Le lesbianisme ou l’amour entre femmes dans l’histoire

Aujourd’hui je vous parle de meufs qui s’aiment, qui se galochent et même qui couchent ensemble depuis des siècles et des siècles. Les lesbiennes ont toujours été effacées dans l’histoire, sauf lorsqu’il était question de les foutre au bûcher, comme les sorcières. Aujourd’hui, je vous raconte l’histoire du lesbianisme en Occident et puis plus particulièrement en France.

Le lesbianisme antique

lesbianisme

N’en déplaise à Sens Commun, la manif pour tous ou autres étroits d’esprit, le lesbianisme (et l’homosexualité en général) n’est pas récente et n’est pas non plus une question de mode. Eh oui, les femmes entre-elles peuvent s’aimer et elles le font depuis la nuit des temps. Nous n’avons aucune preuve de la présence du lesbianisme durant la préhistoire, ben ouais, les sources écrites sont plutôt rares, les peintures s’effacent mais durant l’antiquité les choses s’arrangent. D’ailleurs, le premier texte qui fait référence au lesbianisme date de 2300 avant notre ère. Soit, y’a plus de 4000 ans ! L’auteure est Enheduanna, la fille du roi Sargon d’Akkad. Elle est la grande prêtresse de Nanna, divinité en Mésopotamie. Enheduanna a écrit un chant en l’honneur d’Innana, déesse de l’amour et de la guerre. Elle décrit sa beauté et sa sensualité et se présente comme son épouse. Une meuf mariée à une meuf.

Mais la lesbienne la plus célèbre de la période antique n’est autre que Sappho ! La poétesse, en 600 avant notre ère, a écrit de nombreux textes décrivant l’amour et les relations intimes entre femmes. Elle revendique l’émancipation par la musique et les arts en général au sein de la communauté de femmes « Thiasos ». C’est d’ailleurs Sappho qui donne au mot Lesbienne le sens qu’on lui connaît. Enfin, c’est pas elle mais c’est grâce à elle. A l’origine, une lesbienne est une habitante de l’île de Lesbos en Grèce. On appelait la poétesse, Sappho la lesbienne, et puis vu qu’elle aimait les filles, on a décidé avec le temps de tout mélanger et hop lesbienne = aimer les femmes.

Sahpo_embrassant_sa_lyre-Jules_Elie_Delaunay_mg_8275-1024x750

On sait que durant l’Antiquité, en Grèce ainsi que sous l’Empire romain, le lesbianisme n’est pas perçu comme une déviance, une maladie ou truc vicieux du genre. Non, c’est juste normal. Ceci dit, on en parle très peu et on a très peu de sources à ce propos. Sur les vases et autres céramiques grecques, les femmes entre elles sont souvent représentées lascives, sensuelles, se caressant. Quel est le message ? On ne le sait pas bien.

Certains chercheurs, comme James Butrica, pensent que c’est parce que les hommes romains ou grecs (qui ont écrit les textes que l’on a conservés) n’acceptaient pas trop l’idée que des femmes puissent se donner du plaisir entre elles, et donc, sans la présence de l’homme. Ça fait mal à l’égo. Avec l’arrivée du christianisme et le Moyen-Age, on change clairement d’ambiance, vous connaissez l’Église, elle condamne à peu près tout.

Le saviez-vous : au premier siècle de notre ère, en Amérique du Sud, chez les Moches, on fait des céramiques représentant des relations sexuelles entre femmes, entre hommes et entre hommes et femmes (j’en parle plus précisément dans l’article sur la fellation et je vais bientôt faire un article sur cette population précolombienne que j’aime beaucoup).

L’Église s’oppose et condamne le lesbianisme

livre des echecs amoureux p36V

Déjà, faut bien savoir une chose, l’homosexualité masculine et féminine est de la faute des femmes (ben oui, de qui d’autre sinon ?) : selon Paul en l’an 57 dans son épître aux Romains

« c’est parce que les femmes se seraient détournées des hommes pour coucher ensemble entre elles, que les hommes se seraient à leur tour tournés vers l’homosexualité.

« […] Leurs femmes échangèrent l’acte sexuel naturel contre le contre-nature, et de la même manière les hommes aussi, abandonnant l’acte sexuel naturel avec les femmes, furent consumés par une passion les uns pour les autres […] »

Au VIIe siècle, dans le pénitentiel de Théodore de Tarse on voit que l’homosexualité est punie de trois ans de pénitence. C’est en 914 que l’on retrouve la première apparition du terme « lesbianisme » avec la définition qu’on lui connaît mais l’État ne sanctionne qu’à partir du XIIe siècle, jusqu’au XVIe siècle. Les sanctions séculaires sont la mutilation et la peine de mort. L’Église de son côté, sanctionne depuis plus longtemps et encore plus fermement si les femmes utilisent un objet pénétratif. En utilisant un godemiché, l’Église pense que les femmes tentent de s’attribuer le membre masculin (et sa puissance!) alors qu’elles jouent seulement avec leur point g.

