La (presque) Dolce Vita des Sforza

Après vous avoir conté la fabuleuse histoire du Royaume de Naples, je me penche sur l’autre extrémité de la péninsule où une autre cour connait un développement brillant. En fait, j’aime bien écrire des articles sur l’Italie, parce que j’ail’impression d’être belle et intelligente. C’est plaisant. Et puis, aussi, il y a des choses à dire. Genre, beaucoup.

Le pouvoir à Milan

Entre 1257 et 1457, la famille des Visconti a pris la tête du duché, et va le développer à gogo. Aussi, la région est  très fertile, très peuplée, riche d’industrie textile et de manufacture d’armes. Et enfin, et surtout, c’est un nœud stratégique crucial du fait de sa localisation. Il contrôle le cour du Po (le fleuve, pas le téléteubé) et les cols alpins qui sont le passage vers la France et l’Empire germanique.

Ca n’a pas été fastoche pour en arriver à un tel développement, Venise et Florence ont tenté de piquer du territoire, de la richesse de l’influence. Mais la famille des Visconti a su tenir la machine correctement. Hélas, en bon chef d’entreprise, Filippo Maria Visconti a délaissé sa famille et il meurt bien évidement sans descendance directe en 1447. Du coup, à Milan, pendant quelques temps, c’est un peu le bordel. Genre:

    • Bon les gars, on a plus de big boss, qu’est ce qu’on fait ?
    • J’prends sa place.
    • Non, moi.
    • Non, moi !
    • Fermez-la deux minutes, les crétins. Réfléchissons. On va prendre les cerveaux du groupe, et ceux qui ont du fric et des terres aussi hein. Et on va faire une petite République oligarchique.
    • Une quoi ?
    • Une République oligarchique, c’est lorsque le pouvoir est entre les mains d’un petit groupe de personne qui ont du fric ET un cerveau.

Pendant trois ans, ça peine à se mettre en place, normal, chacun se revendique plus génie que les autres. Et puis en 1450, il y a un conditierri (un chef d’armée), prénommé Francesco Sforza qui prend le pouvoir et compte bien imposer sa dynastie.

Etre une famille respectée, tu sais, c’est pas si facile

Francesco Sforza, mais c’est qui ce mec ? Tu vois Filippo Maria Visconti ? Bon, il n’a pas eu d’héritier direct, mais c’est pas parce qu’il était impuissant. Non. Il avait des maîtresses, et il en a engrossé une. Aussi, la petite Bianca Maria Visconti est la fille illégitime et n’a AUCUN droit de succession. Mais son mari, Francesco Sforza, estime que, bon quand même, on peut essayer de pécho le pouvoir, ca coûte rien.

Si les Sforza arrivent tant bien que mal à s’imposer, ils sont longtemps considérés comme des usurpateurs. Bin, faut pas se foutre de la gueule du monde, les bâtards n’ont PAS accès au trône. La seule chose qui peut légitimer ce coup d’Etat c’est obtenir un titre ducal du Saint Empire Germanique ou des Etats pontificaux, comme c’était le cas à Naples. Mais les deux puissances refusent, aussi, Francesco ne sera jamais officiellement duc, ni son fils Galeazzo, ni son petit fils Gian Galeazzo Maria Sforza qui va régner de la mort de son père en 1466 à 1476. En fait, il faut presque 50 ans aux Sforza pour être légitimés par l’Empire, et c’est en  1493 avec Ludovico Maria (le frère de Gian Galeazzo) et moyennant beaucoup, beaucoup de fric, que les Sforza obtiennent enfin le titre le duc de Milan.  YOUPITRALALA. Bon, maintenant que Ludovico est officiellement à la tête du duché, bin, les détracteurs de la famille Sforza l’assassinent. Fin du Youpitralala pour lui.

Dans les guerres d’Italie Louis XII a une obsession pour Milan, il est un descendant des Visconti, comme François Ier ensuite.

La vie des (presque) ducs, dans le Duché

Comme on vient de le voir, les Sforza ont galéré, et leur pouvoir a Milan a été longtemps contesté.  Pour compenser leur déficit de prestige initial (être descendants d’une batarde c’est pas la panacée hein), les Sforza ont cherché une clientèle nobiliaire pour les soutenir, le fric, c’est chic.

