Le bisou sur la bouche, ou l’histoire du roulage de pelle

Les bisous on aime bien ça. Enfin, j’crois. A en croire le nombre de personnes qui se roulent de grosses galoches en public, je suppose que c’est plus un kiff qu’un calvaire. Le bisou sur la bouche, c’est érotique et intime (sauf quand tu es trop bourré en boite) entre amoureux, ou affectueux entre parents et enfants (et on ne va pas en parler). Durant les siècles, de l’antiquité à nos jours, c’était différent. Très différent. Beaucoup de personnes s’embrassaient sur la bouche, différemment, voici les explications !

DSC_0029~2

Le baiser a toujours fait parti des fantasmes, aussi, je vous glisse dans des liens en rouge des représentations de baisers érotico-pornographiques de tous les siècles (pour ne pas heurter les plus sensibles)

Les plus vieux baisers de l’histoire

Difficile de savoir si les hommes préhistoriques se mangeaient la bouche ou pas, le fait est que l’on a retrouvé aucun signe, aucune peinture ni sculpture mettant en avant deux personnes lèvres contre lèvres. Aussi, les premiers baisers que l’on peut dater ont plus de 3500 ans et sont indiens. Il faut parler des textes védiques indiens, de 1500 avant notre ère, où l’on se « renifle la bouche » entre personnes de sexes opposés. Il existe également des fresques égyptiennes de plus de 3800 ans qui montrent des couples s’embrasser sur la bouche.

Le bisou antique, un bisou entre hommes

Grèce antique : Dans les sociétés où la hiérarchisation des personnes est très importante, le baiser sert à exprimer une idée d’égalité. On n’embrasse sur la bouche que nos semblables. Aussi, en Grèce, les hommes s’embrassent pour se prouver le plus grand des respects. Il semblerait que se soit au temps d’Alexandre le Grand (400 avant notre ère), que le bisou sur la bouche soit arrivé en Grèce, et qu’il soit un emprunt des pratiques Perses. Mais rien de trop trop sûr.

L’auteur et philosophe grec du IVème siècle avant notre ère, Xénophon, met en garde les hommes : faire un bisou à sa femme, ok, mais embrasser un jeune et beau garçon est un danger comparable à une araignée vénéneuse : la tarentule. Il explique que l’homme qui se risque à embrasser un jeune garçon tombe sous son joug et perd toute volonté, tout sens critique. Mais, concrètement, ça ne va pas empêcher les gens de se faire un bisou ou deux lorsqu’ils en ont envie. Et au sein les couples hétérosexuels, dans l’intimité, on se galoche.

Rome antique : Plutarque raconte dans une fable que la tradition romaine de s’embrasser sur la bouche date de l’époque de la guerre de Troie. En effet, des troyens se seraient réfugiés au XIIIème siècle avant notre ère sur les terres qui deviendront celles de Rome, et les femmes présentes sur les bateaux, après avoir accosté, auraient mis le feu aux embarcations pour ne plus repartir. Afin de calmer la colère des bonshommes, elles les caressèrent et leur baisèrent la bouche.

Aussi, au fil des siècles, la transmission du bisou va faire son chemin et au premier siècle de notre ère, on raconte que les romains passent beaucoup trop de temps à s’embrasser, en privé, en public, partout, et qu’il est grand temps d’assainir les mœurs, car les « baiseurs » sont véritablement gênants. A l’instar de la Grèce, le bisou sur la bouche, bien que pratiqué par les couples hétérosexuels, et surtout la faveur des couples homosexuels. En revanche, ici, pas de danger, d’araignée tueuse ni quoi que ce soit, au contraire. Même s’il s’agit d’embrasser des très jeunes garçons, on revendique le bisou.

Les Romains, par leur influence et leurs conquêtes territoriales vont réussir à diffuser le bisou en Europe et en Afrique du nord. C’est pour ça qu’à Narbonne, capitale de la province romaine en Gaule, on se roule encore des pelles partout et tout le temps, rien à voir avec l’esprit et la chaleur du sud ! Enfin, j’crois…

Les Romains ont trois termes pour parler du bisou :

L’osculum (petite bouche) est ce qu’on appelle aujourd’hui : la bise. Un bisou lèvres fermées sur la bouche, la main ou la joue. A l’époque on l’échange entre membres d’un même ordre social.
La basium : c’est pas un bisou social, c’est un bisou d’affection. On le pratique seulement entre époux ou membres très proches de la famille. C’est le smack.
Le suavium : c’est le roulage de pelle, la galoche. C’est un baiser sexuel, érotique, avec insertion de la langue que l’on donne exclusivement à la prostituée.

