Halloween, l’histoire d’une fête à travers les siècles

 vintage-pumpkin-costume

Pourquoi chaque 31 octobre, tu te déguises en vampire, sorcière ou en Jack Sparrow (mais en plus moche) ou encore en infirmière sadique ? Hein ? Pourquoi ? Je t’explique dans cet article l’origine de la fête d’Halloween. Pourquoi cette date ? Pourquoi la citrouille ? Et pourquoi les déguisements ? Découvre l’histoire d’Halloween à travers les siècles !

Halloween héritage païen de Samain

Il semblerait que la fête d’Halloween soit un héritage de la fête païenne de Samain. Au début de l’automne, les Celtes fêtaient en quelque sorte leur nouvel an. Alors, il n’y avait pas de calendrier grégorien tel qu’on le connaît. Mais les Celtes fêtaient Samain la nuit de pleine lune qui correspondait le mieux au changement de saison. Et pendant sept jours, les druides célébraient le passage d’une année à l’autre. Trois jours avant Samain, le jour de Samain, puis trois jours après. En fait, Samain était un jour qui n’appartenait à aucune des années, c’est le jour d’un autre monde. Ce jour, en dehors du temps, en dehors du monde permet aux Celtes de communiquer avec les personnes de l’autre monde (on ne sait pas bien s’il s’agit des démons ou des morts, ou peut être sont-ce les deux). Le jour de Samain, il faut mettre en place une cérémonie afin de bien fermer l’année passée et d’ouvrir sereinement la nouvelle année. Pour cela, les Celtes éteignent les cheminées et se retrouvent autour d’un grand feu sacré. Chaque personne récupère quelques braises et les utilise pour rallumer sa cheminée.

vintage-halloween-costumes-12

Il semblerait que la fête de Samain ait largement diminué au Ve siècle. Ce qui coïncide pas mal avec l’expansion du christianisme (y’a pas de hasard hein).

En gaélique, on appelle encore Halloween « Oiche Shamhna ». La fête est super populaire et ceci grace à Jack-o’-lantern. Si le mec est devenu une emblème d’Halloween, il trouve son origine dans un conte irlandais.

VIIIe siècle : création de la Toussaint

En 613, le pape Boniface IV instaure la fête de tous les martyrs le 13 mai. C’est à ce moment là qu’on commémore la mort de tous les bons chrétiens quoi. Et puis, au début du VIIIe siècle, les papes Grégoire III puis Grégoire IV, décident de déplacer cette fête, celle de la Toussaint, au 1er novembre. L’idée c’est de christianiser la fête de Samain. C’est vrai, les mecs ont continué de fêter Samain, même en petit nombre, alors en fusionnant les deux, c’est quand même l’occas’ d’unir les peuples. Et surtout d’essayer de choper le plus de monde possible au sein de l’Église. Alors pour la Toussaint, on fête tous les morts. Tous, pas que les martyrs.

6209561ec465f4a8b7e096009d3bc2774564fdfa91e703ed6a12cc0954b3b57a-1

D’ailleurs, en 998, les moines de Cluny décident d’instaurer une fête des trépassés, ou « fête des morts » le 2 novembre, pour garder la Toussaint pour les bon chrétiens. Mais en fait, ça ne prend pas. On fête tout le monde le 1er novembre. Jusqu’au XXe siècle, en Bretagne, des croyances persistent, il reste des traces de Samain. Avant d’aller se coucher, les mecs laissent de la nourriture la veille de la Toussaint (et les nuits de solstice) car les morts viennent leur rendre visite. En toute amitié hein.

Halloween et l’Amérique du Nord

Entre 1845 et 1851, une grande famine touche l’Irlande. En effet, quelques décennies avant des mesures ont été prises pour éviter les différences entre fils. Mais ça a été une catastrophe économique. Désormais, les terres du père sont divisées en parts égales entre ses fils. De fait, la taille des exploitations diminue à vue d’œil, une petite parcelle ne suffit pas à faire vivre une famille et l’agriculture est précaire. En plus, le mildiou apparaît et ça, c’est moche. C’est un parasite qui s’en prend aux pommes de terre. Ça fait tout crever. Alors, en Irlande, les récoltes sont mauvaises, on estime qu’il y a eu plus d’un million de victimes de la famine.

enhanced-20115-1411405821-35

Pour tenter d’échapper à ça, de nombreuses familles tentent le tout pour le tout, elles fuient aux États-Unis. Là-bas, il y a tout à faire ! La communauté irlandaise se retrouve alors aux États-Unis et au Canada. Alors que les familles sont bien intégrées, elles retrouvent leurs fêtes et leurs traditions irlandaises au fil des années. Notamment Halloween. Dans les années 1920, Halloween a conquis une grande partie des États-Unis et du Canada. En revanche, il faut s’adapter. Ici, il n’y a ni navet, ni rutabaga, mais il y a des citrouilles géantes.

