Frédégonde, serial killer du Moyen-Age.

Dans l’article du jour, je vous parle de Frédégonde, une femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle va jouer des coudes pour devenir reine. Et elle va y parvenir. Attention, présence de noms à la con et imprononçables dans ce post. On est dans la seconde moitié du VIème siècle, royaume de Neustrie-Soissons. L’actuel nord-ouest de la France, sans la Bretagne.

ImgMer001g

Frédégonde, l’ambitieuse

Frédégonde est du genre arriviste. Elle sait ce qu’elle veut la dame. Mais vraiment. Et ce qu’elle veut c’est être reine. Bon, elle va devoir gravir les échelons car pour l’instant elle est seulement la servante de la reine Audevère, l’épouse de Chilpéric.

Éprise du roi Chilpéric Ier -ou de sa couronne- elle décide, sans pression de tuer chaque personne qui lui fait obstacle, et il y en a quelques unes… Je ne sais pas si sa devise est « yolo » ou « on va commencer à se laisser emmerder » mais dans tous les cas, elle y va fort.

Le mariage de Chilpéric Ier

Alors que Chilpéric est au pouvoir, il épouse Audevère. Audevère est belle, Audevère est reine mais Audevère est cocue. C’est pas tellement un problème, c’est même plutôt dans les mœurs. Mais là, elle est genre vraiment cornue. La maîtresse de son époux, qui n’est autre que Frédégonde, est enceinte. La future maman, pleine de bons sentiments, d’hormones et de projets, fait promettre au roi de l’épouser. Or, ça tarde à arriver. En effet, Chilpéric n’a pas l’intention de quitter sa femme, mais Frédégonde fait la gueule et monte un plan diabolique. 

coupl

À la naissance de son chérubin, elle demande à Audevère d’être marraine du nouveau-né. Déjà, l’idée est cheloue. Imagine, tu tombe enceinte d’un mec marié et en plus tu demandes à sa femme d’être la marraine de ton gamin. Imagine, pire, elle accepte ! A notre époque, c’est franchement con, mais à l’époque, ça passe crème. En revanche, la pauvre Audevère n’est pas bien au courant des lois dans le pays… Désormais, par les lois de l’Église, la douce Reine est rapidement déconsidérée. En effet, elle doit renoncer à son époux et devient coupable d’inceste. Une marraine ne peut pas pécho le père du filleul. C’est incestueux. L’Église est tatillonne. Audevère est écartée, la partie aurait dû être gagnée pour Frédégonde, hélas pour elle, Chilpéric va trouver une nouvelle épouse.

Le mariage de Chilpéric I

Le roi décide d’épouser Galswinthe, si quelqu’un a une idée de prononciation je suis preneuse. Galswinthe n’est pas très à l’aise avec l’ideé de vivre sous le même toit que la concubine de son époux, alors elle demande à Chilpéric de bien vouloir se séparer de Frédégonde. Aïe. Erreur. Non seulement il refuse, mais en plus, la nouvelle va rendre Frédégonde furax. Non seulement elle a vu la couronne lui échapper mais en plus on essaie de l’évincer, ça va pas se passer si facilement. Frédégonde décide d’employer les grands moyens. Elle fait tuer la nouvelle reine dans son sommeil en 567, quelques mois seulement après les noces.galswinthe

Chilpéric aurait pu être un peu véner et la punir pour régicide, mais il préfère l’épouser… Autre époque, autres mœurs. Frédégonde a enfin atteint son objectif. Désormais elle veut que sa progéniture soit certaine d’accéder au trône. C’est pourquoi elle décide de faire assassiner les enfants de Chilpéric, Clovis et Mérovée, issus de son mariage avec Audevère. Et évidemment Audevère aussi va mourir. Du première mariage de Chilpéric, il ne reste plus que Basina, sa fille, en vie. Frédégonde décide de ne pas la tuer mais de l’évincer du grand monde. Basina est violée par plusieurs gardes puis elle est enfermée au couvent de Poitiers.

La sanglante Frédégonde n’a pas fini d’éliminer ceux qui la dérangent : en 575 elle rencontre Brunehaut, encore appelée Brunehilde (sœur de Galswinthe), aussi timbrée qu’elle et elle tue son mari Sigebert Ier. Elle a même tenté de buter sa fille Rigonde, dans un coffre… 

Fredegunda trata de matar a Rigunta - Vieilles histoires de la Patrie - Henriette Guizot de Witt - 1887

Si tu as aimé cet article, tu peux le retrouver dans le tome 1 de Raconte-moi l’Histoire (avec plein d’autres histoires coolos) ou alors tu peux soutenir le blog sur Tipeee ! Pour en savoir plus sur cette reine barbare, je te conseille ce livre, ou encore celui-ci.

Share Button

5 thoughts on “Frédégonde, serial killer du Moyen-Age.

  1. Pingback: Le Roi Dagobert n’a jamais mis sa culotte à l’envers* | Raconte moi l'Histoire

  2. Pour Galswinthe, il y a juste le « W » qui se prononce comme un « V » (du moins, c’est comme ça que ma prof d’histoire médiévale le prononce :) )

    • Merci, moi j’ai tendance à prononcer galskkfvbinte, parce que je suis un peu nulle en histoire médiévale ! Maintenant, je pourrai faire la belle !

  3. Pingback: Le Roi Dagobert, le pouvoir, les femmes et l'Eglise | Raconte-moi l'Histoire

Laisser un commentaire