Femmes de réconfort, les esclaves sexuelles du Japon

Aujourd’hui je vous parle prostitution, viol, kidnapping, esclavage. Rien que ça. Après le massacre de Nankin, les autorités Japonaises décident de mettre des femmes à disposition des soldats pour éviter qu’ils ne violent les civiles. Du coup, ils vont quand même violer des civiles, mais c’est pas pareil, c’est institutionnalisé. Découvrez l’horreur du quotidien des « femmes de réconfort » mais dans un premier temps, retour sur la place de la prostitution au Japon.

l2TBjG5

La prostitution en bref depuis 1600

Au XVIIème siècle, la prostitution est clairement intégrée dans la société, il existe des quartiers de plaisir dans lesquels se regroupent les prostituées. Le climat est agréable, joyeux, on vient ici pour trouver du sexe, mais aussi une ambiance festive. Le plus connu est Yoshiwara, à Tokyo. Faut dire que c’est pratique, la fête avait toujours lieu dans ces quartiers là, alors il était facile pour les autorités de veiller à ce que tout se passe bien. Mais à partir de 1872, la prostitution va être plus durement réglementée avec la mise en place du dispositif Kôshô seido. L’idée c’est d’institutionnaliser la prostitution, de regrouper les filles, les ficher. Petit à petit, la prostitution va se déshumaniser. Les prostituées ne sont plus des femmes, mais des numéros à classer, à vérifier.

Seoul-Tokyo-Femmes-Reconfort-Accord-1

On peut penser que ça a été mis en place sans penser à mal, c’est vrai, le XIXème siècle est le grand siècle de l’hygiénisme, et l’objectif est de mettre en place de vraies normes d’hygiène publique et de préservation de la santé. Pour cela, on va réglementer la prostitution et rendre obligatoire le préservatif afin de limiter les maladies vénériennes. Les prostituées sont désormais accusées de transmettre toutes les maladies, elles deviennent honteuses, il n’y a plus de fête, la prostitution est laissée aux personnes les plus démunies qui deviennent de véritables objets sexuels.

 comfort_women-620x412

Avec le Kôshô seido, l’âge légal minimum pour la prostitution est 18 ans, la prostitution ne peut se pratiquer que dans les lieux spécifiquement destinés, et les filles doivent connaître régulièrement des examens médicaux. Autre chose, les filles doivent être libres de pratiquer, et elles doivent s’inscrire d’elles-mêmes dans un registre. Avec ce dispositif, il est question d’éradiquer la prostitution clandestine, ainsi que tous les trafics de femmes. Les trafics illégaux quoi… Parce que ce qu’il se passe dans un bordel au Japon, c’est aussi moche qu’en France. Rapidement, la fille se retrouve endettée auprès du tenancier car les frais médicaux coûtent bien plus cher que ce qu’elles gagnent, et pourtant, ils sont obligatoires… Avec l’entrée en guerre du Japon avec la Chine et la Corée, les faits vont encore changer, et pas en mieux…

postwar-japanese-army-surrender-390x285

La guerre coloniale du Japon

Les années 1920 ne sont pas franchement les plus funky au Japon, chômage, augmentation de la population, pas grand chose à grailler, peu de territoire, peu de matières premières… Que faire ? Bin, annexer les voisins ! L’Empire Japonais se lance dans une vraie campagne colonisatrice. D’abord Taïwan, la Corée, ensuite la Mandchourie… Et enfin, le Japon s’étend un peu partout en Asie. Comme à Nankin, dont nous avons déjà parlé du véritable massacre. Les Japonais détruisent tout sur leur passage, les bâtiments, les hommes, les femmes, les enfants… Et beaucoup de femmes sont violées avant d’être tuées. Afin d’éviter ce genre de « détails » qui donnent mauvaise presse, les autorités japonaises vont plutôt créer des bordels. Mais pour ça, il faut recruter… Et c’est là que ça devient vraiment moche. Pour les Japonais, utiliser les femmes coréennes ou chinoises à des fins sexuelles et pas tellement consentantes, c’est normal ça fait partie de la colonisation. Même si on fait en sorte que ça paraisse légal aux yeux de tous en publiant des petites annonces pour recruter, la plupart du temps, il s’agit de rapt, de kidnapping et de prostitution forcée. Du viol quoi. Du viol à grande échelle puisque près de 200 000 femmes, d’origine coréenne ou chinoise ont été contraintes entre 1931 et 1945. Il s’agit des « femmes de réconfort », mais la vérité, « réconfort » c’est un mot beaucoup trop joli pour être juste.

