Les grandes eaux de Versailles, l’histoire de la famille Francini

Vous connaissez tous l’histoire de Versailles, Louis XIV qui récupère le pavillon de chasse de son père pour en faire un palais de malade avec une galerie des glaces et des jardins à la française. Oui, les jardins. C’est parfait pour se promener et rouler des pelles à ses maîtresses, aussi Louis XIV va tout miser là-dessus. Il veut de la pelouse, des buis, des fleurs et des fontaines. Oh oui, plein de bassins et de fontaines. Mais déjà depuis Henri IV, les jets d’eau sont à la mode et une famille va s’imposer. Les Francini. 

bain des nymphe

Les origines de la famille Francini

Thomas (1571-1651)

 

Tout commence en Italie, à Florence précisément. Thomas et Alexandre sont deux frères au service des Médicis, ils se font connaître pour leurs compétences en matière de fontaine, bassins et autres trucs avec de l’eau. Aussi, c’est sans surprise qu’ils sont invités par Henri IV en 1599 pour améliorer les jardins et terrasses du château de Saint-Germain-en-Laye. C’est Thomas qui va véritablement taper dans l’œil du monarque avec la grotte de Saint-Germain.

 tetis

grotte d'orphée

Un chef d’oeuvre qu’il dit ! Faut dire qu’Henri IV, il est un peu lourdingue quoi… Son gros délire c’est de se promener dans les jardins et d’arroser ses convives par des jets d’eau. Genre « HAHAHAHAHA t’es tout mouillé mon copain ». Bref, Henri est content, Thomas aussi vu qu’il se voit accorder des lettres de naturalisation et devient ingénieur de Sa Majesté et intendant des fontaines. Classe.

Maintenant qu’il a un job, un statut pas trop dégueulasse, et qu’il est français, Thomas épouse une certaine Louise Porchet. Ils ont cinq fils et six filles. Onze enfants. Onze. La vie est belle et Thomas est même désigné pour s’occuper des jardins du Château de Fontainebleau. Enfin, il va également être à l’origine de l’aqueduc d’Arcueil (ci-dessous) et d’une fontaine qui sera un cadeau pour Louis XIII.

Thomas meurt en 1651, ses fils vont continuer le travail de fontainier. Avec d’autant plus d’ampleur et de succès puisqu’ils vont s’occuper des jardins de Versailles !

 

Les fils Francini

François 

 

En 1616, Thomas et Louise deviennent parents d’un petit François. Après avoir montré ses qualités dans l’art de la guerre, le mec décide de récupérer le job de son père. Et il a bien raison. En 1651, François est au service du Roi non pour faire la guerre, mais pour faire des fontaines. C’est vachement plus mignon. Et puis, c’est super ingénieux parce qu’après avoir passé 10 ans à travailler à Arcueil, Saint-Germain et Fontainebleau, c’est le début des travaux du Château de Versailles. Et là, en veux tu en voilà de la fontaine et du bassin.

Louis XIV charge ainsi François et son frère Pierre de s’occuper des travaux des jardins de Versailles. On se dit c’est cool, c’est Versailles. Mais en fait, c’est un peu le début de la galère quoi… Versailles c’est ni plus ni moins que « le pire endroit au monde. Sans vue, sans eau, sans bois ». En fait, tout est marécageux et c’est super dégueulasse.

François va alors mettre en place tout un système de réservoirs et de pompes pour faire venir l’eau dans les jardins. La première réalisation des Francini à Versailles, c’est la grotte de Téthys. Une merveille qui fonctionne avec un orgue et des oiseaux chanteurs.

C’est une franche réussite, tout le monde kiffe. Le Roi, la cour, mais aussi les artistes ! Lisez donc ce qu’en pense Jean de la Fontaine :

 

Plus les jets sont confus, plus leur beauté se montre.

L’eau se croise, se joint, s’écarte, se rencontre ;

Niches, enfoncements, rien ne sert de refuge.

Ma muse est impuissante à peindre le déluge.

 

Louis XIV est tellement fier, qu’en 1668, il organise un banquet avec des ambassadeurs européens dans la grotte de Thétis. C’est vrai quoi, comme si le palais n’était pas suffisamment fastueux… On fout les mecs dans le jardin… En 1678 les éléments de la grotte de Théthys sont déplacés dans le bosquet du bassin d’Apollon puisque la grotte va être détruite afin de construire la chapelle en 1684.

En 1667, François va réaliser des réservoirs d’eau pour alimenter les bassins de Latone et d’Apollon qui sont en construction, et puis la montagne d’eau, le théâtre d’eau, et les bassins de la sirène ! Des fontaines toujours plus grandes pour toujours plus d’ingéniosité. Entre 1680 et 1683, c’est la création de la salle de bal, et en 1685 c’est la colonnade. 

fontaine bacchus

Après les réservoirs d’eau, François met au point le système de récupération d’eau. Ainsi, l’eau qui jaillit retourne dans le réservoir. Les pompes sont donc plus petites et le circuit est interne à la fontaine.

Et puis, il y aura la Machine de Marly, infrastructure de malade qui pompe l’eau de la Seine pour la faire venir dans les réservoirs. En fait, l’alimentation en eau est super compliquée et représente le principal frein à la créativité des Francini. Les mecs ont même réfléchi à détourner l’Eure… Pas de limite… Finalement, il y a eu un réseau très important d’aqueducs et bassins souterrains ou extérieurs conçus tout autour du château.

 

Toutes ces fontaines sont bien mignonnes, mais elles ont un coût ! Et pas des moindres ! La dépense totale en 16 ans s’élève à 40 millions de livres pour 1400 jets d’eau (aujourd’hui il n’en reste que 607). À cela il faut comprendre tous les frais de construction, de matériel, et le salaire de François qui s’élève à 12 000 livres par an (plus 3000 livres pour l’entretien d’Arcueil et et 1200 pour la grotte de Saint-Germain)

Pierre

François travaille avec son frère, Pierre. Il est marié avec Marie Louise Pidou. Ils ont sept enfants, un qui va en Espagne, l’autre dans l’armée, le dernier mec, Jean-Nicolas devient juste directeur de l’Opéra de Paris. Enfin, deux meufs rentrent au couvent, et deux plus chanceuses vont se marier. Dont l’une, qui épouse un certain Guillaume le Normant, leur fils Charles Guillaume épousera Jeanne Antoinette Poisson en 1741. Il s’agit bien sur, de la Pompadour, célèbre maîtresse de Louis XV. Ça montre que les Francine, en plus de faire des fontaines, ont été suffisamment malins pour placer leurs enfants dans la grande bourgeoisie, et leurs alliances dans le lit du roi !

 

Le petit fils

Pierre-Francois (1654-1720)

 

Pierre-François est le neveu de Pierre, et le fils de François. Classique. On va pas s’emmerder à trouver des prénoms qui sortent de l’ordinaire. Il aurait pu s’appeler Kévin, mais non. Pierre-François. Jusqu’en 1675, Pief est mousquetaire du Roi, puis il devient intendant des eaux et fontaines. En fait, il est ingénieur hydraulicien. Mais il est pas franchement investi, on lui a ôté les responsabilités de l’aqueduc d’Arcueil, qui tombait en ruines. La famille n’est plus à l’origine de nouvelles créations, aussi le fils de Pierre-François mourra criblé de dettes. C’est la fin du faste pour les Francini !

______________________________________________________________________

 

Share Button

One thought on “Les grandes eaux de Versailles, l’histoire de la famille Francini

Laisser un commentaire