Galeazzo vit essentiellement à Pavie avec des familiers de l’aristocratie Lombarde. Sa suite, selon un inventaire de 1476 dénombre 384 personnes auxquelles il faut rajouter 100 gentilshommes, 100 gardes, soit une cour entre 500 et 600 personnes. La cour de Milan est donc parmi les grandes cours d’Europe du XVème siècle. Bien ouej’ les Sforza. Mais cette cour à un coût, et  en 1476, à la mort de Gian Galeazzo on l’estime à 200 000 ducats ce qui est une dépense colossale à l’époque.

A la mort de Galeazzo en 1476, ce sont ses fils Gian Galeazzo et Ludovico qui prennent le relais. Ludovico parvient vite à doubler son frère ainé et à s’imposer comme l’homme fort de Milan.

C’est avec Gian Galleazzo que la vie à la Cour de Milan commence à être cool, comme disent les jeunes. Et ceci, sous l’influence Bourguignonne, il suffit de traverser les Alpes. Une alliance politique entre les duchés est scellée en 1475. Celle-ci est accompagnée de l’influence artistique et culturelle. Aussi Gian Galeazzo Sforza fait venir des artistes bourguignons, il passe aussi des commandes à des peintres flamands (à cette époque les Flandres sont un territoire bourguignon, c’est une autre très longue histoire).

Enfin, en 1493, Ludovico négocie avec l’empereur l’obtention de l’investiture du duché de Milan qui achèvera de consacrer la légitimité des Sforza à la tête du duché. Cependant, il ne va pas trop trop bien s’en tirer…

Y’a toujours un Français dans le coin

Le roi de France Louis XII revendique le duché de Milan après son avènement sur le trône de France en 1498.

Trankil le mec, mais pourquoi ? Louis XII descend par sa grand-mère des Visconti (Valentine Visconti), du coup, il estime qu’il est vachement plus légitime que les Sforza, qui étant des batards, ont usurpé le pouvoir. Le voila donc traverser le Royaume et les Alpes pour arriver à Milan en octobre 1498.

le magnifique

Ludovico Sforza est fait prisonnier par les français en 1500 et il meurt à Loches en 1508. Le mec, il a mal joué sa carrière, mourir à Loches, c’est super con. Mais il a réussi sa famille. Son fils aîné, Massimiliano Sforza, chasse les petits français et  revient à la tête du duché de Milan en 1512. Bon, le règne sera court. Genre, vraiment très bref, puisqu’en 1515, Francois Premier récupère les prétentions de Louis XII et conquiert le Milanais. C’est la fameuse victoire de Marignane en 1515. Bon, on va pas se réjouir trop trop vite, en 1521 les Français sont à nouveau chassés et Francisco II récupère le duché. Et puis en 1535, il meurt. Et la, Charles Quint qui est à la tête de l’Empire Germanique décide de ne plus donner de titre ducal pour Milan, ni aux Sforza, ni aux autres. Parce qu’il y en a marre à force.

Enfin, avec la division de l’Empire, le Milanais va passer dans de nombreuses et puissantes mains Européennes…

____________________________________________________________________

 

Share Button

10 thoughts on “La (presque) Dolce Vita des Sforza

  1. Pourrais je suggérer à l’auteur de ce blog d’arrêter de jouer avec Google Font. Cette police de caractère est pénible et dessert le fond qui est excellent.

  2. Un de tes meilleurs articles :) J’ai bien aimé les petites références (po, « c’est pas si facile »…), ça donne de la légèreté et ça ne porte pas atteinte du tout au fond. Et pour les commentaires désagréable c’est la rançon du succès, nous on t’aime :)

  3. La famille Sforza… La même que dans la série « The Borgias » ?
    Super blog en tout cas, j’aime beaucoup, c’est bien écrit, et on apprend pleins de choses (ça fait bien dans les diners mondains :D )

  4. Pingback: La Renaissance Italienne, ou l’art d’étrangler sa meuf | Raconte moi l'Histoire

  5. Pingback: 21 mars 1547 : le Roi a mal aux cou*lles, Vive le Roi ! | Raconte moi l'Histoire

Laisser un commentaire