera de courte durée. Il est arrêté quelque temps après, puis tué. Bin, oui.

La famille Ovitz face à la torture nazie

Entendons-nous bien, Auschwitz, c’est pas Disney land, alors les prochains paragraphes sont pas super funky. Vu que la famille Ovitz possède quelques caractéristiques physiques particulières, ils vont être envoyés auprès de « l’ange de la mort », le médecin du camp : Josef Mengele. Le mec est assez espanté par cette famille, alors il va en prendre soin. Enfin, soin… Disons qu’ils sont correctement nourris, en quantité, mais aussi en qualité, ils peuvent se doucher à leur guise et obtiennent même le droit de garder leurs vêtements et de ne pas devoir revêtir la tenue des prisonniers. Faut dire qu’il ne doit pas y avoir leur taille… La famille Ovitz rejoint alors le zoo humain de Mengele. Ils vont découvrir d’autres nains, mais aussi des handicapés qui vont rapidement faire les frais de la mesure Aktion T4.

Elisabeth et Perla Moshkowitz, deux jumelles naines du zoo humain de Mengele : elles vont survivre à la libération

Elisabeth et Perla Moshkowitz, deux jumelles naines du zoo humain de Mengele : elles vont survivre à la libération

C’est notamment le cas de deux nains, pas de la famille Ovitz, donc, ils ont été tués puis ébouillantés afin de pouvoir exposer leurs os, les regarder, les étudier, les comprendre. J’imagine Mengele : « Ah bin oui, leurs os sont de petite taille ! Incroyable ! » Tu t’attendais à quoi du coup, des os surprises qui mesuraient en réalité beaucoup plus que la taille des personnes exécutées ? Finalement, les os seront exposés dans un musée nazi… Ici, une image de Mengele (contenu sensible).

En revanche pour les Ovitz, c’est différent. Mengele veut comprendre pourquoi certains sont nains, d’autres non. De quoi ça vient ? Les expériences vont commencer. Mengele va faire des prélèvements sur chaque membre, pour regarder, comparer, apprendre:moelle osseuse, dents, cheveux, sang. Il recherche des différences, des ressemblances, tout ce qui peut être un indicateur. Ça ne donne pas grand chose, alors il va verser de l’eau très chaude puis glacée dans les oreilles de la famille Ovitz. Enfin, il va verser sur le groupe des produits chimiques qui va les rendre aveugles, partiellement ou totalement.

Durant leur séjour dans le camp de concentration, les membres de la famille Ovitz sont exposés devant la crème de la crème nazie. Tous les dignitaires ont droit à leur spectacle de nains, d’ailleurs, ils sont être filmés et la vidéo fait le grand bonheur de Hitler. Le mec à moustache.

Les derniers jours à Auschwitz

Les nains pensaient qu’un jour, ils allaient finir par se faire zigouiller. Une expérience qui tourne mal, un excès de colère, ou une nouvelle loi à la con… Et finalement : NON ! Ils connaissent la libération d’Auschwitz le 27 janvier 1945. Mais ils vont être rapatriés par l’armée rouge, et enfermés dans un camps de réfugiés quelques mois. Finalement, ils vont être libérés et vont pleinement profiter de leur liberté ! Tout d’abord, ils rentrent chez eux, dans leur village natal. Puis décident de partir vivre en Belgique, et finalement, ils optent pour Israël. Ils vont reprendre leur spectacle, ça marche plutôt pas mal. Lassés, ils abandonnent la scène pour ouvrir un cinéma en 1955. Pépouze

ovitz

Pour aider Raconte-moi l’Histoire à faire des articles toujours plus intéressants et tout, vous pouvez soutenir le site sur Tipeee, c’est cool et généreux.

Share Button

5 thoughts on “La famille Ovitz, victime d’expérimentations médicales par les nazis

  1. Pingback: Les bordels nazis, le tabou de la Seconde Guerre mondiale | Raconte-moi l'Histoire

  2. Pingback: Triangles Roses: les homosexuels dans les camps de concentration | Raconte-moi l'Histoire

  3. Je comprends même pas la logique des « expérimentations »… De l’eau dans les oreilles ???
    Enfin, j’avais peur que ça se finisse horriblement mais ils ont survécu, ouf ! Ils ont la classe dans cette famille, avant ou après les camps !

Laisser un commentaire