L’Église est tellement véner contre l’homosexualité que les conciles de Paris et de Rouen en 1212 et 1214 interdisent aux religieuses de dormir ensemble. Elles doivent désormais dormir seules et avec une lumière allumée afin de surveiller leurs actes. Faut dire que quelques années avant, dans une lettre écrite à son époux Abélard, Héloïse qui a pris le voile écrit :
« Pour perdre une femme, il n’est pas d’arme plus sûre que les cajoleries féminines. Et la corruption rampe jusqu’à son cœur sous des caresses plus insinuantes. »

Ça a fait grincer des dents.

représentation de Sainte Agathe, mais c'est l'idée quoi...

On retrouve des archives surtout pour les hommes, mais de nombreuses femmes ont été mises à mort ou mutilées. On trouve dans le code d’Orléans du XIIIe siècle code d’Orléans

« Feme qui le fet doit à chescune foiz perdre membre, et la tierce doit estre arsse »

Une femme qui le fait doit à chaque fois perdre son membre, et à la troisième doit être brûlée.

Oui, les lesbiennes étaient excisées ou on mutilait leurs seins si elles étaient prises la main dans le sac. Enfin, le sac…

Dans l’histoire de l’homosexualité et particulièrement au Moyen-Age, les femmes sont plus invisibilisées, est-ce parce que ça dérange moins ? Parce qu’il n’y a pas de pénétration avec un pénis (et que le pénis est super important car il sert la procréation) ? Ou alors est-ce parce qu’il n’y a pas de gaspillage de sperme fervent représentant de la vie ? Quand on est une femme, aimer une autre femme est contraire à l’ordre naturel du monde. Eh oui, le vice homosexuel ne permet pas d’enfanter, il est stérile, ainsi il est condamnable car le but des rapports sexuels et du mariage est la procréation. Certainement pas l’épanouissement, l’amour ou l’orgasme. La vision médiévale du sexe est : l’homme est actif, la femme passive. Alors deux femmes entre-elles c’est impossible, l’une (ou les deux) est forcément masculine et donc elle cherche à prendre la place de l’homme et à s’émanciper et ça, ça fait flipper. Imagine après elle veut voter librement et travailler à salaire égal ?!

La renaissance du lesbianisme

lesbianisme

Avec la sale ambiance qui régnait au Moyen-Age, les lesbiennes se sont faites discrètes sous peine d’être noyées, pendues ou brûlées. Mais à partir de la fin du XVe siècle, les choses changent et c’est tant mieux. Près de deux mille ans après Sappho, une nouvelle femme va revendiquer son homosexualité -ou plutôt sa bisexualité-, il s’agit de la reine Christine de Suède : elle s’habille en homme, elle refuse de se marier, couche aussi bien avec des hommes que des femmes et décide de quitter le très sévère protestantisme pour le catholicisme (qui l’est à peine moins). Les médecins qui l’entourent accusent la reine d’être hermaphrodite, oui parce que les médecins n’étaient pas encore fortiches en médecine. A vrai dire, à l’époque où l’homme est le modèle parfait de l’humanité, on pense que le vagin est vu comme un pénis à l’intérieur que la nature essaie de corriger par le clitoris. Pour diagnostiquer un cas d’hermaphrodisme, les médecins mesurent le clitoris de la femme. Plus il est gros et enflé, plus la femme est susceptible d’être lesbienne et de victime de luxure. Les médecins pensent aussi que plus on stimule le clitoris, plus il grossit, donc les lesbiennes ont des plus gros clitoris (parce que les hommes ne le touchent pas, ce serait comme toucher un pénis).

Vies_des_dames_galantes_-_[...]Brantôme_Pierre_btv1b525006749

Outre le concept médical obscur, le lesbianisme connaît une heure de gloire avec les amitiés romantiques, mais faut pas nous prendre pour des crétins, il y avait bien de l’amour et du sexe lesbien dans ses amitiés romantiques. On peut notamment évoquer l’histoire entre Mme de Staël et Juliette Récamier au XVIIIe siècle. Jusqu’au XIXe siècle on encourage le lesbianisme pour les jeunes filles afin de les préparer au mariage. Elles apprennent ainsi les mots doux, les caresses et leurs corps, ça ne les empêche pas de rester vierges pour le reste du monde et ça n’entache en rien leurs réputations. C’est tout bénef ! Hélas, le mouvement des amitiés romantiques disparaît, les femmes ne peuvent plus avoir de maîtresses et elles doivent retourner dans l’ombre. A nouveau, on jette l’opprobre sur les lesbiennes, il s’agit de mauvaises personnes qui veulent détourner les femmes chastes et vertueuses, ou bien de femmes corrompues par la luxure. Le lesbianisme devient même une arme politique, lorsqu’on veut descendre un opposant politique, on raconte que son épouse a des relations lesbiennes pour salir la réputation de la famille. C’est moche.