L’arrivée de la citrouille et des déguisements

Je l’ai brièvement expliqué plus haut, Jack à la lanterne est l’emblème de la fête d’Halloween. Condamné à rester entre le paradis et l’enfer (pour une sombre histoire de blagues qu’il a faites au Diable) il se promène avec une lanterne creusée dans un navet. Bon, bin aux USA, les navets, ça court pas les potagers, alors on s’adapte. Il faut un truc de saison, assez gros et facile à sculpter. Bim, la citrouille (même si j’ai jamais trouvé ça bien facile à sculpter). Durant l’automne, donc, les jours raccourcissent, on fête les morts et on creuse des citrouilles pour un mec mort. Tout ceci plonge la population dans une ambiance un peu mystérieuse et on y associe les monstres imaginaires et les animaux un peu flippants et vivants la nuit. Aussi, tout le monde se déguise en sorcière, citrouille, fantôme, hibou, zombie, momie ou encore squelette ! Mais aussi tranche de bacon, coq, boucher, autres trucs… A partir des années 1920, en Amérique du Nord,on ne ménage pas ses moyens et on crée des costumes vraiment coolos et un peu flippants !

Et les bonbons ?

Pourquoi les gamins, déguisés, au mieux en carambar, frappent aux portes pour demander des bonbons  ? Il semblerait que comme dans la coutume celte, on laissait de la nourriture pour les morts afin qu’ils soient en paix, on file des bonbons aux gamins pour qu’ils aillent emmerder d’autres voisins, parce qu’en vrai, ils ne vont pas vraiment vous jeter de sort. Enfin, je crois pas.

En cadeau, le meilleur du pire des costumes d’Halloween Ou encore… Mais le pire,LE PIRE, cette année, le costume à la mode est celui de Kim K. ligotée… 70 $ en plus cette merde…

Si tu veux découvrir d’autres déguisements d’Halloween vintage et bien flippants, j’ai fait une sélection sur tipeeemontmartre-vintage-halloween-costume

Share Button

6 thoughts on “Halloween, l’histoire d’une fête à travers les siècles

  1. Très bon article, comme toujours. Juste un petit oubli :
    Halloween est une déformation de « All Hallows Eve », soit littéralement « le soir de tous les saints », ou la veille de la Toussaint (« Hallow » est une forme archaïque du mot anglais holy et signifie « saint » et « even » est une forme usuelle qui a formé evening, le soir).

    Fin du cours.Fermez les cahiers et sortez en ordre. Interro l’année prochaine !

    Et pendant qu’on y est, une petite anecdote. Un fermier un peu naïf avait vendu sa production à un commerçant qui avait promis de le régler à la St Glin-Glin. Bien entendu, il n’a jamais été réglé et cela s’est fini au tribunal.

    Le juge avait de l’humour et rendit ce verdict (enfin, avec mes mots à moi) : Puisque la Toussaint est la fête de tous les saints, qu’ils soient connus ou non, c’est donc aussi la fête de St Glin-Glin. Il condamna donc le commerçant à payer ce jour là, sans oublier les intérêts et les frais du procès.

    Bonbon ou farce ? Il aurait dû donner les bonbons !

  2. Pingback: Histoire | Pearltrees

  3. La Grande famine irlandaise trouve également ses causes dans l’oppression du pays par l’Angleterre. Notamment, lorsque les Irlandais mouraient de faim par milliers, des navires chargés de nourriture viable quittaient les ports de l’Irlande pour aller nourrir les sujets de sa Majesté…
    Le sujet mériterait un article à lui tout seul :)

  4. Chouette article ! :)

    « Mais aussi tranche de bacon, coq, boucher, autres trucs… »
    Mais les déguisements ne sont-ils pas, normalement, obligatoirement effrayants ? J’ai toujours entendu dire que ces déguisements servaient à « tromper les morts » et autres éventuelles créatures funestes, qui, comme vous l’avez précisé dans l’article, reviendraient en ce jour parmi nous. Les déguisements effrayants viseraient en quelque sorte à « tromper l’ennemi » en se faisant passer pour lui, afin d’éviter qu’ils s’en prennent à nous. Ainsi pour Halloween on ne se déguise pas en Cendrillon, en Superman ou en hot-dog (Halloween n’est pas un carnaval), mais en sorcière, démon ou fantôme. C’est faux ?

Laisser un commentaire