2502e7c4ade9e57b20f221e128415184

Les bordels militaires 

A Nankin, le siège a duré plus longtemps que prévu, la lutte a été acharnée pendant deux mois et les Chinois ont résisté longtemps. Lorsqu’ils ont pris la ville, les soldats japonais, fatigués, irrités et revanchards, s’en sont pris ouvertement à la population locale, aux civiles, femmes et petites filles. Et ça passe moyen moyen, alors les autorités japonaises préfèrent légaliser la prostitution dans certaines conditions. C’est stratégique d’un point de vue interne, pour le moral des troupes, mais aussi à l’international, pour montrer que : « mais non, les soldats ne font pas de vilaines choses, regardez, les petites sont consentantes ! » En plus, ça permet de s’assurer de l’hygiène des filles et limiter ainsi la possibilité de voir les hommes atteints de maladies. Un soldat malade, ça craint. Une troupe entière, ça craint grave.

confort2

Faire du sexe, c’est bon pour le moral, pour la confiance et pour la condition physique, alors les autorités vont jusqu’à dire que coucher avec une « femme de réconfort » ça porte bonheur. Bin voyons…

Qui sont les « femmes de réconfort » ? 

On estime à environ 139 000 le nombre de « femmes de réconfort » durant la guerre et le nombre de soldat s’élève à 7 millions. Je vous laisse calculer. Parmi ces femmes, ces prostituées, ces victimes de guerre, 80% étaient des coréennes et les 20 derniers pour-cents sont des japonaises, taiwanaises, indonésiennes, ou originaires des Philippines. Elles arrivent dans les bordels alors qu’elles ont entre 16 et 18 ans, mais la moyenne d’âge se situe à 25 ans. Évidemment, certaines de ces femmes sont venues volontairement, probablement sans savoir ce qui les attendait vraiment. Des mecs allaient de villages en villages pour proposer du travail aux jeunes filles, ménage, restauration, visite des soldats dans les hôpitaux, refaire les bandages… Mais la majorité de celles-ci ont été kidnappées. Raflées. Puis séquestrées. D’abord l’enlèvement par la force, ensuite la séquestration dans des bordels militaires, dits « maisons de réconfort ». Et à l’intérieur de ces maisons, ce n’était pas joli joli… Les chambres étaient toutes petites, les filles ne pouvaient pas quitter le camp, et parfois, elles avaient jusqu’à 70 rapports par jour…

D’ailleurs, il y avait tellement de soldats qui attendaient, que certaines maisons ont dû s’organiser : le lundi, seuls les soldats de la 18ème division du personnel de quartier général peuvent prétendre à voir une fille ; le mardi, la cavalerie ; le jeudi, les médecins ; vendredi, les artilleurs de montagne etc… Dans une maison de Myitkyna (en Birmanie), le mercredi était le jour de repos et réservé aux examens médicaux. En revanche, les officiers peuvent venir chaque soir de la semaine. Bin, oui, c’est une question de grade…

Où sont « les filles de réconfort » ?

Les prostituées se trouvent dans des maisons de réconfort, soit mobiles pour suivre les troupes les plus actives, soit installées dans des villes pour les troupes les plus stationnaires. La gestion de la maison de réconfort peut être donnée à un tenancier privé ou bien c’est l’armée, ou un gouvernement local qui s’en charge. Les horaires de travail sont fixes  de 9h le matin à minuit, 7 jours sur sept. A chaque passe, les tenanciers récupèrent l’argent et doivent le redistribuer aux filles. Enfin, en théorie. En pratique, il n’en est rien. Cela va de même pour les jours de repos, les filles ont droit à une demi-journée par semaine pour les examens médicaux, et à deux journées par mois, les jours les plus sanglants des menstruations… En réalité, les filles n’ont quasiment aucun jour de repos. Les « femmes de réconfort » sont obligées de fournir les préservatifs, mais ça coûte une fortune, et avec 70 passes par jour, elles doivent laver et réutiliser plusieurs fois la même capote.

test_slide1

Lorsque les « femmes de réconfort » se rebellent un petit peu, on les tabasse. Alors elles ne peuvent pas travailler et n’espèrent pas gagner d’argent. Et puis, certaines meurent. Ça dissuade vite. En plus, elles doivent subir la violence des soldats qui arrivent la plupart du temps complètement torchés, ils sont violents, humiliants, et contraignent toutes les filles. Et puis parfois, un soldat passe et il n’est pas bourré, il est plutôt gentil, doux, et une histoire se crée entre la prostituée et le garçon. Certains espèrent pouvoir se marier à la fin de la guerre. La plupart du temps, dès que les femmes en ont l’occasion, elles se suicident. C’est dire si « réconfort » n’est pas un mot approprié.