Aux premiers siècles de notre ère, alors que les romains tentent de tous les brûler, les écarteler, les faire disparaître, les chrétiens, eux, pratiquent le baiser de paix entre eux, pour se reconnaître. Paul de Tarse (Ier siècle) disait à ses fidèles : « Saluez-vous les uns les autres, par un saint baiser ». C’est l’osculum pacis, et il va perdurer longtemps au Moyen-Age, mais pas à l’église.

Le bisou médiéval, honneur et reconnaissance

 

Au Moyen-Age, comme durant l’Antiquité, il existe différentes sortes de bisous. Bin oui, on roule pas une pelle pour dire merci à mamie pour son chèque, et on fait pas la bise à son mec pendant un coït passionné.. Voici les quatre principales différences de bisous médiévaux.

Entre époux : évidemment, on s’embrasse pour se prouver son amour, sa passion, sa fougue selon les moments. C’est le baiser le plus classique, celui qui ne nous étonne pas car il est encore plus que d’actualité. En revanche, pour les trois autres, c’est bien plus étonnant.

Entre chrétiens : on l’a dit, Saint Paul encourage les chrétiens à se faire un baiser de paix, sur la bouche. Mais deux siècles plus tard, en 397, le Concile de Carthage l’interdit entre les hommes et les femmes. Faut dire que l’Eglise pense que ça crée de la débauche. Ça commence par un bisou sur les lèvres pendant la messe et ça termine à poil dans le confessionnal. Dommage…

Bisou médiéval

Les clercs entre eux, en revanche, continuent de pratiquer le bisou sur la bouche, parce qu’ils ont signé un pacte avec Dieu, et du coup, pas de débauche… (lol). Vu que les chrétiens ne s’embrassent plus sur la bouche, désormais ils embrassent des objets : l’autel de l’église, les Évangiles ou plus fréquemment : le crucifix. Vachement moins sympa la messe…

Entre vassal et seigneur : Au Moyen-Age, le bisou, ou osculum, est utilisé pour valider le pacte entre le seigneur et ses vassaux. Le seigneur promet protection (et entretien) alors que les vassaux promettent soumission. Pour sceller leurs obligations, les deux mecs les mains jointes se font un bisou sur la bouche. En réalité, ce baiser sert surtout à établir une égalité entre les deux hommes, bien qu’ils soient de conditions différentes. L’un sans l’autre, ils ne sont rien. Et puis, c’est pour la paix qu’ils font ça…

Entre chevaliers : L’amitié entre chevaliers est très importante. Vraiment. Et les mecs n’hésitent pas à se prouver leur attachement partout, tout le temps. Par exemple, ils se prennent par la main, ils dorment ensemble, et même, ils s’embrassent sur la bouche. Par ce geste, ils se témoignent non seulement d’une affection profonde, mais aussi et surtout d’une reconnaissance et d’un soutien mutuel (à la guerre). C’est Yannick Carré qui le dit . Exemple dans La Chanson d’Ami et d’Amile : deux jeunes nobles qui, quand ils se rencontrent, «se jettent dans les bras l’un de l’autre, se baisent avec une telle fougue, se serrent avec une telle tendresse qu’ils sont bien près de s’étouffer l’un l’autre». Ah bin, quand on est copain on est copain hein !

Lumières sur le bisou

Durant la Renaissance, le pouvoir des seigneurs s’effondre, aussi, c’est terminé le baiser féodo-vassalique ou le baiser entre chevaliers. On oublie tout ça. Les nombreuses épidémies ont également fait disparaître le baiser public, même lorsqu’il est très chaste. C’est vrai, c’est pas parce que tu croises un ami dans la rue que tu as envie de choper la peste. Alors, les corps s’éloignent. Enfin, pas tous et pas tout le temps.

Bisou

En revanche, le libertinage met en exergue le baiser comme pratique érotico-sexuelle. Et enfin le bisou sur la bouche commence à trouver sa définition actuelle, celui de l’amour sensuel et érotique. Il existe d’autres baisers, autres que sur la bouche, comme le baisemain. Sade, lui, il est plus branché sexe à plusieurs, sexe violent, bisexualité et autres, mais ça ne l’empêche pas de rouler des pelles.

