Bibliocratie, c’est fini, et dire que c’était le site de mon premier amour (de livre)

biblio

C’est nul ce qu’il se passe hein ? T’es pas au courant ? En fait, moi je crois toujours que c’est une blague. J’ai du mal à imaginer. Personne ne veut suivre le projet Bibliocratie. Quand je dis personne, je ne parle pas de toi, le lecteur sympa. Celui qui soutient les projets cools, même sans savoir si on va atteindre les 100%, même si le livre coûte 15€, soit deux fois plus cher qu’un poche classique. Mais chez Bibliocratie, c’est pas un poche classique. J’veux dire, ce sont des livres faits par les auteurs, et pas par une maison d’édition qui tient à toucher une cible et veut complètement formater l’auteur, ses écrits, son livre pour la cible. Si tu savais le nombre de maisons d’édition qui ont appelé en me disant « c’est super ce que tu fais, on veut travailler avec toi. Par contre, faut pas parler de viol, ni de torture ni de cosmétiques à base de poulet parce que les bobo vegan 25/35 vont pas aimer » bin évidemment, j’ai refusé. Le but c’est pas d’éditer autre chose que ce que je fais deux fois par semaine sur le blog, avec amour et dévotion (oui oui). Le but c’est d’éditer ce que j’aime et ce que tu aimes lire. Au diable les conventions ! Alors j’ai refusé les contrats.

Chez Bibliocratie, c’est pas pareil. Chez Bibliocratie on écrit et on laisse la parole aux lecteurs. Et ça c’est chouette. Quand on parle d’Histoire en balançant du cul, de la torture et une recette de soupe de légumes du XVIIIème, on a besoin d’un site comme Bibliocratie. Un site qui laisse libre. Un site qui rend libre.

Bibliocratie, c’est fini.

Pas de financement, pas d’investisseur. Les gros sous ne suivent pas. Le projet est terminé. Avorté. Bin oui, ça ne colle pas ce qu’ils font, ils éditent des petits branleurs, des blogueurs et des inconnus. Bin oui, les branleurs, c’est de la culture, de la vie, mais ça chiffre que dalle. Ça rapporte pas. Alors, ça ne suit pas. 

biblio 2

Bibliocratie, c’est fini.

Je sais pas encore comment je vais faire pour rééditer les deux premiers tomes, mais sache que le tome 3 est terminé, même s’il ne rapportera pas. Il devait sortir en automne. Ce sera plus long. Il faut trouver un nouveau partenaire. Je le trouverai et tu pourras lire Les Légendes Médiévales écrites par Marine et illustrées par Clément. Ce sera cool.

Le truc qui me chagrine, c’est que je ne travaillerai plus jusqu’à 3h du matin avec Clarisse. Plus investie que jamais. C’est Clarisse qui a fait les deux couvertures et les maquettes. Et je peux te dire que ça n’a pas toujours été facile. Alors merci Clarisse. Vraiment, merci.

Je travaillerai plus non plus avec Flo, bien qu’il ait quitté le projet il y a quelques mois, il est un des rares à avoir réussi à me faire parler devant une caméra et à trouver ça un peu drôle. Je suis même prête à recommencer.

Je pourrai plus me plaindre auprès d’Éric pour lui dire que les ventes c’est bof bof, alors que finalement, c’est toujours un peu mieux à chaque fois.

Je pourrai plus non plus ne pas répondre aux mails ou aux coups de fil de Sandra, mais c’était pas de ma faute, ça tombait toujours mal. Et puis après j’oubliais de rappeler. Pardon.

Et puis aussi, merci à Guillaume, Étienne, Chloé, Félix et tous les autres avec qui j’ai échangé quelques mots. C’était chouette de travailler avec vous tous, très chouette.

Bibliocratie est mort, vive le livre et la culture !

Share Button

17 thoughts on “Bibliocratie, c’est fini, et dire que c’était le site de mon premier amour (de livre)

  1. Bien triste nouvelle ce matin! Même de l’autre côté de l’Atlantique on te lit, alors je t’encourage très fort à continuer ce magnifique travail de vulgarisation (démocratisation?) de l’histoire.