Le lesbianisme, une maladie mentale au XIXe siècle

marie-lloyd-and-claire

La fin du XIXe siècle et le début du XXe, c’est un peu l’époque de la psychologie et de la sexologie, dommage que les mecs qui pratiquent ces disciplines aient des théories un peu cheloues… Par exemple, le lesbianisme est à cette époque considéré comme une perversion sexuelle. Oui oui. Tout simplement, une maladie mentale. Et le but des médecins est de soigner les maladies… Pour cela, on retrouve plusieurs techniques, les électrochocs, les vomitifs, le vélo (épuisement physique) ou encore des cours de maquillage… Eh oui, en apprenant à être féminine, une femme se met à aimer les hommes. Évidemment. Si le taux de suicide des homosexuelles est important à cette époque, on note tout de même une émancipation de la femme et des lesbiennes. Durant la Belle-Epoque et jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres, on se coupe les cheveux, on ne se marie pas (ou moins tôt) et on vit une sexualité libérée, au moins dans les milieux artistiques et friquées. Les femmes sont rarement lesbiennes mais plutôt bisexuelles. On peut parler de Rosa Bonheur qui connaît des aventures avec des hommes et des femmes, même chose pour Colette, Violette Leduc.

colette

Chez les ouvriers c’est différent, les filles sont souvent rejetées et finissent par devoir se prostituer pour vivre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les homosexuel-les sont envoyé-es dans les camps de concentration et d’extermination avec les malades mentaux et les prostituées. Pourtant, depuis 1931, Magnus Hischfeld a démontré que le lesbianisme, au même titre que l’homosexualité masculine, n’est pas modifiable mais en histoire, il faut faire preuve de patience, c’est seulement en 1985 et 1992 que l’homosexualité a été retirée des maladies mentales et déclassifiée de l’OMS.

Aujourd’hui les lesbiennes peuvent se marier mais combien osent se tenir la main dans la rue ?

Si tu as aimé cet article, s’il t’a appris plein de trucs n’hésite pas à le partager ou à soutenir le site ! Tu peux aussi acheter les livres Raconte-moi l’Histoire ! Pour en savoir plus sur l’amour et le sexe entre femmes et sur l’homosexualité je te conseille quelques ouvrages : * * * * * 

Share Button

12 thoughts on “Le lesbianisme ou l’amour entre femmes dans l’histoire

  1. « dans la vie, c’est chacun pour sa peau, car nous sommes tous des pourris  » :-D
    Le sadisme est encore une perversité qui n’est toujours pas châtiée ,alors que ‘ »OMS  » pourrait nous en dire quelque chose .

  2. Bon il faut aimée…!!! Ce que je n’aime pas est le coté tape a l’oeil d’aujourd’hui pas l’acte sexuelle qui pour moi est d’ordre privé. Autrement le Lesbianisme ne fut pas traité dans l’antiquité pour une question tres simple car accepter comme la femme n’avait aucun role reellement. Il s’agit du mode de contraception le plus naturel, une femme infidelle est mieux avec le memes sexe qu’avec un autre homme cela risque de cassé la filliation familiale avec un petit batard. La dame de compagnie est le bon exemple d’un metier polivalent, je fait le lit je lave la reine « et dns le profond de son anatomie » (rire) allez bonne soiree

  3.  » prêtresse de Nanna, divinité en Mésopotamie. Enheduanna a écrit un chant en l’honneur d’Innana, déesse de l’amour et de la guerre.  »

    Une coquille, non ? A moins que cette déesse ne porte deux noms ?

    • Ce n’est pas une coquille. Enheduanna était bien grande prêtresse de Nanna (mis à se poste par son papa le roi) mais à écrit des poèmes pour une autre divinité : Innana. :-)

  4. « Oui, les lesbiennes étaient excisées ou on mutilait leurs seins si elles étaient prises la main dans le sac. Enfin, le sac… »

    ou au panier !