DSC_0028~2

XIXème et XXème siècle : de la chasteté à mai 68

Au XIXème siècle, l’heure est encore à la chasteté. Le couple pratique le bisou sur la bouche principalement dans l’intimité du foyer, même si certains se l’autorisent en extérieur, il est tellement chaste qu’il passe inaperçu. En revanche, au XXème siècle, les choses changent et changent très vite. Les années folles, les femmes coupent leurs cheveux et assument leur sexualité. Elles sont libres et se veulent indépendantes (mais il va quand même falloir attendre un peu hein…).

Dès les premiers pas du cinéma, on montre des baisers. Des baisers pas tout le temps chastes, souvent passionnés. Il s’agit du baiser hollywoodien ! Avec mai 68, le baiser perd son caractère sexuel et termine de se libéraliser en public. Oui au roulage de pelle devant tout le monde, oui à la galoche, oui aux bisous libres ! Ce sera déjà le cas avec le baiser de l’Hotel de Ville de Doisneau dont j’ai écrit l’histoire, ici.

Le baiser du XXIème siècle, le baiser d’étude

Au XXIème siècle, le bisou en Europe, et d’une manière plutôt générale en occident, c’est acquis. On pratique, en privé, en public, entre hétérosexuels, entre homosexuels, d’ailleurs, une étude de Wlodarski et Dunbar explique qu’on passe en moyenne 20 000 minutes dans notre vie, soit 2 semaines, à embrasser quelqu’un.

4645980

C’est chouette. Mais pas assez hein… C’est loin d’être le cas partout dans le monde, une autre étude des chercheurs des Universités du Nevada et de l’Indiana, démontre que sur 168 cultures étudiées partout dans le monde, seules 77% pratiquent le baiser romantique (avec la langue) et près de 5% ne pratiquent pas du tout le bisou sur la bouche. Les femmes girafes, par exemple. Ou les Esquimaux qui eux, se frottent le bout du nez.

Pour soutenir Raconte-moi l’Histoire, pour lire des articles toujours plus cools, et pour que le site reste gratuit et sans pub toute sa vie, tu peux le soutenir ici, en achetant les livres, ou bien, tu peux m’envoyer des bisous, j’aime bien aussi. Mais un peu moins.

Toutes les illustrations ont été trouvé dans ces trois livres :

 

Si tu aimes bien les histoires, dans le tome 2 de Raconte-moi l’Histoire je te raconte comment les Romains faisaient cuire les chrétiens… Genre, à la poêle et tout. Il y a aussi l’histoire de la barbe, par exemple. Si tu aimes bien les articles de Raconte-moi l’Histoire et que tu souhaites les lire en avant première directement dans ta boite mail, c’est sur Tipeee. Ça ne coûte pas grand chose (mais un peu quand même).

Share Button

8 thoughts on “Le bisou sur la bouche, ou l’histoire du roulage de pelle

  1. Bonjour,

    Merci pour vos articles très intéressants et sérieux avec un ton léger. Je me permet cependant de revenir sur un passage de votre article sur le bisou. Vous assimilez le vassal au serf. Vassalité et servage ne sont pas synonymes bien que tout deux soient sous l’autorité d’un seigneur. La vassalité est d’ordre militaire (un chevalier jure loyauté et assistance au seigneur en échange d’un fief). Les serfs sont les ouvriers agricoles livrés avec le fief. Eux ils payent la taille en échange de la protection du seigneur.

    Cordialement,
    Matthieu

  2. Super article ! J’aime beaucoup ton blog, j’adore les sujets comme celui-ci qui retracent l’histoire des mœurs et des pratiques de la vie quotidienne !

    Je me permets toutefois de signaler quelques erreurs (corrigées entre parenthèses), j’imagine que même après de nombreuses relectures il y en a forcément qui passent à la trappe ! ;)

    si les hommes préhistoriques se manger (se mangeaient) la bouche

    sur 168 cultures étudiées partout dans le monde, seul(e)s 77% pratiquent le baiser romantique

    Je te souhaite bonne continuation !

  3. Pingback: Messaline, la putain de l'Empire (qu'ils disent) | Raconte-moi l'Histoire

  4. Pingback: La revue de presse de Valérie du 13/06/2016

  5. Pingback: La gazette du sextoy #6 | Objets de plaisir

Laisser un commentaire