Lettre d’amour presque charmante d’Henri IV à Gabrielle : les lapins

Salut internet, aujourd’hui on va parler très peu, mais très efficacement. Je te réserve dans ce bref article une lettre d’amour écrite par Henri IV à sa maîtresse Gabrielle d’Estrées. Le thème central n’est pas tellement l’amour, le sexe, ou les retrouvailles… Incroyable ! Non, Henri IV parle plutôt des lapins (connils dans le texte)… A moins que…

 

Charmante Gabrielle-Percé de mille dards
Quand la gloire m’appelle
Sous les drapeaux de Mars
Cruelle départie
Malheureux jour
Que ne suis-je sans vie
Ou sans amour !
L’amour sans nulle peine
M’a par vos doux regards
Comme un grand capitaine
Mis sous ses étendards
Cruelle départie
Partagez ma couronne
Le prix de ma valeur
Je la tiens de Bellone
Tenez-la de mon cœur
Cruelle départie
Malheureux jour
Que ne suis-je sans vie
Ou sans amour.

Le 21 mai 1593,

Ces vers vous représenteront mieux ma condition et plus agréablement que ne le ferait la prose. Je les ai dictés, non arrangés. Nous prîmes arsoir force connils au parc, avec beaucoup de plaisir. Je m’en vais aux promenoirs voir les lieux qui seront dignes de vous y voir souhaiter, je dis spécialement, car généralement je vous souhaite partout où le devoir et de destin me mènent. Soyez de retour demain, je vous supplie et croyez que je mangerai plus volontiers des connils que vous rapporterez de Bêne que ceux de ce lieu. Aimez votre sujet qui n’adorera jamais que vous, je vous le jure, mes chères amours. Je reçus votre lettre arsoir et attends Sauverette en bonne dévotion.
Bonjour mon tout.
Tenant vos promesses, vous êtes la plus heureuse femme du monde.

Je baise vos beaux yeux un million de fois.

Concrètement, après le départ précipité de sa meuf chez sa tante après une dispute, le Roi la rappelle en lui écrivant des vers qui ne sont pas de sa plume mais de Bertaut, un évêque au service de la poésie du roi. Enfin, il lui demande d’amener des lapins (conils) pour manger… C’est vraiment un goujat. A moins que ce soit une métaphore ? Je te laisse remplacer connils par vagins dans le texte. Chattes si tu veux rester dans le champ lexical des animaux.

Voici quelques enluminures mignonnes de lapin. De quoi plaire à Henri IV.

*

*

*

Retrouvez la biographie de Gabrielle d’Estrées sur RMLH, sa rencontre avec le roi, la promesse de mariage et les grossesses. C’est sans doute parce que je l’aime beaucoup que je l’ai mise en couverture du tome 1. D’ailleurs, avez-vous tous reçu vos commandes ? Certains d’entre vous aimeraient-ils acheter le tome 1 ou le tome 2 ? Contactez-moi par mail : rmlhistoire@gmail.com
RDV lundi, on parlera instruments de torture (la suite), en attendant, je te propose de découvrir une autre lettre d’Henri IV à Gabrielle d’Estrées sur 
le site #passionchateau  !

Share Button

4 thoughts on “Lettre d’amour presque charmante d’Henri IV à Gabrielle : les lapins

  1. En fait si je ne m’abuse, le conil désigne justement le sexe féminin (connin, con, etc ^^), un peu comme aujourd’hui on pourrait faire des sous-entendus en parlant de chatte.

  2. Je suis plutôt d’accord avec Ony sur la métaphore conil/sexe féminin. Ah ben tiens, le « Vert Galant » se devait de tenir sa réputation!

    • Ou alors, autre interprétation métonymique, comme dans une affaire moderne, Gabrielle apportait du « matériel », p.e. parce que le matériel local était défraichi. Le « vert galant » voulait peut-être visiter plusieurs fruits.

  3. Henri IV était béarnais, il parlait donc occitan. En occitan, conilh veut bien dire lapin, et c’est en effet une métaphore pour le sexe féminin. Tout comme chatte donc, en français. On retrouve cette image chez des poètes comme C. Brueys et P. Paul. De conilh dérive conh, c’est à dire con en français. Ainsi que le verbe déconner, qui signifie au départ pratiquer le coït interrompu. Pour tout ce champ lexical on peut se référer aux travaux de Florian Vernet: Petit lexique du provençal à l’époque baroque, Vocabulaire thématique français-occitan, Que dalle
    J’en profite pour dire que je lis avec plaisirs tes articles!

Laisser un commentaire