    Bisous,

    Camille du Québec

  2. J’en ai malheureusement entendu parler… :( Tes deux livres (et bien d’autres projets de Bibliocratie) ont rendu douces et très chouettes plus d’une soirée avec ma meilleure amie, à se lire les meilleures histoires cachées sous la couette comme des gamines du haut de nos 24 ans. Je me disais que un jour peut-être moi aussi… Merci à l’équipe de Bibliographie pour ça.

  3. Je ne commente jamais à vrai dire, mais je suis trop d’accord cette fois pour m’en abstenir. Quel dommage, quel beau projet, pertinent, a priori viable économiquement ! Ca ne rejoint que la logique de se grouper pour acheter, de venir chercher l’auteur qui souhaite publier, même s’il ne gagne pas énormément d’argent sur ses tirages, pour avoir son livre entre ses mains et le savoir entre celles de centaines d’autres inconnus.
    Je regrette d’avoir connu Bibliocratie très tard (à l’occasion de ta dernière publication), sans quoi j’en aurais beaucoup plus profité.
    Comme ils le disent dans leur mail, j’espère que quelqu’un d’autre reprendra le flambeau.

  4. Oh ben non alors ! Je viens de commander tes 2 livres (déjà lus ^^) et j’arrêtais pas de parler de bibliocratie autour de moi, pour faire de la pub !!!
    J’espère que tu trouveras une autre façon de travailler !
    J’ai vu qu’il existait Ephell ou Bookly dans le même genre…
    Courage pour tes recherches !

  5. Je te suis depuis peu, mais je te suis assidûment! Attendant impatiemment tes récits ultra drôle, et relisant les anciens avec la dévotion d’un drogué qui veut sa dose.

    Ça me fait de la peine, vraiment, quand je pense que 50 Shades of Grey ou le dernier Marc Levi fascine la ménagère de plus (ou moins) 40 ans.
    On vit dans une société qui ce veut avant-gardiste, mais c’est un fait, on veut du changement, sans le changement, et c’est bien dommage (et en plus ça fait super flipper de savoir qu’on vit dans une société ou la culture ce limite à Christian Grey. quoi que…)
    Bref, bon courage pour la suite!

    Au plaisir de lire tes prochains articles et de compléter ma collec’ avec le tome 3!

  6. ça fait du bien de lire un autre son de cloche que certains commentaires menaçant de plainte, etc.
    Pour ma part, j’ai découvert Bibliocratie l’année dernière et rencontré Eric dans la foulée. C’était un vrai passionné du livre, que j’ai croisé sur plusieurs festivals. Grace à lui, j’ai « édité » mon premier livre de dessins :
    http://www.nawak-illustrations.fr/france-rose-bleu/
    J’en ai vendu plus de 900 sur 4 souscriptions ! 900. Alors qu’aucun éditeur n’a osé soutenir mon projet. 900 sans même une pub. Par le réseau, par ceux qui suivent ma page et connaissent mon travail.
    La souscription du deuxième livre venait juste de se terminer le dimanche… et j’ai appris la nouvelle le lundi. J’étais effondré. Non seulement je perds 1400€ de commandes (mon stock pour Angoulême 2016), mais j’ai du « affronter » les déçus, les énervés… C’est une claque pour moi et j’ai failli tout laisser tomber. Que dire du troisième livre qui était prêt pour la rentrée ?
    Bah non. Comme toi, j’ai encaissé et préparé le retour. Différemment. Seul.
    Bon courage !

  7. Je ne comprends pas comment vous pouvez être si complaisant avec bibliocratie. J’ai acheté un livre chez eux et j’ai bien l’impression de m’être fait arnaquer,
    Les souscriptions étaient encore ouvertes le 19 juillet, la veille de la déclaration du dépôt du bilan. Pourquoi ils ont continué à encaisser l’argent? C’est une escroquerie et une chose est sure, je vais tout faire pour récupérer mon argent. J’espère aussi que l’auteur du livre que j’ai soutenu, pourra publier son livre ailleurs.

    • J’ai écrit cet article en tant qu’auteur. J’ai publié plus de 700 livres avec Bibliocratie, les 6 souscriptions se sont toujours très bien passées.
      J’avais également commandé des livres qui n’arriveront jamais. Et je ne suis pas contente. Mais je voulais surtout montrer mon aventure avec eux.

Laisser un commentaire