Les « femmes de réconfort » à la fin de la guerre

150424-femmes-de-réconfort-rangoon

Le lendemain de la fin de la guerre, tout le système s’effondre et les filles sont libres. Oui, enfin, sauf celles qui sont tombées malades, qui ont été mutilées ou torturées psychologiquement. A savoir : toutes. Il est déjà difficile d’être une victime, de devoir rentrer chez soi, retrouver ses parents, sa famille, la honte au ventre, mais en plus, beaucoup sont rejetées. Bin oui, au moins 50 soldats ennemis leur sont passés dessus chaque jour. C’est pas digne d’une bonne fille de famille. Alors, la plupart des filles vont fuir leur famille, leur village, pour aller vivre en ville, ou beaucoup d’entre elles vont devoir se prostituer pour survivre. Et au fil des années, on va les oublier… Ce n’est qu’en 1991 qu’une ancienne « femme de réconfort » coréenne va briser le silence autour de ce tabou de la guerre. Kim HakSun va parler et dire tout ce qu’elle a vécu.

Shinzo Abe, le premier ministre japonais, fait clairement la gueule et n’accueille pas tellement avec bienveillance les propos de la vieille dame. Des années durant, les Japonais vont persister à dire que les femmes de réconfort étaient toutes des volontaires, qu’il n’y avait aucun aspect coercitif et qu’elles étaient grassement payées, comme en témoignent les différentes petites annonces dans les journaux…

images (1)

Mais après de plus nombreux témoignages, le Japon avoue et décide le 18 décembre 2015 de dédommager les dernières survivantes coréennes. 1 milliard de yens (7,5 millions d’euros) ont été versés aux quarante-six « femmes de réconfort » sud-coréennes encore vivantes, à ce jour. Le Japon en reconnaissant sa « responsabilité » permet de rendre hommage à toutes les victimes de cet esclavage sexuel. Mais il reste encore à indemniser les anciennes esclaves des Philippines, de Birmanie, de Chine…

Pour soutenir Raconte-moi l’Histoire tu peux acheter le tome 1 ou le 2, mais encore participer à ta guise sur Tipeee (et recevoir les articles en avant première directement dans ta boite mail !)

Si tu veux en savoir plus sur l’histoire des « femmes de réconfort », je te conseille cette BD, ou encore ce livre. Poignant.

Share Button

5 thoughts on “Femmes de réconfort, les esclaves sexuelles du Japon

  1. Certains articles sont plus drôles que d’autres, et celui-là est certes un sujet sérieux mais raconté avec brio! Bravo pour tes recherches! (A propos, as-tu pioché tes renseignements dans les mêmes livres que pour le massacre de Nankin?) Je n’ai pas osé cliquer sur les liens rouges mais on se fait bien volontiers une idée de l’atrocité vécue par ces pauvres femmes. Merci de permettre de nous en apprendre une peu plus à chaque article :)
    Ah, au fait, une petite erreur corriger: « Parmi ses femmes, ses prostituées, ses victimes de guerre (…) » C’est le « ces » démonstratif que tu dois utiliser :) (voilà, c’est tout, je ne t’embête plus, parce que de toute façon le reste de l’article est bien écrit et qu’en général quand on corrige sur le Net on emmerde plus qu’on ne rend service xD)

  2. Je suis allée en Corée du Sud (magnifique pays d’ailleurs). Quand on discute avec les Coréens ils en veulent encore beaucoup aux Japonais qui encore aujourd’hui ne reconnaissent en fait (le gouvernement japonais) qu’à demi-mots les atrocités qu’ils ont commises sur ces pauvres femmes. Ils ne se sont pas excusés du mal qu’ils ont fait ! Effectivement, ils ne reconnaissent que superficiellement leur responsabilité : fin décembre 2015, c’est le gouvernement Coréen qui a finalement plié l’échine (au grand dam et suivie de la colère des coréens) face au gouvernement du Japon pour une bonne fois pour toute « passer l’éponge » sur ces faits…. Nous avons vu une femme manifester silencieusement à Séoul (les manif’ là-bas c’est pas trop dans leur culture, ce n’est pas bien vu et en plus cela peut être assez facilement réprimé par le gouvernement -rien qu’à voir le nouvel an à Séoul une énorme rangée de flics pour prévenir tout incident, j’en avais jamais vu autant rien qu’en France pour un nouvel an…).

  3. Les hommes sont vraiment capables des pires atrocités ! Et le pire, c’est que les « femmes/enfants de réconfort » (quelle qualification abjecte !) existent encore de nos jours dans de nombreux pays ! A éradiquer de toute urgence !

Laisser un commentaire