    (désolée de poursuivre la blague mais je n’ai pas pu m’en empêcher ! )

  5. C’est étonnant que pour une passionnée d’histoire, vous ayez autant de haine pour l’Eglise, car quand on décortique le mensonge national, on se rend compte de bien des choses. Du mensonge de l’inquisition, de la « chasse aux sorcières », de la main pseudo diabolique des clercs sur la population.
    J’aime beaucoup vos articles mais votre haine de l’Eglise gâche toujours ma lecture. Aujourd’hui je vous écris.
    Renseignez-vous, vraiment. Ecoutez Claire Colombi, elle est fascinante sur ce thème.
    « Depuis la nuit des temps, l’homosexualité est pratiquée », ouais, ok, c’est vrai. Et il y a 100 ans, on allait en prison pour ça. Et aujourd’hui, en 2017, pour cadrer avec la morale bienpensante, on doit limite aduler les homosexuels (non, ne dites pas le contraire, c’est du grand n’importe quoi de prétendre l’inverse.)
    Qu’est-ce que ça prouve ?
    Ben ça prouve qu’on ne peut pas vraiment faire confiance à l’Homme pour savoir ce qui est bien ou pas puisqu’il change tout le temps d’avis.
    Donc l’homosexualité au final c’est bien ? C’est pas bien ? On fait comment pour savoir ? Oui parce que aujourd’hui on nous dit que c’est bien, avant on nous disait que c’était mal, et encore avant on nous disait que c’était bien. Faudrait savoir…
    Qu’on l’accepte ou pas, rendons nous à l’évidence :
    L’Humain N’A AUCUNE COMPETENCE POUR DEFINIR LE BIEN DU MAL puisqu’ils manipule ces notions à sa convenance. Or ces notions ne peuvent pas évoluer (voudriez-vous voir le ressenti sur la pédophilie et l’inceste évoluer? Non? Pourquoi? Parce que c’est mâaaaal. Ah oui, ok, vrai. Mais l’homosexualité c’était maaaal avant aussi. Du coup comment je fais pour être sure ? Oui parceque vous parlez a ma grand-mère née dans les années 20, et JAMAIS elle n’aurait penser que les peuples accepteraient un jour l’homosexualité. Alors ? L’inceste ? A quand ? La pédophilie, à quand ? Tiens, renseignez-vous sur les Droits Sexuels que l’ONU veut inculquer à nos enfants. Bref, on tourne en rond.)
    Et ne parlez pas d’amour, PAR PITIE. Au nom de l’amour, on pourrait autoriser la pédophilie, l’inceste, la zoophilie. Ben oui, outre le lavage de cerveau qu’on vous a fait, qu’est ce qui rend l’amour entre deux personnes du même sexe plus légitime que l’amour d’un homme envers sa fille, une enfant ou un animal ? Rien, c’est de la déviance. Que vous le vouliez ou non.Dieu est LE SEUL à pouvoir définir ces notions, qui ne changent jamais. Seuls Ses standards sont fiables car outre le fait qu’Il soit Créateur, SES standards sont constants et ne répondent ni à une question d’égo, ni a une volonté de satisfaire un besoin instantané. Et pour info, ce n’est pas «  »" »"l’amour »" » homosexuel condamné, c’est l’ACTE sexuel qui l’est. Cet acte sexuel est contre nature (OUI c’est CONTRE nature. Vous mangez dans vos toilettes vous ? Vous urinez dans votre cuisine ? Vous dormez dans votre couloir ? Non. Pourquoi ? Inutile de vous dire ou je veux en venir.) .

    • Godservant, ce n’est pas sur RMLH qu’il faut trainer, mais allez plutôt égalité et réconciliation ou encore civitas retrouver vos amis à l’esprit étriqué (donc Claire Colombi, Alain Escada, Alain Soral et j’en passe…)

      • De toute façon, les sadiques chercheront toujours de bonnes raisons pour s’en prendre aux autres .
        C’est comme les taxeurs qui cherchent un motif pour racketter .

    • L’humain dites-vous, n’a aucune compétence pour définir ce qui est bien ou mal.alors pourquoi affirmer que c’est l’acte homosexuel qui est mal et non l’amour qu’on peut avoir pour un individu de même sexe?Quant à la haine de l’Eglise que vous pensez trouver dans ces textes,c’est dans votre tête que se trouve l’origine de cette conviction et non dans ce qui est écrit.

  6. Personnellement, en temps que lesbienne je le vit plutôt bien. Bien entendu, on a parfois droit à des remarques déplaisantes mais c’est contrebalancé par d’autre personnes qui prennent spontanément notre défense, parfois sans même nous connaître. Faut bien avouer qu’on vit mieux qu’au Moyen-Age…

Laisser un commentaire