Gueule de bois, les remèdes au fil des siècles

L’alcool, le fléau du siècle, je dis non. L’Humanité a toujours picolé et on en parle même dans la Bible. Tu sais, lorsque Noé est tellement bourré qu’il montre sa bite à ses enfants… Sombre histoire. Ce que la Bible ne nous dit pas, c’est le mal de tête et la gueule de bois qu’a du se payer Noé le lendemain. La honte aussi. Mais surtout, on ne parle pas de remèdes contre gueule de bois, et c’est bien dommage. Aujourd’hui, je vous explique les astuces au fil des siècles, ce n’était pas toujours des réussites.

 

 Gueule de bois, les remèdes au fil des siècles

Grèce – Le clou de girofle et l’améthyste

En Grèce, les auteurs conseillent le clou de girofle, mais aussi de mettre une améthyste dans le verre ou dans la bouche lorsqu’on picole… Peu concluant.

Rome – Poumons de mouton et canari frit

Les Romains, eux, ont plusieurs astuces. Faut dire qu’avec tout ce qu’ils picolent, mieux vaut prendre des précautions. Aussi, il y a le chou bouilli, qu’ils consomment en prévention, mais aussi après l’ivresse. Au pire, ça ne fait pas de mal, c’est détox… Ensuite, il y a l’omelette d’œufs de chouettes avec des poumons de moutons. Miam miam. On n’a peur de rien à Rome ! Si vraiment les symptômes de gueule de bois persistent, n’hésitez pas à faire frire un canari et à le consommer encore chaud, ou à manger des becs d’hirondelles moulues. C’est recommandé par Pline l’Ancien.

 

 

Égypte – Le laurier d’Alexandrie

En mars 2015, c’est clairement pas vieux, on a découvert un papyrus Égyptien datant du premier ou deuxième siècle après notre notre ère. Ce dernier donne des instructions médicales pour lutter contre différentes maladies ou infections. Par exemple, pour faire partir un orgelet, il suffit de décapiter des fourmis et de les écraser contre le cou et le visage du mec qui a un orgelet. Simple comme bonjour. En ce qui concerne la gueule de bois, c’est tout aussi simple et tout aussi inefficace : le laurier d’Alexandrie. Inutile d’en faire une purée, de l’encens ou une omelette, il suffit soi disant de s’en faire un collier… Quelques feuilles sèches et hop, adieu la gueule de bois.

Moyen-Age – L’anguille

L’époque médiévale, ah ! On aime bien le vin, aussi, il est important de connaître quelques solutions pour éviter la gueule de bois du lendemain de soirée. Le remède incontournable au Moyen-Age, c’est l’anguille. Tu sais, le poisson répugnant (mais très bon).

 

Les mecs pensent que lorsqu’ils mangent une anguille, elle absorbe tout l’alcool présent dans le corps, ce qui les empêche donc d’être malades. En réalité, si l’anguille peut être efficace, c’est parce que c’est une source de protéines, calcium et vitamines !

XVIIème siècle – La recette de Goddard

Au XVIIème siècle, sous le règne de Charles II, en Angleterre, un médecin est sollicité par la couronne pour avoir mis au point une méthode infaillible contre la gueule de bois. En effet, les gouttes de Goddard (c’est le nom du médecin) se vendent comme des petits pains. Charles II va acheter la recette 25 000 écus, jusque là, Goddard gardait les ingrédients secrets. La couronne a gardé le mystère quelques temps, puis un médecin royal a décidé d’en faire part au reste du royaume, bin oui, il n’y a pas de raison que le peuple ne puisse pas se soigner. Dans les gouttes de Goddard, on trouve donc : de l’ammoniac, de la poudre de crane d’un pendu et de la vipère séchée. Régalez-vous !

Au même moment, les herboristes font leurs preuves. Nicholas Culpeper conseille des infusions de romarin, ou de bugle rampante. Son coup de cœur anti gueule de bois, c’est le lierre ! A retenir !

XIXème siècle – Le vinaigre et les cendres

Au XIXème, on conseille aux personnes qui sont témoins d’un coma éthylique de verser du vinaigre dans la gorge de la victime et de lui masser les tempes (avec du vinaigre aussi, mais fais gaffe, pas dans les yeux, ça pique). Si ça ne marche pas, il faut lui jeter un seau d’eau au visage. Rien de bien efficace quoi. Sinon,on préconise du lait mélangé à des cendres pour éviter les nausées.

gueule de bois XIX

XXème siècle – L’élixir suédois

Maria Treben ressort au XXème siècle une recette cheloue qui peut dater de l’Antiquité, ou du Moyen-Age, on en sait trop rien. Il s’agit de l’élixir suédois, une recette absolument dégueulasse mais soi disant efficace contre la gueule de bois car elle est tonique, dépurative et excellente pour la fonction hépatique. Voici sa recette :

10 g d’aloès (ou de gentiane jaune ou poudre d’absinthe), 5 g de myrrhe, 0.2 g de safran, 10 g de feuilles de séné, 10 g. de camphre (100% naturel), 10 g de racine de rhubarbe, 10 g de racine de zédoaire, 10 g de fruit du frêne (manne), 10 g de thériak venezian, 5 g de racine de carline, 10 g de racine d’angélique.

Il faut tout faire macérer dans un litre et demi d’eau de vie pendant 14 jours, au soleil ou proche de la cheminée, radiateur pour les plus modernes d’entre vous. Tu en bois quelques gorgées le lendemain de soirée, et adieu la gueule de bois ! Enfin… Peut-être.

Tu me diras ?

Tu veux toujours plus d’articles bien cool sur Raconte-moi l’Histoire ? C’est ici pour soutenir le blog.

Share Button

One thought on “Gueule de bois, les remèdes au fil des siècles

Laisser un commentaire